Pour fuir vos responsabilités, droguez-vous !

Chère Madame, cher Monsieur,

Attention, cette décision de justice prise en décembre peut avoir des conséquences très grave sur la sécurité des français.

Vous avez été nombreux à m’écrire à ce sujet, j’ai pris le temps de bien décortiquer et de comprendre cette affaire avant de vous répondre.

Il s’agit du meurtre de Sarah Halimi.

Le 4 avril 2017, dans le quartier de Belleville à Paris, Sarah Halimi, une dame de 65 ans est attaquée chez elle. Elle est rouée de coups et défenestrée depuis le balcon de son appartement du troisième étage au cri de « Allahu akbar » par un voisin de 27 ans.

Qui était Sarah Halimi ? Une mère de famille de trois enfants, médecin de formation qui avait été toute sa vie professionnelle directrice de crèche à Paris. « Elle savait insuffler l’amour chez les enfants, leur donner de l’amour » dit d’elle l’ex-président de cette crèche.

Qui est Kobili Traoré ? Cet homme né en 1990 à Paris vient d’une famille d’origine malienne. Il arrête sa scolarité en troisième professionnelle « et s’essaie à quelques petits boulots pour finalement vivoter du RSA et de la vente de drogues. Il en planque parfois au domicile familial. C’est plus lucratif qu’être caissier chez Franprix.

D’ailleurs, dans la petite délinquance, il excelle : trafics, détention d’arme à feu, menaces de mort, conduite sans permis. À moins de trente ans, il peut se targuer d’avoir été incarcéré quatre fois : quatre condamnations pour vol, six pour violences, dont une pour avoir brûlé un individu afin de le détrousser, huit pour usage ou trafic de stupéfiants, deux pour outrage, un pour port d’arme etc. Sans compter les trente pages de mains courantes. Quel casier ! » (Noémie Halioua – L’affaire sarah Halimi).

La nuit du meurtre, avant d’arriver chez Sarah Halimi, Traoré pénètre chez des voisins apeurés qui se barricadent dans une pièce. Il passe alors par la fenêtre pour entrer chez sa victime. Elle dort, mais il va la rouer de coups en l’insultant. Une voisine est réveillée par les cris et va appeler la Police vers 4h45. Une brigade arrive et se positionne sous le balcon d’où elle verra projeter le corps de Sarah Halimi.

L’histoire est dramatique. Mais la suite est inquiétante.

Une analyse toxicologique est faite sur Traoré et l’on découvre la présence de cannabis dans son sang. Il sera interné directement sans être interrogé par la police.

Noémie Halioua a mené l’enquête pour son livre : « Au sein même de l’hôpital psychiatrique, Traoré a recommencé son commerce de drogue en promettant aux autres patients du cannabis que sa famille serait censée lui apporter pendant ses visites. Nul ne sait s’il a pu faire prospérer son petit commerce, ce que l’on sait en revanche, avec certitude, c’est qu’il a pu se droguer au sein de l’hôpital public grâce à sa soeur qui lui a apporté des “provisions” sans que cela n’ait gêné personne ».

En décembre dernier, l’enquête a eu lieu, l’instruction a été menée et la justice a rendu ses conclusions :

La Cour d’appel de Paris a jugé que la surconsommation de cannabis abolissait le discernement du meurtrier, Traoré est irresponsable pénalement de ses actes.

Pourtant, les experts psychiatres, avisés pour rendre leur avis sur ce sinistre personnage, étaient en désaccord sur leurs conclusions.

J’ai demandé au Dr Alexandre Baratta, lui-même psychiatre et expert (proche de l’IPJ et non atteint par l’idéologie qui fait beaucoup de mal chez nombre de ses confrères), de m’expliquer qui décide dans ce genre de situation.

« J’ai moi-même été confronté à des cas similaires dans ma pratique expertale. Et pas qu’une fois. De façon générale, il faut qu’il y ait 2 conditions réunies pour retenir une abolition du discernement :

•L’existence d’une maladie mentale. Dans 90% des cas il s’agit d’une schizophrénie, cela peut aussi être une psychose paranoïaque ou un trouble bipolaire décompensé. Le cas d’un trouble psychotique aigu secondaire causé par l’ingestion délibérée de cannabis pose problème dans la mesure où il y a eu prise volontaire d’un stupéfiant.

