Vol de voiture

À regarder et diffuser autour de vous

Publicités

Les actes anti-chrétiens explosent et le gouvernement se tait !

Qu’un graffiti dégrade la porte d’une mosquée, qu’une tête de cochon y soit clouée et c’est la mobilisation générale à l’Elysée et au ministère de l’intérieur. Dans les médias, on crie à l’islamophobie, on conspue l’extrême-droite et les candidats de la droite – suivez mon regard – qui braconnent sur ses terres ! Cazeneuve promet, sans rire, la plus grande sévérité …

 

Pendant ce temps, toujours en France, depuis le début de l’année, les actes anti-chrétiens ont augmenté de… 40 % !

 

En avez-vous entendu parler ? Les médias « mainstream » s’en sont-ils faits l’écho ? Bernard Cazeneuve a t-il convoqué la presse pour dénoncer ce fait avec son air sévère ? Non, ça n’intéresse personne ! Et puis, ça ferait le jeu du Front national ! Et en plus, ça pourrait stigmatiser les « quartiers » !

Pour en être informé, il faut lire la presse de réinformation, surnommé la réacosphère les bons jours et la fachosphère, les mauvais ! Aujourd’hui, c’est Atlantico qui publie une interview de Xavier Raufer, criminologue et directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l’Université Paris II. Voici quelques extraits de cet article :

 

Malgré une forte hausse des actes anti-chrétiens commis en France ces derniers mois, les pouvoirs publics restent silencieux et inactifs. Une situation différente lorsque ce sont des actes islamophobes qui sont commis, même si la nature des actes est similaire.

Atlantico révèle ici les chiffres fournis fin octobre à ce ministre par le Service central du renseignement territorial (nouveaux « Renseignements généraux ») : de janvier à septembre 2016, les agressions ou déprédations visant des chrétiens ont augmenté de 40%.

 

Silence de mort côté ministre …

Il n’y a pas de différences dans la nature des infractions commises entre ces actes anti-chrétiens et les actes islamophobes. Graffitis, profanations de cimetières et d’églises, etc.: tels sont les principaux actes anti-chrétiens commis. Mais ce n’est pas tant la nature des infractions qui est importante, mais leur forte augmentation d’une part, et le silence du gouvernement d’autre part alors que celui-ci est le premier à dénoncer les actes islamophobes.

40%, c’est un chiffre énorme. Nous sommes un pays de 66 millions d’habitants où les choses vont plutôt doucement : déjà que quand la criminalité augmente de 2-3% par an, c’est considéré comme un drame, alors là je vous laisse imaginer…

Le gouvernement a raison de réagir lorsque survient un acte islamophobe, mais pourquoi ne le fait-il pas non plus pour les actes anti-chrétiens ? Car ces deux natures d’actes dégradent le tissu social, y compris les actes anti-chrétiens. On pourrait aussi s’interroger sur le silence des évêques d’ailleurs à ce sujet.

profanationseglises.jpg

104 églises profanées en 4 mois : et nos gouvernants parlent d’islamophobie ?
Du 1 janvier au 15 février, 45 églises ont été visitées par des infidèles indélicats.

Une par jour !

Samedi soir, un groupe de jeunes est monté dans un TER à Cannes, frappant et gazant ces passagers. N’y-a-t-il pas, de la part des médias et des politiques, une tendance à beaucoup parler des discriminations dans la société française et nettement moins des attaques réelles dont la population est l’objet, comme cela a été encore le cas ce week-end ?

Cela s’explique par le fait que le gouvernement en place a vendu les médias français à deux personnes : Xavier Niel et Patrick Drahi. Et je ne parle pas de tous ces médias subventionnés par Madame Azoulay…

Ainsi est-il demandé à ces médias de ne faire nullement de peine au gouvernement actuel qui leur a permis d’acheter, pour des cacahuètes, les médias concernés. Ce que fait l’actuel ministre de l’Intérieur, c’est qu’il gouverne grâce à deux femmes dans son entourage via les médias de Monsieur Drahi : il ne fait de la communication qu’à leur égard. Mais les gens ne sont pas dupes et vont désormais chercher l’information ailleurs. C’est cela qui est en cause aujourd’hui, et qui est suicidaire à terme. Il ne faut pas croire ces médias lorsqu’ils disent qu’ils sont indépendants : le micro-management de Niel et Berger au Monde est total, ce que je sais de source sûre.

