Attention aux PV

Et avec tout ça on est pas capable de repérer un individu avec un couteau, ou un terroriste, suivre un fiché S , des suspects etc.. etc hé oui il y a pas de fric a faire dans le terrorisme .

 

Vidéo à voir, attention vous êtes filmés … Nouveaux radars …

 

 

http://video.mediabong.com/ videos/59f73789aedf6.mp4?ec_ rate=1300&ec_prebuf=3

Publicités

« On me prend pour un con »

Chers amis,

Ces mots sont ceux d’Eric Mouzin, le père d’Estelle.

Sa fille a disparu depuis 15 ans. Estelle avait neuf ans lorsqu’elle a été enlevée. 

Son père sort du silence : « Aujourd’hui, il n’y a ni schéma d’organisation de l’enquête, ni méthode, ni chronologie, ni liste de suspects, ni action engagée, ni échéancier. Il n’y a rien ».

Abandonné par la justice, il porte plainte contre l’Etat.

La colère de ce père de famille est bouleversante.

Soutenons son combat, signez la pétition en cliquant ici.

Quand vous l’aurez fait, je vous demande de transmettre mon email à tout votre carnet d’adresses. 

Plus nous serons nombreux, plus nous sortirons le père d’Estelle Mouzin de la solitude, une solitude ressentie par tant de victimes. 

Je compte sur vous pour signer la pétition. 

Avec tout mon dévouement,
Laurence Havel

Ps : Le père d’Estelle Mouzin porte plainte contre l’état pour faute lourde. Il a dit sur France 2, « c’est le combat d’un père, je n’imagine pas un père faire autre chose que ça ». Soutenez Eric Mouzin en cliquant ici. 

Taxe foncière : ce qu’ils sont en train de vous concocter

Madame, Monsieur,

Voilà la nouvelle mesure d’écologie punitive sur laquelle le gouvernement est en train de plancher :

Vous n’avez pas les moyens, pas la possibilité, ou tout simplement pas l’envie de faire changer l’ensemble de vos fenêtres, ou d’isoler votre toiture ? Dorénavant, avec le « bonus malus écologique », il faudra payer pour avoir le « droit » d’être mal chauffé !

Le principe de cette mesure : augmenter la taxe foncière des logements pas assez isolés et trop énergivores au goût du gouvernement, selon sa catégorie de « performance énergétique ».

Oui, vous avez bien lu : l’idée est bien de faire payer… les ménages modestes, ou tout simplement tous ceux qui n’ont pas les moyens ou la possibilité de dépenser, au moment où le gouvernement l’aura décidé, des milliers, voire des dizaines de milliers d’euros, pour rénover leur maison ou leur appartement.

Des millions de gens devront donc, en plus d’avoir froid… payer une taxe supplémentaire !

On marche sur la tête.

Pour l’instant, le montant de cette surtaxe n’est pas encore connu, mais, sachant que les collectivités locales n’auront bientôt quasiment plus que la taxe foncière comme source de financement direct, le pire est à craindre.

Et la sanction ne s’arrête pas là. Lorsque vous voudrez vendre votre logement, là encore, le gouvernement vous obligera à faire les travaux qu’il aura jugés bons pour vous, ou alors il faudra payer des frais de notaire plus élevés.

Ça devient dément ! Jusqu’où iront-ils dans la spoliation des propriétaires ?

D’autant que si le « malus » est bien connu, le « bonus » se résume, pour l’instant, à une légère amélioration des aides à la rénovation…

Pour l’instant, le projet est encore en phase d’étude au ministère de la Transition écologique. Alors, c’est le moment ou jamais de nous mobiliser et de rassembler des dizaines de milliers de Français pour faire barrage, ensemble, à cette mesure scandaleuse !

Pour cela, signez-vite, s’il vous plaît, la pétition « Non au bonus-malus écologique pour les propriétaires » et, après avoir signé, transférez cet e-mail à vos connaissances, pour qu’eux aussi rejoignent la bataille !

