Voulez-vous savoir qui n’est pas « fainéant » ?

institutjustice

Chère Madame, cher Monsieur,
Chers amis,

Si j’osais, en ce jour de grève en France, je dirais avoir découvert une catégorie de gens que notre Président aurait sans doute bien du mal à qualifier de « fainéants ».

Mais ce serait particulièrement malvenu car lorsque je dis cela, je pense aux terroristes, aux apprentis terroristes, aux djihadistes, aux apprentis djihadistes, aux radicalisés, aux apprentis terroristes radicalisés, aux islamistes apprentis terroristes, aux islamistes qui se radicalisent…

Bref, vous avez compris ce dont je parle.

Jeudi dernier, vous avez été très nombreux à me répondre après mon message sur le plombier de Villejuif. Et vous avez été très nombreux à me dire :

« Chère Laurence,

Il est inconscient de donner publiquement la profession de ce courageux monsieur qui va probablement être retrouvé par des complices de ceux qu’il a permis de faire arrêter ». 

Et nous espérons tous que la police a fait ce qu’il fallait pour le mettre en sécurité. Nous l’espérons, car on ne peut que redouter ce qu’il pourrait advenir de l’artisan en question quand on apprend qui sont les deux individus arrêtés.

Ali M.R., le propriétaire de l’appartement « laboratoire », est un père de famille franco algérien. Il a 36 ans.

Frédéric L. est fiché S, il s’est converti à l’islam en 2008 et s’est radicalisé depuis 2015. Il a 47 ans.

Vous lisez bien.

36 et 47 ans.

L’âge de votre conjoint, de vos enfants, de vos collègues ?

L’âge d’être père de famille, d’avoir un métier, des hobbies, des projets de vacances, parfois des ennuis de santé…

MAIS pas a priori l’âge de jouer à l’apprenti chimiste, de préparer un attentat, de vouloir rejoindre l’Etat Islamique, de vouloir tuer ses compatriotes au motif qu’ils sont des infidèles.

Savez-vous en effet que l’écrasante majorité des délinquants, et particulièrement des délinquants violents et récidivistes, sont des jeunes gens, voire de très jeunes gens ? Les statistiques nous l’apprennent : passé quarante ans presque tous les criminels se sont « rangés des voitures », s’ils ne sont pas morts avant de leur « activité », bien entendu…

Mais voilà, il semble qu’en ce qui concerne le terrorisme islamiste, cette règle ne s’applique pas.

Il n’y pas d’âge pour avoir ce genre de dessein macabre et pour devenir une menace pour la sécurité nationale.

Une menace qui vient de l’intérieur, et qui nous est directement destinée. Une menace qui peut nous frapper lorsque nous sommes dans les transports en commun, au supermarché, à la sortie de l’école ou à un concert…

Et pendant ce temps, le savez-vous ?

Nous sortirons de l’état d’urgence le 1er novembre prochain.

Une loi de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme doit être votée prochainement à l’Assemblée nationale. Je vous laisse deviner l’accueil qu’elle va recevoir par tous nos amis idéologues et « droits de l’hommistes ». Ils ont déjà manifesté le week end dernier contre « l’Etat policier ».

Curieux « Etat policier » que celui dans lequel des dealers peuvent tenir en coupe réglée des quartiers entiers, comme par exemple dans les quartiers nord de Marseille, sans que la police n’ose intervenir, pour ne pas provoquer « d’incident », comme le rapportait encore récemment le journal Valeurs Actuelles…

Vous comprenez bien que nous devons faire entendre une autre voix aux parlementaires. Ils doivent être convaincus du bien-fondé de cette loi dont le but est de nous protéger.

Son but est de protéger les Français contre la menace intérieure qui existe bel et bien mais que les idéologues préfèrent nier.

Mais que voulez-vous, « quand le sage désigne la lune, l’imbécile regarde le doigt » … Lao Tseu ne pensait pas si bien dire. A nous de convaincre maintenant.

Pour cela, nous multiplions les rendez-vous et les demandes de rendez-vous avec les députés, leurs assistants et toute oreille attentive à l’Assemblée nationale et au Sénat.

Nous nous apprêtons d’ailleurs à expédier à tous les membres des commissions de lois, à l’Assemblée nationale et au Sénat, un substantiel « kit de rentrée », qui leur présentera l’Institut, notre revue, nos études, afin qu’ils sachent bien où se trouve l’expertise en matière de justice et d’insécurité, si seulement ils veulent bien y prêter attention…

A vous de nous aider en retour dans ce combat, complétez maintenant le référendum pour la justice 2017​ en cliquant ici​ ​et transmettez-le à tout votre entourage.

Avec tout mon dévouement,

Laurence Havel

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s