#Primaires: Comment réformer la justice en 2017?


Chère Madame, cher Monsieur,

“Les jeux sont faits !”

Vous comme moi lisons partout que François Fillon est parti pour gagner la primaire. Haut la main.

Cependant, tant que le second tour n’est pas passé, on peut (et on doit) s’attendre à tout.

Après tout, si les sondages étaient tombés juste cette année…

… le Brexit n’aurait pas eu lieu …

… Hillary Clinton serait présidente des Etats-Unis … 

… et Alain Juppé aurait été le grand gagnant du premier tour des primaires de la droite.

Manque de pot pour les médias, c’est tout l’inverse !

Attention donc au risque de prendre ses désirs pour des réalités.

Voilà pourquoi tous les électeurs de droite doivent rester mobilisés, et ce quel que soit leur choix. Rien n’est joué jusqu’à la fermeture des bureaux de vote.

Cependant, au sein de l’Institut pour la Justice, le choix est sans appel. 

Encore plus depuis hier soir.

D’où une question sérieuse: voulez-vous que le prochain quinquennat soit consacré à la remise à niveau de la justice ? 

Je me doute de votre réponse.

Si vous êtes comme moi, vous avez peut-être regardé le débat d’hier soir avec cet espoir. 

Il était temps d’ailleurs qu’il ait lieu. Les jours précédents ont été une catastrophe. Une véritable campagne de caniveau.

… Politis titrait “Un parfum des années 30” pour parler de François Fillon.

… Libération se demandait si “Jésus était de retour” dans la campagne de 2017, en référence à la foi catholique du candidat Fillon, le “Tariq Ramadan des Sacristies”.

… C’est tout juste si certains n’allaient pas à se demander les liens de parenté que pourrait avoir François Fillon avec des dictateurs du siècle dernier.

… Quant à lui, Alain Juppé était attaqué pour ses relations supposées avec Tareq Oubrou, imam de Bordeaux et membre de la branche française des Frères Musulmans – la très controversée UOIF.

Il a alors été surnommé par certains internautes “Ali Juppé”…

… ce à quoi il a répondu que “les réseaux sociaux étaient la poubelle de l’univers.”

Triste campagne de second tour.

Or, vous aussi, vous ne vous attendiez pas à ça. 

Vous espériez que le second tour serait comme le premier: tourné autour d’un véritable échange constructif, pour construire l’avenir. Pas vrai ?

Hélas, vous et moi n’entendions plus aucune proposition, aucun débat, aucune réflexion. Le néant.

Nous pouvions craindre le pire pour le débat d’hier soir.

Pourtant, tout avait si bien commencé !

Rappelez-vous. Pensez au premier événement du Forum Présidentielle 2017 de l’Institut pour la Justice.

Tous les candidats avaient finalement répondu présents. Certes, cela n’avait pas été facile. L’équipe de l’IPJ vous doit d’ailleurs une fière chandelle.

Parce que vous avez envoyé des emails par milliers aux candidats “indécis”, ceux-ci se sont rendus compte de l’importance du sujet de la justice… et sont venus défendre leurs programmes. 

Voilà le résultat quand des milliers de sympathisants se mobilisent – ça paie !

Le meilleur restait encore à venir: en effet, plusieurs de nos propositions ont été reprises par les candidats. 

Par exemple ?

… le droit d’appel des victimes, mesure phare de l’IPJ …

… la création de places de prison, nous en réclamions 30 000 depuis 2012 …

… la fin du syndicalisme des magistrats, dont vous avez vu les effets avec le Mur des Cons …

… l’extension de la rétention de sûreté aux actes de terrorisme, pour que les islamistes ne ressortent pas de prison prêts à commettre de nouveaux attentats …

… et la liste pourrait être bien longue.

N’est-ce pas ce que vous souhaitiez en tant que fidèle soutien de l’Institut pour la Justice ?

C’est un excellent succès dont vous êtes un des héros. Merci beaucoup !

Ce n’est pas tout. Grâce à votre soutien, nous avons pu questionner longuement les candidats. Tous ont répondu à nos questions (à l’exception de Bruno Lemaire).

Vous avez pu voir les résultats sur le site 2017 pour la Justice. 

Des milliers de personnes se sont connectées au site… et ont pu vérifier les programmes justice des différents prétendants.

Puis arriva le second tour. Deux candidats restent en lice. Que valent-ils ?