Quand on veut remonter à l’origine de ce qui se passe à Cannes, à la Grande-Borne, et partout en France où il y a des agressions de cette nature, on ne trouve qu’une seule explication : l’échec tragique de la politique de ville qui laisse des cités totalement hors de contrôle, comme celle de la Grande-Borne à Grigny, ou encore la Pyramide à Evry, les Bosquets à Montfermeil, etc. ; il y en a une centaine en tout en France. Si vous prenez un compas et que vous faites un cercle dans un rayon de 10 kms autour des dites cités, 90% des faits d’agressions graves adviennent à proximité ou à partir des cités en question.
C’est de là que provient ce que l’on appelle la « criminalité d’en-bas ». Si les policiers continuent encore aujourd’hui à manifester, c’est parce que personne n’a encore été arrêté à la Grande-Borne suite à la tentative d’assassinat de policiers survenue il y a plus d’un mois déjà. Personne n’a été arrêté parce qu’ils ne savent pas ce qui s’y passe et qu’ils ne peuvent pas y entrer, tout simplement.
Ce qui s’est produit à Cannes samedi soir a eu lieu une dizaine de fois l’année dernière dans la région parisienne. Lors de l’une de ces attaques, Libération avait même laissé sous-entendre que c’était une façon, pour ces jeunes, de se venger du fait qu’ils n’avaient pas de travail.

 

Xavier Raufer pour Atlantico.

In-dé-cent: une salle de shoot à côté d’une école, d’une garderie et d’une maternité !

Chère Madame, cher Monsieur,

Alors que les petits écoliers s’apprêtent à reprendre le chemin de l’école, le gouvernement a encore frappé.

J’ai découvert une information choquante. Très choquante. Pour la découvrir, j’ai dû me munir de Google Maps… car personne n’en parle.

A Paris, la salle de shoot est à deux rues d’une école élémentaire !

Serge Lebigot, président de l’Association Parents contre la Drogue, dénonçait la situation dans le Huffington Post:

Le lieu d’implantation retenu est rue Ambroise Paré dans un local de l’hôpital Lariboisière, à deux pas de la gare du nord, haut lieu de trafic et transit en tous genres. Son ouverture est prévue à l’automne 2016.

Le journal Le Figaro annonçait la couleur – elle a été conçue pour permettre à 200 toxicomanes par jour de se droguer dans un confort grand luxe. 

A deux rues de là, il y a une école élémentaire et une garderie périscolaire dans la rue Lafayette.

Vous imaginez ? Les enfants allant à l’école, croisant la route des toxicomanes ?

C’est un véritable scandale.

D’autant plus que rien n’a été prévu pour assurer la sécurité dans le quartier. Toujours dans le Huffington Post:

« L’implantation de la salle dans l’enceinte de Lariboisière ne signifie pas du tout qu’elle sera placée sous le contrôle médical de cet hôpital. 

Au contraire, une partie du personnel de l’établissement est hostile au projet, mais comme fonctionnaires, ils sont tenus par le devoir de réserve. 

C’est donc un faux-semblant destiné à leurrer les habitants du quartier sur la prétendue sécurité médicale de la salle ». 

Sécurité justement : « qu’en sera-t-il des moyens de la police, alors que celle-ci est appelée à d’autres missions de première importance suite aux attentats de 2015 ? » interroge cette habitante qui fait état des nombreuses agressions physiques graves, commises par des toxicomanes contre des habitants du quartier. 

Rien n’est clair ni garanti sur ce point.

Pire, souligne ce membre du collectif : un document de l’association Gaïa indique explicitement qu’il est prévu « un agent de sécurité de sécurité si budget »

En outre, ceux-ci contestent aussi le fait que cette salle sera mitoyenne de la maternité de l’hôpital Lariboisière : « comment peut-on concevoir un tel projet ! Mettre côte à côte une maternité et une salle de shoot, il faut le faire ! » s’indigne une jeune femme, elle-même enceinte.

Vous vous en doutez, l’Institut pour la Justice va se mobiliser sur ce sujet extrêmement important.

Cependant, ce serait oublier que nous avons une épine dans le pied, et pas des moindres.

Comme je vous le disais il y a quelques jours, le site Internet de l’Institut pour la Justice a été piraté. Dieu merci, le dommage est circonscrit à notre site Internet – ni notre système de pétition, ni notre plateforme de dons, ni notre intranet ne sont touchés.

Mais notre outil de communication – notre site Internet – a été touché.

Pourquoi avons-nous été attaqués ? Nous n’en savons pas plus – mais le préjudice est important: nous sommes censurés de fait.

Cela profite évidemment à nos adversaires. Les lobbys laxistes doivent se frotter les mains à la simple lecture de cet email.

Qu’ils ne réjouissent pas trop vite cependant: nos équipes travaillent d’arrache-pied pour rétablir nos sites Internet.

Mais vous devez le savoir: ils ont besoin de votre aide.

En donnant 10, 30 ou 50 euros aujourd’hui, vous pouvez nous permettre de mettre en place une protection renforcée au plus vite.

Je suis désolé de devoir réitérer ma demande, mais c’est important.

