Alerte: notre liberté d’expression est menacée

Chère Madame, cher Monsieur,

Avons-nous le droit de critiquer la justice en France ?

À écouter les habitués de la bienpensance, non. 

Et plutôt deux fois qu’une. En effet, le maire de Paris, Anne Hidalgo, considère que la critique de la justice “met en danger les principes républicains”.

Si vous êtes comme moi, vous levez les yeux au ciel dès qu’un homme politique se réclame de “la République” afin de clore n’importe quel débat.

Or, c’est bien ce dont se réclamait le maire de Paris. Elle réagissait à la manifestation organisée par le candidat à la présidentielle, François Fillon.

Dans les bureaux de l’IPJ, nous ne connaissons que trop bien ce type de réactions.

Maître Gilles-William Goldnadel, un de nos experts associés, a dès lors décidé de monter au créneau. 

Il dénonce la situation dans cet article sur le site du Figaro.

Avec son éloquence habituelle, il n’y va pas par quatre chemins. 

Petit florilège:

On pourrait donc, en permanence, conspuer, cracher, entarter, gifler, lancer des oeufs durs ou pochés, sur le personnel politique (…) mais il ne serait pas permis de mettre en cause le système juridico-médiatique, lorsqu’on pense qu’il déraille.

Ainsi, je n’aurais pas le droit de dire que je n’ai aucune confiance dans ces juges tellement aveuglés qu’ils punaisent sur leur mur d’infamie les noms des parents de victimes d’assassinats et leurs adversaires politiques.

Et je n’aurais pas le droit de préciser qu’ils représentent tout de même 25% des magistrats syndiqués et que c’est parmi eux qu’une certaine ministre de la justice a puisé pour placer ses pions aux endroits stratégiques de la chancellerie et des juridictions ?

Maître Goldnadel parle ici de l’affaire du Mur des Cons, inscrite dans l’ADN du Syndicat de la Magistrature.

Petit retour en arrière. L’histoire commence en avril 2013, lorsqu’une vidéo tournée clandestinement grâce à un téléphone par un journaliste de France 3, est diffusée sur Atlantico.

Sur les images, on y découvre un panneau accroché à l’intérieur des locaux du syndicat de la magistrature.Sur ce panneau, avaient été collés les portraits de dizaines de personnalités.

Vous pouviez y découvrir la plupart des anciens gardes des sceaux, mais également des ministres, un Président de la République, le criminologue Alain Bauer, des magistrats réputés pour être intraitables, des éditorialistes, des journalistes.

Mais il y a encore pire. Sur ce Mur des Cons, se trouvaient aussi les parents de victimes de récidivistes relâchés dans la nature par une justice incompétente

Ainsi, Philippe Schmitt figurait en bonne place – le père d’Anne-Lorraine Schmitt, assassinée en 2007 dans le RER D par un récidiviste tout juste remis en liberté.

Il expliqua aux journalistes du Figaro:

Si un juge avait craché sur la tombe de ma fille, cela n’aurait pas été différent.

Et ira jusqu’à se poser une question légitime: s’agit-il d’un mur ou d’une liste noire ? Qu’y a-t-il derrière ces photos, un fichier sur ces gens qui dérangent les magistrats ? 

Et on ne pourrait pas critiquer la neutralité de cette justice ?

Ce n’est pas tout. Car le Syndicat de la Magistrature s’est illustré dès le début comme une officine politique très à gauche.
Prenez les propos d’Oswald Baudot, un des fondateurs de ce groupuscule:

Soyez partiaux. Ayez un préjugé favorable (…) pour le voleur contre la police.

Pour eux, vous êtes systématiquement le privilégié. Le délinquant n’est que la victime de la société. Les rôles sont inversés, au nom de la justice sociale.

Mais le pire reste à venir.

Aux dernières élections professionnelles, le Syndicat de la Magistrature a engrangé près d’un quart des voix.

Cela veut dire que vous avez UN RISQUE SUR QUATRE d’être jugé par un juge sous influence politique.

