Pour être respecté… il faut être respectable !

Les députés qui devaient appeler récemment à la candidature de Hollande s’étant tous défilés,

 l’initiative envisagée a été annulée en catastrophe. Il fallait donc trouver d’autres troupes pour sauver

le soldat-président Hollande …

 

Et quoi de plus docile, de plus facile à mobiliser, que le petit monde de la culture !

 

respecterespectable

C’est un monde homogène dont l’opinion est profondément, viscéralement, idéologiquement ancrée à gauche. C’est un monde, en outre,  qui sait garder sa pureté idéologique. Les quelques artistes qui ont osé, dans le passé, soutenir un candidat de droite – pire soutenir le diable Sarkozy – furent mis au ban de la bien-pensance culturelle.

On se rappelle d’abord Carla Bruni dont on vantait les talents d’auteur-compositeur juste après sa carrière de mannequin, et qui se vit privée brusquement de toute forme de talent, dès qu’elle s’afficha avec l’ancien président ! Christian Clavier obligé de s’exiler à Londres, Enrico Macias qui regrette son soutien à Nicolas Sarkozy ainsi Fodel et Doc Gynéco, brutalement disparus des écrans radar médiatiques, peuvent en témoigner.

Ce week-end, la gauche culturelle s’exprime dans le JDD. Et elle est en colère :

« Stop au Hollande-bashing ! » enrage-t-elle en trépignant sur place, sur le parquet bien ciré de ses appartements cossus des beaux quartiers, ou sur les planches des théâtres subventionnés !

Ecoutons-la :

Dès le départ, François Hollande a fait face à un incroyable procès en illégitimité. Ce dénigrement permanent met à mal toutes les institutions de la République et la fonction présidentielle. Il perdure encore aujourd’hui malgré la stature d’homme d’État que François Hollande a parfaitement incarnée, tant dans les crises internationales que lors des épouvantables tragédies que notre pays a traversées.

Puis suit un inventaire à la Prévert des réformes jugées « glorieuses » par ces « cultureux » :

Les créations de postes dans l’Éducation nationale, l’alignement du traitement des instituteurs sur celui des professeurs, l’augmentation du nombre de policiers et de magistrats, les emplois d’avenir, la garantie jeunes, le soutien à l’apprentissage, le compte personnel de formation, le compte pénibilité, la complémentaire santé pour tous, la généralisation du tiers payant, la prime d’activité, la retraite à 60 ans pour les carrières longues, la refondation de l’école, les droits rechargeables à l’assurance-chômage, le mariage pour tous, la sanctuarisation du budget de la culture, le renforcement de l’égalité professionnelle hommes-femmes, l’extension de la parité dans les conseils départementaux, le remboursement complet de l’IVG et de la contraception, une meilleure protection des femmes contre le harcèlement sexuel, la mise en œuvre concrète de la transition énergétique, le non-cumul des mandats, etc.

Je ferais d’abord remarquer que ce texte n’émane évidemment pas du monde de la culture mais qu’on y reconnait la plume d’un vrai politique ! Je parierais pour Jean-Christophe Cambadélis ou pour Bruno Le Roux (la voix de son maître de Hollande) !

Devant cette liste de mesures dont vous remarquerez que toutes – sauf le mariage pour tous – augmentent les dépenses publiques et accroissent le déficit laissé à nos enfants,  je ne relèverais que le mensonge concernant « le soutien à l’apprentissage » qui a consisté à réduire son financement au profit des emplois d’avenir sans avenir !

La conclusion de ce plaidoyer des copains et copines de Julie Gayet est la suivante :

« François Hollande a droit au respect comme tout citoyen, et comme président de notre ­République ».

Non, messieurs et mesdames de la culture mal dégauchie, le respect ça ne se décrète pas, ça se suscite, ça se mérite !

 

Mais, François Hollande n’a pas respecté le peuple de droite :

  • On cherchera vainement la moindre trace d’ouverture, ne serait-ce que vers le centre, dans les différents gouvernements successifs de Hollande,
  • Au contraire, il a nommé à des postes critiques les personnalités les plus sectaires : Christiane Taubira au désarmement de la Justice, Vincent Peillon, Benoit Hamon et l’ineffable Najat à la déconstruction de l’école, Marisol Touraine au démantèlement de la médecine libérale.
  • Dans l’affaire du mariage pour tous, il a laisser mépriser et humilier le peuple de droite au profit d’un lobby gay ultra-minoritaire.
  • Il a lancé une chasse aux sorcières (de droite) sans précédent dans l’administration, la police, le corps préfectoral et même parmi les doyens des universités.
  • Il a placé ou fait placer de nombreuses personnalités de gauche à la tête de l’audiovisuel public et surtout de l’information.

François Hollande n’a pas non plus respecté le peuple de gauche :

  •  Elu pour combattre la finance, il a trahi ses propres amis :
    • Il a signé sans broncher le Traité européen qu’il avait promis de renégocier avec l’Allemagne,
    • Il s’est attaqué au code du travail sans avoir eu mandat pour le faire,
    • En osant utiliser le 49-3 pour court-circuiter sa majorité.
  • Pour faire un coup politique qui se transforma en complet fiasco, il alla jusqu’à violer les consciences de « sa » gauche en proposant la déchéance de la nationalité.
  • L’épisode des « sans-dents » a dû être vécu bien douloureusement par le peu d’électorat populaire qui vote encore à gauche !

Par son comportement, ce sont tous les Français que Hollande n’a pas respectés :

  • Oserais-je rappeler la lamentable pantalonnade de la rue du cirque et de ses escapades en scooter ?
  • Les femmes françaises en particulier auront sans doute apprécié la conduite lamentable de Hollande vis-à-vis de ses maîtresses. Car chez Hollande, mesdames, on n’épouse pas !
  • Faut-il lister le nombre de ministres et conseillers obligés de démissionner pour cause de scandales (Cahuzac, Thevenoud, Kader Arif, Ben Guigui, etc …)
  • Et que dire du lamentable et scandaleux livre « Ce qu’un président ne devrait pas dire » qui montre tout le mépris de François Hollande pour ses adversaires, pour ses amis, et plus généralement pour tous les Français. A part lui, qui Hollande aime-t-il ?

En conclusion …

Nous n’avons que peu entendu tous ces « cul-tureux », si prompts à défendre aujourd’hui la fonction présidentielle, quand Nicolas Sarkozy fut victime d’un lynchage médiatique au moins aussi violent que celui qui frappe aujourd’hui François Hollande, tel un boomerang qu’il a lui-même lancé.

 

Les attaques contre Hollande n’atteignent pas vraiment la fonction présidentielle tout simplement parce que Hollande n’a jamais réussi à en endosser les habits !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s