La tortue piquet

Blague du jour, bonjour!

tortuepiquet

Pendant que le docteur posait des points de suture sur la main d’un vieux pêcheur qui s’était blessé

lors de sa dernière sortie de pêche, il discutait avec lui de choses et d’autres.
À la longue, la conversation tourna autour de la politique e t de la victoire électorale de François Hollande.

Le vieux pêcheur dit :

– “Ben vous savez, Hollande est comme une tortue piquet.

Pas familier avec le terme, le docteur demande :

“Qu’est-ce qu’une tortue piquet ?

Le vieux pêcheur dit :
– “Quand vous conduisez sur un chemin de campagne et que vous croisez un piquet de clôture

 avec une tortue juchée dessus, ça c’est une tortue piquet”.

Le vieux pêcheur remarqua l’air dubitatif du toubib.

Il continua donc son explication :

– On sait qu’elle n’a pas grimpé là toute seule,

– On sait qu’elle n’est pas à sa place,

– On sait qu’elle n’a pas d’idée de ce qu’elle doit faire pendant qu’elle y est,

– On sait qu’elle est au-dessus de sa capacité de fonctionner,

et vous vous demandez quelle bande d’abrutis l’ont placée dans cette position.

C’est la meilleure explication entendue à ce jour sur le résultat des dernières élections présidentielles en France…

Publicités

Et vous m’avez viré pour me remplacer par « ça » !

vireremplaceca

Bonjour, c’est Sarko ! Je remercie Christian de me donner la parole sur son célèbre blog ! Il n’y a plus guère d’endroits où je puisse m’exprimer sans sentir autour de moi, la haine et le rejet.

Ici, c’est cool ! Il y a bien quelques antisarkozistes qui s’en prennent à Christian dès qu’il s’oublie à me soutenir, mais ses groupies veillent et remettent à leurs places ces fâcheux…

Ce qui m’amène dans ces sympathiques colonnes, ce matin, c’est la goutte d’eau, que dis-je, l’averse, et même la cataracte qui fait déborder le vase du quinquennat de mon successeur ! Avec Hollande, à chaque épisode, on croit qu’il a touché le fond, mais non ! Il surprend toujours : il creuse encore !

La sortie du livre de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les deux journalistes du Monde : « Un président ne devrait pas dire ça » soulève, même dans les médias, habituellement si complaisants avec la gauche en général et avec lui en particulier, un énorme malaise.

D’ailleurs, le titre du livre est mal choisi ! Je proposerais plutôt le titre suivant : « Hollande peut dire ça, car il n’est pas (vraiment) président ! »

Bref, depuis le début du quinquennat, à chaque nouvelle maladresse ou erreur de mon successeur, je me pose la question : « mais si c’était moi qui avait dit (ou fait) ça, comment la presse aurait réagi ? Aurais-je pu y survivre ? »

Quand je pense que pendant tout mon quinquennat les médias et la gauche m’ont resservi en boucle : la soirée au Fouquet’s, le yacht de Bolloré et le « casse toi pov’ con », c’est finalement qu’il n’avait pas grand chose d’autre à se mettre sous la dent !

Prenons quelques exemples :

  • On a osé me reprocher de mettre ma vie privée en scène, avec ma déclaration : « avec Carla, c’est du sérieux ! » mais alors que dire de la rue du cirque et de l’épisode lamentable du scooter au petit matin… Et de la répudiation par dépêche AFP d’une pseudo-première dame de France, déjà remplacée par une actrice…
  • Les juges m’ont fait payer chèrement ma comparaison des juges avec « des petits pois ». Et Hollande, lui, dénonce « la lâcheté des juges et des procureurs qui se planquent et jouent les vertueux ». J’ai vraiment joué « petit bras » sur ce coup-là !
  • Que pèse mon « casse toi pov’con » à côté des plaisanteries se Hollande sur les « sans-dents », illustration parfaite de l’hypocrisie de la nomenklatura socialiste qui vit dans les beaux quartiers et méprise la « populace » ?
  • Ce matin, Hollande a fait placer, sur le site web de l’Elysée, l’intégralité de son interview dans le magazine L’Obs. Qu’aurait-on dit si j’avais fait ça avec une interview dans le Figaro ?

