Islamisme, « le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt ».

institutjustice

Chère Madame, cher Monsieur,

Plus les jours passent et plus ce que nous supposions à propos de l’attaque de la Préfecture de police de Paris se révèle exact.

Quand les médias ont commencé à diffuser des informations sur ce quadruple meurtre, à l’IPJ nous nous disions entre nous « terrorisme islamiste », « attaque au couteau », « radicalisation dans les administrations »…

La semaine dernière, combien d’éditorialistes ont poussé des cris d’orfraie à l’idée de faire un lien entre la conversion à l’islam d’un fonctionnaire habilité « secret défense » et ce passage à l’acte ? Certains allant même jusqu’à dire qu’une telle conversion d’un habilité « secret défense » ne devrait pas susciter plus de questions qu’une conversion au christianisme.

Et maintenant, au fur et à mesure que les informations sur cet individu sont dévoilées ces bonnes âmes lui trouveraient presque des excuses.

Pourtant, le dossier de Michael Harpon est épais. Aux dernières nouvelles, il avait été signalé en 2015 à plusieurs reprises par différents collègues.

Le journal Causeur a eu accès au rapport de la Préfecture de Police sur le comportement de ce sinistre individu. Rapport qui a été remis à Christophe Castaner qui s’était exprimé un peu vite jeudi quand il a déclaré que Harpon n’avait « jamais présenté de difficulté comportementale », ni « le moindre signe d’alerte ».

La prudence n’est-elle pas de mise au début d’une enquête ? Surtout quand on parle en qualité du ministre de l’Intérieur ?

Voici un extrait de ce rapport :

rapport-pref-paris.jpg

Ce matin je lisais que les enquêteurs ont également retrouvé dans son bureau une clé usb qui contient des vidéos de propagandes de l’État islamique ainsi que les coordonnées et des informations personnelles de plusieurs dizaines de ses collègues de la Préfecture de Police.

Toutes les craintes sont permises…

« Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt »

Et c’est exactement le sentiment que l’on a aujourd’hui.

Combien de temps encore allons nous lire dans les journaux que « 30 fonctionnaires environ seraient suivis pour radicalisation au sein de la police nationale, dont une quinzaine à la Préfecture de police de Paris » (CNews, lundi 7 octobre). C’est d’ailleurs l’IPJ qui a lancé l’alerte en publiant ce chiffre dans Le Figaro vendredi, avant même que le parquet national anti-terroriste soit saisi.

Une trentaine de personnes sont identifiées, elles pourraient potentiellement passer à l’acte, elles sont peut-être dangereuses et tout le monde est au courant. C’est inacceptable ! Comment nos dirigeants peuvent ils rester passifs face à une telle situation ? Est-ce un manque de courage ? du déni ? du clientélisme ?

La raison importe peu finalement, le résultat est malheureusement le même, ils spéculent avec notre sécurité et mettent nos vies en jeu en laissant pourrir la situation.

Et pourtant, il existe des solutions. Ce n’est peut-être pas la panacée, mais par exemple en juin dernier, les députés Éric Diard et Éric Pouillat ont remis leur rapport sur la mission d’information relative aux services publics face à la radicalisation. Ils ont écrit noir sur blanc cinq propositions concrètes pour renforcer la capacité d’action du service national des enquêtes administratives de sécurité (SNEAS), qui distribue l’agrément pour être recruté dans la police.

Pourquoi cette mesure n’a-t-elle pas été mise en place ?

Pourquoi nos dirigeants prennent-ils des airs graves, expliquent dans les médias qu’ils sont « aux responsabilités » et pourtant ne mettent pas en place les outils qui pourraient prévenir de telles situations ?

Il y a des mesures très concrètes à appliquer. Je constate que malgré les alertes, les passages à l’acte et les menaces, nos dirigeants ne font pas le maximum.

Et aujourd’hui, le ver est dans le fruit.

Aurélia, Anthony, Damien et Brice ont reçu la légion d’honneur à titre posthume ce matin dans la cour de la Préfecture de police de Paris.

Ils ont reçu les honneurs de nos gouvernants, ceux-là même qui ont les cartes en main pour combattre et éradiquer le terrorisme. Qu’ils ne soient pas morts pour rien.

L’heure est grave.

Avec tout mon dévouement,

Laurence Havel

Ps : Je vous incite à aller lire l’entretien de notre porte-parole dans Le Figaro vendredi. Il y évoque la radicalisation chez les policiers.

www.lefigaro.fr/vox/societe/attaque-a-la-prefecture-de-police-renforcons-la-detection-de-la-radicalisation-chez-les-policiers-20191004

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s