Les surveillants de prison en danger de mort

institutjustice

Chère Madame, cher Monsieur,

Les attentats islamistes ont lieu jusque dans nos prisons.

En première ligne ? Ceux qui nous protègent des délinquants placés derrière les barreaux. Les surveillants de prison. Ils ont besoin de tout notre soutien.

Le fait qu’un attentat puisse se dérouler en prison peut surprendre.

On pourrait croire que les détenus purgent bien une peine de prison, loin de toute arme permettant de commettre des violences.

Et pourtant…

C’était le 4 septembre dernier, à la maison d’arrêt d’Osny.

Il y a tout juste 15 jours.

Bilal Taghi, en prison pour avoir voulu rejoindre la Syrie, a tenté d’égorger un surveillant. Ce dernier ne doit la vie qu’à la réaction de ses collègues.

Vous pourriez penser que cela allait devenir plus difficile de commettre un nouvel attentat dans une prison française.

Cependant, il semblerait que nous ayons évité de justesse un malheur…

… Car cela a failli se reproduire le week-end dernier… dans la même prison.

Le journal Le Figaro raconte:

C’est en faisant leur inspection que deux gardiens ont entendu quatre détenus évoquer leur plan d’attaque.

Ces quatre mandats de dépôts terroristes – des retours de Syrie et des individus en lien avec l’Etat islamique – «discutaient entre eux de la manière de dévisser les tiges d’aluminium entourant les bouches d’aération de leurs cellules», apprend-on parmi les personnels de l’établissement pénitentiaire.

Le lendemain matin, au cours d’une fouille de cellule, deux tiges dévissées ont bien été retrouvées dans deux cellules. «Ils n’avaient pas eu encore le temps de les aiguiser.

Mais c’est exactement le même mode opératoire qu’il y a deux semaines.

Y compris dans le choix de la date du week-end, car les effectifs sont toujours un peu moins nombreux. Cela tend bien à prouver que la première agression n’était pas un acte isolé, mais bien concerté entre les détenus de cette Unité dédiée».

De quoi remettre en question l’évaluation des détenus incarcérés dans l’unité dédiée d’Osny. Selon les évaluations, doivent y être envoyés des individus ayant la meilleure chance d’être déradicalisés.

Vous et moi devons soutenir le personnel pénitentiaire face à cette nouvelle menace.

Les surveillants font en effet partie de la liste des personnes à abattre selon certains djihadistes.

Prenez Larossi Abballa, le terroriste de Magnanville. Il avait désigné nommément les surveillants comme des personnes à abattre en priorité dans une vidéo.

Le pire reste à venir.

Avec la justice française, nos surveillants de prison n’ont semble-t-il pas de quoi être rassurés.

Je viens de lire ceci sur le site de la radio RTL: l’administration pénitentiaire a livré les noms des surveillants à un détenu radicalisé.

Non, vous ne faites pas un cauchemar:

“C’est une affaire très embarrassante pour le centre pénitentiaire de Nancy.

Un homme en détention provisoire pour meurtre s’est retrouvé en possession de la liste nominative de tous les agents qui l’ont surveillé. À l’origine, ce détenu s’était violemment opposé à un changement de cellule. Il avait donc commis une faute et devait être sanctionné.

Pour cela, il avait été placé au quartier disciplinaire et devait comparaître devant la commission de discipline, qui est une sorte de tribunal interne à la prison. La veille de cette audience, l’administration pénitentiaire lui remet un dossier pour préparer sa défense. Il s’agit de quelques feuilles qui consignent les observations faites sur lui.

Ce document, en principe, est anonyme. Mais dans ce cas précis, il ne l’était pas.

Les noms et prénoms de la dizaine d’agents l’ayant surveillé y figurent noir sur blanc.

Ces noms, le détenu s’est empressé de les recopier dans des livres retrouvés plus tard dans sa cellule…”

“… sans que l’on sache vraiment ce qu’il voulait en faire.” finit par conclure la radio RTL.

Sans que l’on sache vraiment ce qu’il voulait en faire ?

Avec les menaces ouvertes contre les surveillants de prison ?

Avec tout mon dévouement,
Laurence Havel

Publicités

Une réaction sur “Les surveillants de prison en danger de mort

  1. s leur adresses leur no de telephone,et ou vont leur enfant a l’ecole,l’administration deconne completement,pas de dossier,pas de defence,ils font des connereis sanction applique aussi tot,nous sommes trahie,les reszponsables,doivent sanctione,pour avoir livre,les noms des gardiens,qui eux doivent deposer plaine,pour avoir decouvert leur identite…les responsables des cons,et des pourris au service d’un gouvernement de pourris

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s