On me reproche mes convictions… Je serais « trop clivant » ! Mais Hollande lui, en manque cruellement, de vraies convictions :

  • Hollande nous dit aujourd’hui que « l’aéroport de Notre-Dame des Landes ne verra pas le jour », mais alors pourquoi a-t-il laissé toute cette affaire se développer, un référendum être orgalisé et son premier ministre promettre l’évacuation de la zad ?
  • J’ai cru rêver quand j’ai appris que Hollande avait déclaré : « Je pense qu’il y a trop d’arrivées, d’immigration qui ne devrait pas être là »Mais alors pourquoi avoir laissé Valls ouvrir grande les portes des naturalisations ? Nul besoin de savoir parler français ou d’avoir des revenus pour être naturalisé aujourd’hui en Socialie ! Hypocrisie !
  • « Qu’il y ait un problème avec l’islam, c’est vrai. Nul n’en doute »… Ah bon, mais pourquoi me traiter d’irresponsable, presque de fasciste quand je dis la même chose ?
  • « La femme voilée d’aujourd’hui sera la Marianne de demain » Terrible phrase que certains journalistes ont cru déminer en expliquant que Hollande voulait dire que les femmes voilées quitteraient leur voile pour adopter la République, mais dont le vrai sens n’est-il pas que le buste de Marianne serait un jour voilé ? Le Grand remplacement ne serait-il donc pas un fantasme pour Hollande ?

 

Oui, je regarde avec satisfaction, aujourd’hui, la presse qui semble comprendre l’irresponsabilité de son soutien et de sa complaisance pour  François Hollande.

Ce n’est pas pour autant qu’elle fera son mea culpa vis-à-vis de moi. J’ai osé dire que j’étais de droite et je crois avoir redonné à beaucoup de Français le sentiment d’être fier d’être Français.

 

Impardonnable pour la presse !

 

D’ailleurs, pour les primaires de droite, la presse a choisi son candidat, à savoir Alain Juppé, le candidat… le plus à gauche !

Il me vient à l’esprit un mot du général de Gaulle à propos du président Albert Lebrun qui sied parfaitement à François Hollande :

« Pour être un chef d’Etat, encore fallait-il qu’il y eut un chef et qu’il y eut un Etat ! »

Je vous laisse de peur d’être trop long, en remerciant Christian pour son hospitalité « bloguesque »  !

 

Ah oui, quand même… Une dernière chose…

vireremplacecaparait

Prime pour dénonciation fiscale‏

Lettre à Monsieur le Contrôleur des Impôts :

 

Monsieur le Contrôleur,

Les médias viennent d’annoncer le versement d’une prime aux personnes qui dénonceraient des fraudeurs fiscaux, aussi je vous écris pour vous en dénoncer un.

Il s’agit de Monsieur François H. qui réside actuellement dans un hôtel particulier au 55 Rue du Faubourg Saint-Honoré, 75008 Paris.

Tout d’abord, bien que s’agissant de sa résidence principale, ce Monsieur ne paye ni la taxe d’habitation, ni la taxe communale de son logement.

Ensuite, il déclare être propriétaire d’une maison à Mougins (06) estimée à 800.000 EUR, à l’évidence sous-évaluée, la Chambre des Notaires estimant cette maison à 1 380 000EUR en effet le prix moyen du m2 étant d’environ 5.200 EUR dans cette commune.

Il déclare aussi être propriétaire d’un appartement sur les hauts de Cannes (06) rue Montrose de 80m2 qu’il déclare pour 230.000 EUR alors que la Chambre des Notaires l’estime à 392.000 EUR le prix du m2 étant d’environ de 4.900 EUR dans cette commune.

Il serait également propriétaire d’un second appartement rue Montrose à Cannes (06) de 54 m2 déclaré à 140. 000 EUR alors que sa valeur estimée est plutôt de 264.600 EUR.

Il a omis de déclarer des biens immobiliers à Londres dune valeur estimée à £ 2.107.006 livres sterling soit 2.622.060 EUR.

Il a aussi oublié de déclarer sa SCI « La Sapinière » au Capital de 914.694 EUR, de location de biens immobiliers et de terrains dont le siège social est 28 avenue Duquesne, 75007 Paris. Le chiffre d’affaires de cette SCI est environ de 218.000 EUR annuels.

Pendant plusieurs années, il a vécu en concubinage notoire avec une certaine Valérie T., mais le couple n’a jamais établi de déclaration commune de revenus comme c’est la règle fiscale dans une telle situation.

Enfin ce monsieur déclare n’avoir que 5.000 EUR sur ses comptes bancaires ; sachant les revenus de son patrimoine et aussi que les revenus de ses diverses fonctions d’élus qui lui rapportent plus de 30.000 EUR par mois, il y a là, l’évidence, une déclaration mensongère. S’il y a si peu sur ses comptes bancaires, c’est que ses liquidités sont investies ou placées ailleurs !

Par conséquent, je vous prie Monsieur le Contrôleur des Impôts de bien vouloir examiner la situation de ce fraudeur et donc me verser la prime prévue dans ce cas par tout moyen à votre convenance.

 

Sincèrement vôtre