Si les pirates réussissent à nous réduire au silence à cet instant crucial, vous et moi manquerons le coche des primaires et des élections présidentielles. 

Or, il n’y a pas meilleure période pour pousser notre idée d’une justice protectrice des citoyens.

En cliquant ici, vous tomberez sur une page de don 100% sécurisé.

Elle est hébergée chez notre prestataire de paiement en ligne et n’est donc pas concernée par les attaques.

J’insiste:

S’il vous plaît, ne les laissez pas nous faire taire.

S’il vous plaît, faites ce que vous pouvez pour nous aider à nous défendre.

Merci de tout mon coeur par avance, 

Laurence Havel

Appel au boycott du 27 Novembre

« La sœur d’une victime appelle au boycott de l’hommage national »

Emmanuelle Prévost, la soeur de François-Xavier Prévost, tué au Bataclan lors des attentats du 13 novembre à Paris, a appelé sur sa page Facebook à boycotter l’hommage national aux victimes, vendredi aux Invalides.
 

« J’APELLE AU BOYCOTT DE L’HOMMAGE NATIONAL RENDU AUX VICTIMES. » En lettres capitales, Emmanuelle Prévost, sœur de François-Xavier Prévost, mort au Bataclan, à Paris, lors des attentats du 13 novembre, appelle à boycotter l’hommage qui sera rendu aux victimes, aujourd’hui aux Invalides.

Publié lundi sur la page Facebook de la jeune femme, le message a également été relayé sur la page « We miss you FX », créée en l’honneur de son frère. Ce mercredi, à la mi-journée, son texte avait déjà été partagé près de 20.000 fois.

« Rien n’a été fait » depuis les attentats de janvier

« En tant que famille de François-Xavier Prévost, victime de cette tuerie, nous n’y (l’hommage national, ndlr) participerons pas », commence Emmanuelle Prévost. Depuis les attentats de janvier « rien n’a été fait », argumente-t-elle. « Si des textes ont été votés, aucun décret d’application n’a encore été publié. »

En France, « il est possible d’être en lien avec un réseau terroriste, de voyager en Syrie, et de revenir, librement », poursuit la jeune femme, « des personnes fichées S circulent librement, empruntent n’importe quel moyen de locomotion (…), louent des voitures (…), travaillent à nos côtés (…). »

« Parce qu’un homme condamné en 2008 est libre en 2013 »

89 mosquées sont recensées comme étant radicales, c’est-à-dire qu’elles appellent ou profèrent la haine », écrit-elle aussi, regrettant qu’il ait « fallu attendre les événements tragiques du 13 novembre pour que se pose enfin la question de leur dissolution ».

« Parce qu’en France, un homme ayant perpétré un homicide en 2006, condamné en 2008, est libre en 2013 », continue la sœur de François-Xavier Prévost, faisant référence à Jawad Bendaoud, mis en examen mardi dans le cadre de l’enquête. « Parce que ce même homme n’a pas peur de dire à la France entière après avoir hébergé plusieurs jours des terroristes : ‘On m’a demandé de rendre service, j’ai rendu service’. Ben oui… »

« Votre main tendue, votre hommage, nous n’en voulons pas »

Évoquant les frappes françaises contre Daech, elle souligne que « les représentants de l’Etat ont décidé de mener des raids aériens contre l’Etat Islamiste en Irak puis en Syrie sans se soucier de préserver, avant d’agir, la sécurité de leurs concitoyens. »

« Alors NON, merci Monsieur le Président, Messieurs les politiciens, mais votre main tendue, votre hommage, nous n’en voulons pas et vous portons comme partie responsable de ce qui nous arrive ! C’est plus tôt qu’il fallait agir. Les attentats du mois de janvier auraient dû suffire ! », conclut la sœur de la victime.

cotepopularite

cecileresultatdeca

Des scènes de violence extrême à Montpellier

Le journal Midi Libre, qui relate les événements a qualifié de « particulièrement chaude », la soirée de samedi à dimanche dernier, dans le quartier du Petit-Bard à Montpellier.
A l’origine des incidents, « vers 19 h 15, un automobiliste a refusé d’obtempérer à un contrôle de police et s’est engouffré à vive allure dans la cité ». C’est alors qu’ « un groupe d’une trentaine de jeunes » fait barrage à la police pour empêcher les forces de l’ordre de suivre l’automobiliste en infraction.
La situation a ensuite dégénéré très rapidement : « en quelques minutes, la voiture de police a été caillassée avec des pierres et des chaises », raconte le quotidien. Plus tard, la violence contre les policiers est montée d’un cran : « des matelas en feu ont été jetés sur la chaussée » pour empêcher les policiers d’entrer dans le quartier, a expliqué un témoin de la scène de violence. Afin de disperser « les assaillants » et de s’extraire, les policiers ont dû utiliser leur « flash-ball », poursuit Midi Libre.
Le témoin, contacté par le journal pour livrer des détails de la scène ainsi que ses commentaires a assuré que « la présence de la police à cette heure-là, à la nuit tombée, a contrarié les trafics, constate un habitué des lieux. Les trafiquants n’aiment pas que l’on vienne épier leurs affaires ».
A l’issue de l’affrontement entre les trafiquants et la police, le calme est revenu dans la soirée après l’arrivée de renforts.
Dans sa classe la professeure se fait tirer dessus et
molester par un élève au cri de « allahu akbar »