Pour signer la pétition cliquez sur le lien suivant :

https://www.citizaction.fr/petition/non-au-bonus-malus-ecologique-pour-les-proprietaires/

Je vous remercie par avance,

Philippe

Et pendant ce temps là, en France rien de nouveau…

institutjustice

Chers amis,

Vous vous souvenez que, dans mon dernier mail, je vous avais expliqué comment la ville de New-York avait réussi à faire baisser de manière spectaculaire la criminalité.
Elle a diminué de 80%.

On pourrait donc se dire qu’en France, nous nous inspirons des méthodes qui marchent…

Et bien non. Jugez par vous-mêmes…

Chez nous, tout d’abord, les prisons sont surpeuplées, comme vous le savez.
Il y a actuellement presque 15 000 détenus en surnombre par rapport aux places réellement disponibles.

Tout cela parce que, depuis des décennies, les gouvernements successifs ont refusé les investissements qui auraient été nécessaires pour faire face à l’augmentation massive de la délinquance depuis les années 1960.

La conséquence ? Les magistrats répugnent à prononcer de courtes peines de prison ferme, puisqu’ils savent que les maisons d’arrêt croulent déjà sous les détenus.

En mars dernier, par exemple, la directrice de la maison d’arrêt de Villepinte a informé les tribunaux de Paris et de Bobigny qu’elle était dans l’impossibilité absolue d’accueillir de nouveaux détenus. Son taux d’occupation était de 201% !

Et lorsqu’on ne condamne pas un délinquant à de la prison, à quoi le condamne-t-on alors ?

À des « peines alternatives » …

Par exemple, le port d’un bracelet électronique.

Peut-être vous souvenez-vous qu’Adel Kermiche, l’un des auteurs de l’assassinat du père Hamel à Saint Etienne du Rouvray, le 26 juillet 2016, était sous bracelet électronique le jour où il a commis son crime…

En réalité les « peines alternatives » n’ont souvent de peines que le nom et sont donc très faiblement dissuasives, notamment pour les délinquants récidivistes.

Autre conséquence : nous avons chaque année un stock d’environ 90 000 à 100 000 peines de prison ferme qui sont en attente d’exécution.

Pour les peines de prison qui ne sont pas exécutées dès la sortie du tribunal, le délai moyen de mise à exécution est de neuf mois.

Vous avez bien lu : neuf mois. Et pendant ce temps le « condamné » à de la prison est libre comme l’air. Pendant des mois après son procès.

Evidemment la plupart des peines finissent par être exécutées un jour, mais parfois après un délai si long que le délinquant, qui entre temps a eu l’occasion de commettre bien d’autres délits, ne sait même plus pour quel délit il va en prison !

Et quand je dis que les peines sont exécutées… il faut s’entendre.

Lorsque la peine prononcée par le tribunal est inférieure à deux ans ferme, elle ne peut pas être mise à exécution avant qu’un autre juge, le Juge d’Application des Peines (JAP) ne l’ait examinée. Le JAP peut alors décider de la transformer en autre chose qu’une peine de prison. Et très souvent il le fait.

Oui, vous comprenez bien. Le tribunal prononce une peine de deux ans de prison ferme (ce qui correspond déjà à un délit assez grave). Mais le coupable ne part pas en prison. Non, non. Son dossier est transféré au JAP, et le plus souvent il ne fera pas un seul jour de prison (à moins qu’il n’ait fait de la prison préventive) !

Et si le délinquant est envoyé en prison… il y a les remises de peines.

« Remises de peine automatiques » : trois mois de peine supprimés automatiquement la première année, deux mois les années suivantes.

« Remises de peine supplémentaires » : accordées assez facilement dès lors que le condamné peut justifier « d’efforts en vue de sa réinsertion ».

Cumulées, ces différentes remises de peine peuvent réduire la peine reçue à son procès à peu près de moitié.

En France, nous sommes loin d’appliquer la tactique de la « Vitre Brisée », nous laissons au contraire se constituer des zones de non droit, qui s’étendent et se multiplient sur tout le territoire national.

