Ils sont heureux ! Ils ont tué la bête immonde !

Ils ont viré Sarkozy ! Je ne parle pas des (vrais)  électeurs de droite et du centre, tous bien sûr légitimes à sélectionner (ou à éliminer) le candidat de leur choix. Je parle des électeurs de gauche qui ont participé à une élection primaire qui n’était pas la leur !

Et ils étaient nombreux ! 15 % des votants, nous disent les sondages. Avec 4 millions de votants, cela fait tout de même… 600 000 intrus !

Mais le plus drôle est que cela fait… 600 000 cocus !

Car enfin, cette cohorte d’anti-sarkozistes primaires qui croyait pousser en avant le candidat gaucho-compatible, Alain Juppé, voit un candidat plus à droite que leur ennemi juré tirer les marrons du feu !

Tous les totems de la gauche mis en pièces !

Ces électeurs de gauche, qui se sont abaissés jusqu’à signer la charte des primaires contraire à leurs convictions, sont-ils conscients des conséquences de leurs actions ?

 

Ont-ils réalisé que les mesures suivantes :

  • Augmentation de la TVA de 2 % !
  • Réduction du nombre de fonctionnaires de 500 000 !
  • Retour aux 39 heures dans la fonction publique !
  • Départ en retraite repoussée à 65 ans !
  • Code du travail totalement contourné par des accords de branches et d’entreprises !
  • Suppression du droit à l’adoption pour les couples homosexuels !

étaient de vrais mesures libérales totalement contraires à l’idéologie de gauche ?

Cocus… C’est bien le mot ! Ces 600 000 sympathisants de gauche s’en sont pris sans le savoir à tous les totems sacrés de la gauche. Ils sont tous là (l’âge de la retraite, le code du travail, les 35 heures, etc …)

Les cocus ne se comptent pas tous à gauche !

  • Cocus aussi les médias qui avaient choisi clairement, depuis presque deux ans, leur candidat favori – comprendre le candidat le plus à gauche – pour la primaire de la droite et du centre.
  • Cocus, les Inrocks qui avaient mis Juppé à la une, pour sa conversion soudaine à l’adoption pour les couples homosexuels.
  • Cocu, le service public de l’audiovisuel, qui avait mis tout en oeuvre – Elise Lucet et David Pujadas en tête – pour détruire Nicolas Sarkozy.
  • Cocue, Valérie Pécresse, qui avait trahi François Fillon au profit d’Alain Juppé.
  • Cocu, Hervé Mariton, le fer de lance de lutte contre la loi Taubira, qui, contre toute attente avait choisi Alain Juppé alors que François Fillon, soutenu par Sens commun, était bien plus proche de ses convictions.
  • Cocu – je l’ai gardé pour la fin – Jean-François Copé dont l’agressivité maladive contre Nicolas Sarkozy semblait la seule motivation. Lourdement sanctionné par les électeurs (dernier derrière Poisson avec 0,3 % !!!), il va devoir avaler en plus l’énorme couleuvre de la victoire de son second ennemi juré François Fillon !

Une Droite qui s’assume enfin !

Cette jubilation à voir ses adversaires politiques se fourvoyer en se reniant pour obtenir, au final, un résultat contreproductif, met un baume apaisant sur la plaie à vif des partisans de l’ancien président de la République.

Ils se réjouissent de voir une Droite qui semble enfin assumer toutes ses convictions.

 

 Le succès phénoménale de la participation à la primaire confirme le glissement à droite de l’opinion française.

 

Si François Fillon est élu président de la République le 7 mai prochain, il le sera en toute clarté concernant l’aspect franchement libéral de son programme.

Il en tirera une grande légitimité qui lui sera nécessaire pour affronter la gauche, les syndicats, et les 600 000 faux-électeurs qui auront, d’ici là, oublié leur responsabilité dans son élection.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s