Un élève âgé d’une quinzaine d’années aurait fait irruption dans une salle de classe, celle d’une professeure de sciences physiques, en hurlant « Citoyen libre, vive la France » puis « Allahu akbar », avant d’orienter son arme vers l’enseignante et de lui tirer dessus à coups de pistolet à billes.
Le jeune aurait également profité de l’occasion pour frapper l’enseignante à coup de crosse et de pied. En plus de sa réplique, l’adolescent portait également sur lui une grenade Air soft.
Chanteloup-les-Vignes (78) : POLICE
ATTAQUÉE, VÉHICULES MUNICIPAUX
INCENDIÉS !!
Vendredi, 2 heures du matin, un premier feu de poubelles est signalé. Les fonctionnaires qui se rendent sur les lieux tombent alors dans un véritable guet-apens : bloqué par un chariot de supermarché, leur véhicule essuie des jets de pierres, d’un groupe de cinq individus.
Les policiers sont contraints de faire usage de leur lanceur de balles de défense et d’une grenade de désencerclement pour se dégager.

Dans le même temps, deux incendies sont déclarés, à proximité immédiate de bâtiments municipaux : l’un aux ateliers municipaux, où trois véhicules sont en feu et surtout l’autre, devant la mairie, où trois autres voitures sont embrasées.
« Rien ne laissait prévoir un tel accès de violence. Je n’ai aucune explication » déplore Catherine Arenou, la maire (LR) de la ville.
LA FRANCE EST PLONGÉE DANS LE CHAOS !
> LA RACAILLE FAIT LA LOI !
Les deux-roues ne seront plus contrôlés.
La conduite sans permis, sans assurance ou sous l’emprise de cannabis, n’est punissable que d’une simple Amende.
Les détenus en voie de radicalisation font régulièrement des sorties pédagogiques et ludiques, au frais du contribuable, et leur permettant de s’évader (1 évasion par jour).
Les Forces de l’Ordre, les Avocats, Magistrats, le personnel Pénitentiaire (manif aujourd’hui) sont les premiers à dénoncer le laxisme du système judiciaire et manifestent en masse.
Les gens du voyage dégradent les structures du pays, pour mette à genoux le gouvernement. Celui-ci n’a toujours pas porté plainte.
La liste est longue et ne cesse de s’allonger au fil des jours.
Melun : UN CHAUFFEUR BLESSÉ, LE BUS CAILLASSÉ !
Melun : rappelez-vous, c’est la ville dans laquelle, un tribunal a dernièrement interdit la crèche municipale pour ces fêtes de fin d’année…
Lundi 19 octobre, vers 16 h 20, le chauffeur — selon son propre témoignage — ralentit son bus de la ligne L avenue Saint-Exupéry à l’arrêt Montaigu. Un véhicule mal stationné le gêne, il klaxonne. Le conducteur de la voiture et ses trois passagers sortent du véhicule et l’insultent copieusement. Avec sept ans d’expérience chez Veolia Transdev, l’homme sent que les choses vont déraper. Il ouvre la porte arrière et fait sortir les voyageurs.

Bon réflexe car très vite, vingt à trente jeunes bloquent le bus et le caillassent de tous côtés. L’un d’eux jette même une barrière de sécurité à l’intérieur. Le chauffeur réussit à fuir et ne doit son salut qu’à l’arrivée des policiers. Âgé de 38 ans, père de famille, il s’en sort avec une fracture du poignet, des douleurs aux côtes et des plaies saignantes à l’arrière du crâne.
Corbeil-Essonnes: UN DÉSÉQUILIBRÉATTAQUE UNE POLICIERE AU COUTEAU, IL EST TUÉ
Qu’est-ce qu’on a comme déséquilibrés en France !!! Par contre, très peu de Terroristes !!! ouf !
Un homme a été tué après un face-à-face avec la police à Corbeil-Essonnes. Le déséquilibré, qui a pris la fuite de l’unité psychiatrique d’un centre hospitalier, s’était jeté sur une policière avec deux couteaux dont un « ensanglanté ».
cagoulefeu grevesetsoulevements vallschancecompatriotes