Les forces de l’ordre prennent des gants lorsqu’elles s’y rendent pour des opérations ciblées, et se retirent le plus rapidement possible afin de ne pas risquer un « incident ». Comprenez : afin de ne pas risquer qu’un délinquant soit blessé ou tué en résistant aux forces de l’ordre.

La priorité n’est plus de faire respecter la loi et d’assurer la tranquillité des habitants, mais de ne pas faire de mal aux délinquants.

Dans les cités marseillaises, « La direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône nous interdit de prendre en chasse les gens à deux-roues… » expliquait un policier dans l’hebdomadaire Valeurs actuelles du 9 septembre. « Il faut éviter la “saucisse”, c’est-à-dire l’incident. Officiellement, l’administration nous dit que c’est pour nous protéger… On nous explique que la justice ne nous couvrira pas s’il y a un accident. »
Résultat : « Les jeunes s’imaginent qu’on les craint. »

Dans son livre Colère de flic, Guillaume Lebeau, qui est agent de la BAC, fait le même constat d’impuissance à propos du voile islamique intégral.

« L’interdiction du voile, c’est la parfaite illustration du double discours. Officiellement le voile est donc proscrit, mais dans les faits qui applique vraiment cette loi ? A chaque fois que j’ai été témoin de tentatives pour l’appliquer, cela s’est mal terminé. Contrôler une femme voilée génère automatiquement des tensions. Généralement, face à l’attroupement que cela provoque, les collègues doivent abréger le contrôle. Récemment une note administrative a été diffusée, nous enjoignant de réduire les contrôles, notamment aux abords des mosquées. La note exige du « discernement dans l’application de la loi ». Jusqu’où doit aller ce « discernement » ? Devons-nous purement et simplement fermer les yeux ? »

Je n’ai pas besoin de continuer davantage : vous le comprenez, en France nous faisons exactement L’INVERSE de ce qu’il faudrait faire pour faire baisser la délinquance.

Pour tout dire, nous marchons sur la tête. Et ce sont les Français qui en payent le prix, chaque jour. Parfois avec leur vie.

N’allons pas par quatre chemins. C’est inacceptable. Presque criminel.

Emmanuel Macron a déclaré qu’il voulait créer, dans les mois qui viennent, une « police de la sécurité et du quotidien », qui ne répéterait pas les erreurs de la précédente « police de proximité ».

J’aurais envie de lui dire : « chiche, Monsieur le président ! ».

Vous voulez une « police de proximité » qui fasse réellement reculer la délinquance ? Inspirez-vous de ce qui s’est fait à New-York.

Appliquez la tactique de la « Vitre Brisée ». Faites en sorte que la justice sanctionneeffectivement dès le premier délit, et que les peines soient exécutées sans tarder.
Redonnez aux policiers la possibilité de faire leur travail, partout sur le territoire de la République.

Malheureusement, pour l’instant nous n’en prenons pas le chemin.

Déjà le gouvernement nous explique que les 15 000 places de prison supplémentaires promises pendant la campagne électorale prendraient au moins deux quinquennats à construire…

La Garde des Sceaux parle encore et toujours de « développer les peines alternatives ».
A aucun moment il n’a été question de remettre en cause le régime excessivement généreux des remises de peine.

A ma connaissance aucune consigne nouvelle n’a été donnée aux policiers pour regagner les « territoires perdus de la République ».

Bref, ils continuent à aller dans la mauvaise direction.

Mais si comme moi, vous ne voulez pas baisser les bras, que vous voulez une réforme en profondeur de la justice, alors, je vous le demande, venez compléter le Référendum en cliquant ici et nous aider à faire gagner le bon sens sur l’idéologie. C’est très important.

Si nous n’agissons pas, qui le fera ?

Au nom de toutes les victimes potentielles que nous pourrons éviter, remplissez le Référendum pour la Justice.

Avec tout mon dévouement,

Laurence Havel