Sur la base des réponses qu’ils nous ont fournies …

… François Fillon a obtenu 17/20 …

… Alain Juppé a aussi obtenu 17/20 …

Diantre. 

Comment les départager ?

Quel candidat de la primaire est le plus à même de rétablir la justice dans notre pays en 2017 ?

Rassurez-vous: il y a bien des différences entre les deux candidats.

En effet, il y a 3 divergences majeures entre Alain Juppé et François Fillon:

#1 Sur le droit d’appel des victimes.

L’Institut pour la Justice se mobilise depuis sa création sur ce sujet. Il est essentiel de donner à la victime la place qu’elle mérite dans le procès pénal. 

François Fillon a repris cette proposition phare de l’Institut pour la Justice dans son intégralité. Son porte-parole, Philippe Houillon, nous l’a assuré lors de l’événement du 22 octobre.

Par contre, Alain Juppé refuse le droit d’appel aux victimes. Si un criminel est acquitté ou faiblement condamné, la victime subit alors une double peine: le crime … et le refus de punir de la justice.

Le porte-parole du candidat Juppé, Dominique Perben, s’en est expliqué:

“C’est déjà pas mal le bordel la justice (…) je veux bien qu’on en rajoute, mais il va falloir embaucher des magistrats (…) Il faut bien réfléchir.”

Les victimes apprécieront.

Qu’en pensent les Français ? En 2013, l’Institut de sondage CSA a interrogé les Français sur demande de l’Institut pour la Justice. Le résultat est unanime: 93% des Français sont en faveur d’un droit d’appel des victimes.

François Fillon 1 – Alain Juppé 0

#2 Sur la construction de places de prison

Aujourd’hui, 80 000 à 100 000 peines de prison ne sont pas exécutées. 

C’est un véritable drame ! L’insécurité augmente. Le sentiment d’injustice augmente. Logique quand les Français sont poursuivis lorsqu’ils dépassent les limitations de vitesse d’un kilomètre par heure … et les délinquants multirécidivistes sont relâchés.

Une seule raison motive cette injustice: il n’y a pas la place en prison.

Vous comprenez donc pourquoi il est nécessaire d’en construire… et vite !

Au 1er octobre 2016, 14 160 détenus sont en surnombre. Le chiffre provient d’un des plus éminents spécialistes de la démographie pénale, Pierre-Victor Tournier. Il est incontestable.

François Fillon s’engage à construire 16 000 places de prison. Hier soir, il a dit que “c’est un très gros effort”. 

Non, monsieur Fillon, ce n’est pas un très gros effort: c’est une nécessité

Si je demande à nos experts associés à l’Institut pour la Justice, ils vous répondront même que c’est insuffisant. 

En effet, depuis 2012, l’Institut pour la Justice réclame la construction de 30 000 places de prison.

D’ailleurs, la droite avait voté la construction de 24 000 places de prison début 2012. Christiane Taubira avait annulé le plan dès son arrivée à la justice. Vous le voyez, c’est donc possible !

Mais Alain Juppé ne propose de construire que 10 000 places de prison.

6 000 places de prison en plus pour François Fillon, donc vive François Fillon ?

Attendez, vous n’avez pas vu le plus inquiétant.

10 000 places de prison, c’est moins que le plan proposé par l’actuel ministre socialiste de la justice, Jean-Jacques Urvoas. Ce dernier demandait en septembre dernier au moins 11 109 places.

Voilà une deuxième raison pour laquelle je soutiens davantage François Fillon qu’Alain Juppé.

François Fillon 2 – Alain Juppé 0

#3 Sur le terrorisme islamiste

J’ai été étonnée: ce sujet a été survolé lors du débat d’hier soir.

Pourtant, c’est là un des sujets qui préoccupe le plus les Français.

Ils n’en peuvent plus d’entendre un discours lissé, conçu pour plaire aux tenants du politiquement correct. Ils veulent du réalisme. 

Les Français se fichent de la bienséance et de heurter les coeurs fragiles de quelques gauchistes.

Nous parlons de vies humaines – les nôtres, celles de nos proches – menacées par des barbares !

Les choses sont simples: les Français demandent que leur sécurité soit assurée.

Auteur du livre “Vaincre le totalitarisme islamique”, François Fillon fait preuve d’une fermeté intraitable sur ce sujet. 

Hier soir, il a rappelé son adhésion à une autre mesure phare de l’Institut pour la Justice: 
développer l’armement des policiers municipaux
.

Encore une fois, cela n’a pas été le cas d’Alain Juppé. 