Un risque sur quatre d’être considéré d’office comme un criminel, vous, la victime.

Vous comprendrez maintenant pourquoi l’Institut pour la Justice est constamment affublé de quolibets comme “ultra-droitier”, “très conservateur” ou “très répressif”.

Est-ce la réalité ? Sommes-nous vraiment de vilains “ultra-droitiers”, “conservateurs” et partisans d’une répression sans borne ?

Je vous laisse seul(e) juge. Est-ce être si “méchant” que de dénoncer les dysfonctionnements judiciaires tels que: 

… les errements de la légitime défense à la française, qui empêchent les forces de l’ordre de répliquer aux menaces ?

… la conception “marxisante” selon laquelle le squatteur doit être protégé contre un vil propriétaire capitaliste, qui s’avère bien souvent être une personne âgée à l’hôpital ?

… les résultats prévisibles – ou plutôt, l’absence de résultats – des centres de déradicalisation ?

… l’inefficace réinsertion des détenus, rendue difficile par l’impossibilité de travailler en prison ?

Alors, est-ce être si vilain que de dénoncer de pareilles choses ?

Pour toutes ces raisons, nous sommes la “tête de Turc” des médias et de la justice politisée. Il faut le voir pour le croire. 

Parfois, les attaques envers nos sympathisants sont si violentes qu’elles méritent des poursuites.

Rappelez-vous du mur des cons, où notre délégué général avait été épinglé aux côtés de ceux qui dénoncent la politisation de la justice… ou encore de Maître Eolas, qui usa et abusa d’insultes scatologiques à l’encontre de l’IPJet de ses sympathisants ?

C’est pourquoi j’ai beaucoup apprécié cet article de Maître Gilles-William Goldnadel – et j’espère que vous l’aimerez aussi. 

Je vous invite donc:

(1) à la lire

(2) à le commenter.

Ce second point est très important. C’est votre liberté d’expression qui est en jeu. En effet, il faut que vous montriez que vous aussi, vous défendez le droit à critiquer la justice envers et contre les bien-pensants.

Ce droit n’est pas cosmétique. Il est vital pour la démocratie.

Quand Anne Hidalgo voit toute critique de la justice comme “un acte grave de faillite morale et politique”, j’y vois une nouvelle tentative d’enterrer la liberté d’expression.

Non, Madame Hidalgo, la justice n’est pas blanche comme neige.

Non, tous les juges ne rangent pas leurs convictions politiques au placard avant d’exercer.

C’est pourquoi le travail de l’Institut pour la Justice est si important. Les lanceurs d’alerte sont des piliers de la démocratie.

Vous pouvez nous soutenir de deux manières:

D’abord en lisant cette excellente tribune et en la commentant.

Ensuite, en faisant un don pour nous permettre de continuer le combat. Tout dépend de vous.

Avec tout mon dévouement,

Laurence Havel

Publicités

3 réflexions sur “Alerte: notre liberté d’expression est menacée

  1. Oui … en droit International, (CEDH) nous avons le droit de critiquer la Justice qui est un organe de l’administration d’Etat. Si la justice en théorie est indépendante, elle ne peut l’être que dans ses actes judiciaires et ne peut en aucun cas être un Etat indépendant au sein de l’Etat lui-même…
    Il n’y a pas que la justice à être soumise à des pressions par le pouvoir exécutif, nous pouvons y ajouter d’autres organes de l’Etat tel que la CNIL. En effet depuis septembre 2016 je suis censuré politiquement sur Facebook et malgré plusieurs plaintes auprès de la CNIL, (12 octobre 2016 et deux autres directement adressées à la présidente de cette Commission) les 29 décembre 2016 et 10 janvier 2017, plainte contre Facebook, à ce jour je suis toujours bloqué, étant toujours en attente de réponse sur le suivi de la CNIL , ce qui me laisse croire que cette commission est soumise à des pressions de la part de certains membres du gouvernement qui se passent de la case justice en faisant pression directement. Voir l’article « De l’antiterrorisme à la censure politique, il n’y a qu’un pas… »

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s