« Attention, je compte jusqu’à trois, 1 … 2 … »

institutjustice

Chère Madame, cher Monsieur,

En France, que fait, d’après vous la justice avec un homme déjà condamné 12 fois ?

Je suis mère de famille.

Je suis sûre, si vous êtes parents ou grands-parents que vous avez déjà, vous aussi, usé de la méthode : « Attention, je compte jusqu’à trois… 1… 2…. »

Avec ma fille de trois ans, j’y ai recours lorsqu’elle refuse de finir son assiette, lorsqu’elle s’agite trop et que je ne peux pas l’habiller, lorsqu’elle fait un caprice dans un magasin… Et à chaque fois, je me surprends moi-même tant cette formule fonctionne.

« Attention, je compte jusqu’à trois » : elle se redresse et me regarde avec défi.

Mon premier doigt se lève, « 1 » : elle commence à se radoucir.

Mon deuxième doigt se lève « 2 » : elle se calme et redevient le petit ange blond que je connais.

D’accord Laurence, me direz-vous, mais quel rapport avec les questions de justice et de sécurité qui nous intéressent ?

Le rapport est simple. Lorsque l’on sait que la sanction tombe rapidement et systématiquement, elle devient dissuasive. Retenez bien ces mots car il sont la clé d’une justice pénale qui fonctionne efficacement.

Si je dis « 3 » à ma fille, elle sait qu’elle sera punie, elle ira au coin, ou bien n’aura pas le droit de regarder un dessin animé, ou une autre chose du même genre. Et c’est exactement pour cela qu’elle se résout à stopper ses bêtises avant que je ne parvienne à « 3 ».

Cela relève du bon sens, vous serez d’accord avec moi.

Mais manifestement le bon sens n’est pas la chose la mieux partagée du monde. A Montpellier, par exemple, le 12 avril dernier un chauffard nommé Imad K., qui voulait échapper à la police, a commencé par blesser un agent en lui fonçant dessus avec sa voiture, puis il a ensuite tué une retraitée de 78 ans qui traversait tranquillement la rue en traînant son chariot à roulettes.

Ce chauffard n’est pas n’importe qui. C’est un homme déjà condamné 12 fois.
Interpellé au terme de trois ans d’enquête concernant un vaste trafic de voitures, il avait été incarcéré, mais comme l’explique le journal Midi Libre « bien qu’ayant été déjà 12 fois condamné, il avait bénéficié d’une remise en liberté, les juges estimant que les dernières péripéties l’ayant envoyé derrière les barreaux n’étaient pas assez crédibles ». Incarcéré fin décembre, libéré le 5 janvier.

Pas assez crédibles…

Pourtant, déjà mis en examen en septembre 2016 et placé sous contrôle judiciaire il avait violé les conditions de son contrôle et immédiatement repris ses activités délinquantes.

Le 12 avril dernier, pour échapper à la police venu l’interpeller, il n’a pas hésité à semer la mort sur sa route.
Et aujourd’hui, il est toujours recherché.

« Attention, je compte jusqu’à trois… »

Croyez-vous que les juges qui ont traité son cas lui ont dit « Attention, nous allons compter jusqu’à 3… » ?

Ils ont compté jusqu’à 12 et puis… et puis rien.

« Au revoir Monsieur, vous êtes libre de poursuivre vos méfaits, nous vous donnons une 13ème chance »

Et que dire de Bara, un Algérien de 44 ans, déjà condamné 22 fois, notamment pour des violences sur l’une de ses compagnes ?

En janvier dernier il sort de prison. La mère de l’un de ses enfants accepte de l’héberger ponctuellement, pour le dépanner. Deux mois plus tard, comme l’explique le journal Le Progrès : « Coups de poing au visage, tentatives d’étranglement, et menaces terrifiantes, couteau en main : “Je vais t’éventrer du haut jusqu’en bas” ». Pendant des heures.

A votre avis, Bara, déjà condamné 22 fois, a t-il eu peur, au moment de commettre son nouveau forfait d’être condamné une 23ème ? A-t-il eu peur des sanctions que pourrait lui infliger la justice française ?

Non, bien sûr. Tout comme Imad K., tout comme beaucoup d’autres délinquants il vit manifestement dans un sentiment d’impunité, sans craindre ce qui pourrait lui arriver s’il était condamné.

Cela n’est pas acceptable. Ce n’est pas recevable pour la famille de la pauvre dame qui allait simplement faire des courses et qui a été fauchée sans pitié. Ce n’est pas recevable pour cette femme qui a vécu des heures de cauchemar en craignant de mourir sous les coups de son bourreau. Ce n’est pas audible pour les citoyens honnêtes qui respectent les règles et qui doivent craindre de croiser un jour la route d’un Imad ou d’un Bara.

Le criminologue canadien Maurice Cusson a écrit pour l’IPJ une étude passionnante sur la dissuasion. Il explique clairement : « simplement parce qu’elle existe, cette redoutable machine à punir et à rendre justice fait sentir son influence sur la plupart d’entre nous. Elle nous conduit à conclure que nous n’avons intérêt ni à frauder, ni à voler, ni à tuer notre prochain ».

Sauf qu’en France aujourd’hui, ceux qui choisissent la carrière délinquante le font en sachant que ce système punit peu, et très tardivement. Que sa clémence démesurée leur permet de commettre de nombreux méfaits avant de recevoir une sanction véritable.

C’est le constat du criminologue : « Les peines de prison avec sursis ou encore des sentences inexécutées seront trop peu sévères pour avoir un impact car elles se situent bien en deçà du seuil minimal de sévérité, du moins, pour bon nombre de délinquants. »

Rappelons qu’en France ce sont près de 100 000 peines de prison ferme qui sont en attente d’exécution, et qui mettront des mois ou des années avant d’être exécutées. Si jamais elles le sont…

Cela conduit à des drames, comme à Montpellier.

Notre justice est à bout de souffle, et nous souffrons tous de sa patience et de son laxisme avec les délinquants récidivistes et réitérants. Comment comprendre qu’un homme déjà condamné à de multiples reprises ne soit pas mis hors d’état de nuire pour un bon bout de temps ? Pourquoi ne pas entendre les criminologues et les spécialistes qui travaillent sur ces questions, sans idéologie ?

« Dissuader, c’est inciter un délinquant potentiel à renoncer à commettre un crime par la menace d’une peine qui le conduira à conclure que ses risques dépassent son espérance de gains ».

Aidez-moi à diffuser la bonne parole et à faire entendre la voix des experts qui nagent à contre-courant des idées dites « humanistes », qui sont en réalité des idées très cruelles pour les victimes et les gens honnêtes.

La bataille des idées bat son plein. Contre les lobbies laxistes qui ont leurs entrées dans les ministères pour faire entendre leur voix, nous devons nous élever. Pour cela, à l’IPJ nous faisons le choix d’atteindre les députés et de leur remettre des argumentaires clairs, sans détours et détaillés pour alimenter leur réflexion. Pour que leur vote reflète ce que nous voulons pour la France. Nous sommes la majorité silencieuse qui réclame le droit à vivre en sécurité. Nous pourrions tous être cette vieille dame écrasée par un homme « bien connu de la justice ».

Pour cela, j’ai besoin de votre aide. Nous devons faire gagner notre vision de la société et notre conception de la sécurité.

S’il vous plaît, soutenez l’Institut pour la Justice en cliquant ici.

Je sais que je vous le demande régulièrement, et je vous prie de m’en excuser, mais notre action nécessite des moyens pour être menée à grande échelle.

Avec toute ma gratitude et tout mon dévouement,

Laurence Havel

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s