François Fillon 3 – Alain Juppé 0

A ce stade, je vous sens circonspect.

“N’y a-t-il vraiment rien à retenir du programme Justice d’Alain Juppé ?”

“Comment a-t-il pu obtenir 17/20 sans ces trois points essentiels ?”

Vous avez raison, et vous pointez du doigt les limites d’un comparateur. Pour autant, ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain.

Croyez-le ou non, il y a certaines bonnes mesures dans le programme d’Alain Juppé. 

Par exemple, il nous a assuré de sa volonté d’interdire les salles de shoot. 

Il propose, tout comme François Fillon, de renforcer la justice des mineurs pour remettre les jeunes délinquants dans le droit chemin. Ainsi…

Il reste tout de même devant ce que pouvait proposer Nathalie Kosciusko Morizet. 

Cependant, quand on compare les deux prétendants restants, le résultat est clair.

François Fillon est le candidat à la primaire de la droite qui propose le programme justice le plus abouti. 

En plus des points cités, il propose de …

… regrouper les services de sécurité dans un ministère de l’intérieur élargi, pour en augmenter l’efficacité et en maîtriser les coûts …

… mettre fin à la “clochardisation de la justice”, en augmentant son budget, un des plus faibles d’Europe …

… stopper la correctionnalisation des crimes. Vous savez, ces viols majoritairement requalifiés en agressions sexuelles, parce que les cours d’assises sont saturées. Cette double peine infligée à la victime pourrait cesser …

… redonner du sens à la peine et à l’autorité de la justice, pour que les délinquants ne se sentent plus impunis …

… rétablir la double peine pour les condamnés étrangers …

… donner un avenir aux jeunes délinquants en les mettant face à leurs actes …

… en bref, des mesures dont l’Institut pour la Justice se fait écho depuis 2007 !

Voilà pourquoi j’irai voter François Fillon au second tour de la primaire dimanche prochain.

Néanmoins, ce n’est pas mon rôle de vous dire d’aller voter. 

Et encore moins pour qui aller voter.

Comme on dit, vous êtes majeur et vacciné. 

Vous êtes responsables de vos actes et pouvez juger en âme et conscience.

De plus, je vous écris au nom de l’Institut pour la Justice. Nous sommes une association, pas un parti politique.

C’est pourquoi je ne donnerai pas de consigne de vote. Ce serait vous manquer de respect.

(D’ailleurs… qui les respecte encore ?)

Par contre, je peux vous dire quel candidat à la primaire défend au mieux notre vision commune de la justice.

Vous l’avez compris: à ce titre, François Fillon remporte mon adhésion

“Et ensuite ? “

“Qu’est-ce que cela va changer ?”

C’est pourquoi, quoiqu’il advienne, une valeur sûre se dégage pour défendre la justice: l’Institut pour la Justice. 

Depuis 2007, nous sommes sur le qui vive pour dénoncer les offensives laxistes et proposer une justice protectrice des citoyens – et en particulier des victimes.

Que vous soyez électeur de droite ou non, la meilleure façon de permettre le changement tient à ce que l’Institut pour la Justice soit force de proposition.

Vous l’avez vu: nos mesures sont reprises très largement par les candidats à la primaire de la droite. Nous ne pouvons que nous en féliciter.

Pour permettre à l’association de transformer l’essai… 

… pour lui permettre de continuer au quotidien son action pour les citoyens et les victimes … 

… de renforcer la crédibilité de notre vision commune de la justice avec de grands experts …

… d’être pédagogue devant les élus et les médias …

… pour continuer à faire tout cela, j’ai besoin que vous souteniez l’Institut pour la Justice en envoyant un don, le plus généreux possible.

Je vous le rappelle: l’Institut pour la Justice ne reçoit aucune subvention publique

Nous pouvons ainsi nous targuer d’être totalement indépendants et dire les quatre vérités sans langue de bois.

Cette indépendance et ce courage ont un coût. Seuls les membres de l’Institut pour la Justice permettent de défendre une autre justice.

Effectivement, François Fillon me semble être le meilleur candidat pour la primaire de la droite… et j’irai voter pour lui dimanche.

Mais votre participation à l’Institut pour la Justice reste le moyen numéro un de protéger la société et les victimes face aux criminels et aux terroristes. Soutenez l’IPJ aujourd’hui.

Avec tout mon dévouement,
Axelle Theillier, 
Présidente de l’Institut pour la Justice 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s