•Un lien direct et exclusif entre la maladie mentale et le passage à l’acte qui lui est reproché.

Dans bien des cas, les experts ne sont pas d’accord entre altération et abolition du discernement. Celui qui a le dernier mot est :

•Soit le magistrat instructeur dans le cadre de la mise en examen : les experts vont chacun plaider leur analyse critique devant la chambre de l’instruction composée de 3 juges d’instruction.

•Soit la Cour d’assises si le sujet arrive jusque-là, c’est alors au jury populaire de choisir quel expert était le plus convaincant.

Dans tous les cas ce n’est pas forcément l’expert le plus compétent qui est suivi, mais celui qui est le plus convaincant lors de sa déposition… »

Et en effet, Me Gilles-William Goldnadel qui est l’avocat de partie civile dans cette affaire ne contredira pas le Dr Baratta.

« Il y a un premier expert qui a dit que Traoré était accessible à un jugement pénal et un second expert qui a considéré que puisqu’il avait pris une dose massive de cannabis, son jugement avait été faussé et il ne serait pas accessible à un jugement pénal…

La juge d’instruction a préféré la version expertale qui lui allait le mieux et pour aller encore plus dans son sens puisqu’il était irresponsable pénalement, il ne pourrait être ni islamiste, ni antisémite ni ce que vous voulez ». (Bd Voltaire).

Mais comme l’a expliqué le Dr Baratta plus haut, il y a peut-être une solution pour éviter cette irresponsabilité.

« Il existe une jurisprudence de la Cour de cassation qui explique que lorsqu’il y a deux experts qui sont d’un avis contraire, c’est à la cour d’assises de statuer sur la question de l’irresponsabilité pénale » (Me Goldnadel).

Une question se pose alors : pourquoi cette affaire n’a t-elle même pas été envoyée en cour d’assises ?

Heureusement, les avocats ont bien sûr annoncé un pourvoi en cassation de cette décision prise par la chambre de l’instruction.

Car concrètement, si l’irresponsabilité pénale est maintenue par Traoré, que va-t-il advenir de lui ?

Réponse du Dr Baratta : « Lorsqu’une irresponsabilité est déclarée : le sujet est hospitalisé en psychiatrie sous contrainte en SDRE, jusqu’au jour où son psychiatre traitant estime qu’il n’est plus dangereux et demande sa sortie.

J’ai déjà eu le cas, par le passé, d’un homme ayant tué sa compagne à la carabine. Non-lieu psychiatrique du fait d’une maladie mentale, il était dehors 2 ans seulement après son homicide… Il avait été ré-hospitalisé après avoir agressé sa nouvelle compagne à coups de couteaux. »

Et c’est aussi ce que redoute Me Goldnadel dans son entretien avec Boulevard Voltaire :

« Traoré est en pleine forme, je lui ai fait dire à l’audience de la chambre d’instruction qu’il était accessible au jugement pénal, il est accessible, il est sevré.

Donc vous pouvez tenir pour sûr, si à Dieu ne plaise, l’irresponsabilité pénale était définitivement prononcée, le lendemain à 9 heures il sortira de l’hôpital psychiatrique où il se trouve car il n’y aurait aucune raison de le conserver avec toutes les possibilités ensuite de ce qu’il pourrait se passer quand il sera libre… »

Nous regardons tous vers la Cour de cassation car sa décision sera décisive.

Me Szpiner l’a annoncé, « la cour a créé une “jurisprudence Sarah Halimi“, c’est-à-dire que toute personne qui sera atteinte d’une bouffée délirante parce qu’elle a consommé des substances illicites et dangereuses pour la santé se verra exonérée de sa responsabilité pénale ».

Impossible de ne pas penser aux chauffards qui fument des joints et qui fauchent des piétons.

Comment y voir là une décision de justice rendue au nom du peuple français ?

La Cour de cassation a les cartes en main. Je suis cette affaire de près. Nous restons en contact.

Avec tout mon dévouement,

Laurence Havel

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s