Un président exemplaire ? Mon oeil !

Ce quinquennat est mort ! Il ne s’y passera plus rien ! Et quelque part, c’est ce qu’on peut souhaiter de mieux… Sauf qu’on verra peut-être encore quelques cadeaux fiscaux désespérés pour tenter d’acheter quelques votes pour 2017 ! Cadeaux dont le prix devra être payé par la nouvelle majorité qui sortira des urnes en 2017 !

Il est donc temps de faire le bilan de François Hollande qui nous avait promis de « faire en sorte que son comportement soit, à chaque instant, exemplaire ». C’est donc sous cet angle de l’exemplarité présidentielle que j’ai choisi de faire ce bilan.

Un bilan en dix points :

 

1 – “Moi président, il y aura un code de déontologie pour les ministres

Jamais, un quinquennat n’aura compté autant de ministres et de responsables du PS, précédemment condamnés ou contraints de démissionner à la suite de scandales les concernant. Les plus connus étant : Jean-Marc Ayrault, Kader Arif, Yamina Benguigui, Erwann Binet, Jérôme Cahuzac, Jean-Christophe Cambadélis, Harlem Désir, Christian Cuvilliez, Gérard Dalongeville, Jean-Noël Guérini, Anne Hidalgo, Jean-Paul Huchon, Faouzi Lamdaoui, Arnaud Montebourg, Pierre Moscovici, François Rebsamen, Christiane Taubira, Thomas Thevenoud, Adré Vallini, Aquilino Morelle.

Excusez du peu !

 

2 – “Moi Président de la République, j’engagerai de grands débats citoyens

S’il y a bien un débat citoyen qu’il fallait ouvrir, c’était bien celui sur le « mariage pour tous » et surtout le droit à l’adoption inclus dans la loi ! A l’inverse, nous avons vu observer que, malgré des millions de Français descendus dans la rue, à de nombreuses reprises, pour défendre leurs valeurs les plus profondes et notamment le droit naturel et sacré des enfants à avoir un père et une mère, François Hollande a laissé une pasionaria sectaire, Taubira, passer en force et mépriser le peuple (de droite).

 

3 – “Moi Président, je ne serai pas le chef de la majorité

Quelqu’un peut-il me citer, durant le quinquennat de  Hollande, un seul signe d’ouverture, en direction de la droite ou même du centre ? Au lieu de cela, on a vu des postes ministériels parmi les plus importants pour lesquels, habituellement, un consensus national est recherché , confiés à des militants socialistes choisis parmi les plus sectaires :

  • Christiane Taubira à la tête du ministère de la Justice. C’est à mon sens l’erreur de casting la plus grave et la moins excusable du quinquennat !
  • Vincent Peillon, Benoit Hamon et Najat Vallaud-Belkacem, nommés successivement à l’Education nationale, auront laissé leur idéologie conduire leur action menant à la déconstruction de l’Ecole.
  • Marisol Touraine à la Santé constitue aussi un choix purement idéologique qui a conduit à dresser quasiment toutes les professions médicales contre le ministère de la santé !

4 – “Moi Président, je ferai en sorte que mon comportement soit à chaque instant exemplaire

Sur sa vie personnelle, certains ont osé reprocher à Nicolas Sarkozy sa déclaration : « Avec Carla, c’est du sérieux ». Une affirmation qui a pu être vérifiée dans la durée. On n’a que peu entendu les détracteurs de l’ancien président sur ce qu’on peut légitimement appelé les frasques sentimentales du nouveau :

  • Hollande a trompé les Français en installant à l’Elysée une pseudo-première dame de France qu’il trompait déjà avec une actrice !
  • Il a abaissé la fonction présidentielle en jouant le premier rôle (scootérisé) dans le trop fameux vaudeville de la rue du cirque !
  • Il a en outre montré tout son mépris des femmes – des femmes qu’il n’épouse d’ailleurs jamais ! – en « répudiant » Valérie Trierweiler par une simple dépêche AFP…

 

5 – “Moi Président, j’ai mené la plus grande chasse aux sorcières de la V ème République

Ce président n’a pas hésité à lancer ce qu’il faut bien appeler une épuration dans la haute administration:

 

  • 30 % des préfets ont été limogés. Du jamais vu, la République finance désormais – à ne rien faire – 83 préfets hors-cadre !
  • 50 % des recteurs d’académie ont été remplacés !
  • Parmi les fonctionnaires de police, c’est une véritable purge qui a été opérée !

 

6 – “Moi Président, je n’aurai pas la prétention de nommer les directeurs de chaînes de télévisions

Effectivement, moi président, j’ai fait beaucoup mieux : j’ai placé à la tête du CSA – l’organisme qui nomment les présidents de chaîne – un militant socialiste de longue date. Ce qui a entraîné la reprise en main totale de l’audiovisuel public :

  • Nomination de Olivier Schrameck, ancien chef de cabinet de Lionel Jospin, à la tête du CSA,
  • Nomination de Delphine Ernotte à la présidence de France Télévisions dont l’entourage se résume à ce slogan : « A gauche toute ! » (voir cet article de l’Opinion),
  • Nomination de Germain Dagognet, ancien conseiller en communication de … Olivier Schrameck, comme numéro 2 de l’info sur France Télévisions,
  • Nomination de Michel Field (ancien trotskiste) également à l’info. A peine nommé, il a été accusé d’avoir cédé aux pressions de l’Elysée pour récuser une syndicaliste initialement pressentie pour interroger Hollande dans une de ses émissions (de propagande !)

Cerise sur le gâteau socialiste, France Télévisions vient de se doter d’une chaîne d’info en continu – avec LCI, iTélé et BFMTV, on en manquait ! – qui a déjà été surnommée : « la chaîne Hollande » !

francetelevision

7 – “Moi Président,  je ne traiterai pas mon Premier ministre de collaborateur«

Mais il a fait bien pire en assassinant politiquement Jean-Marc Ayrault dans le livre « Conversations privées avec la président » !  Un premier ministre qui ne va pas à la bataille » vitupère-t-il ! Pire, il déclare : « Un matin, il est l’invité de France Info. Dix minutes. Qu’est-ce qu’il en reste ? Rien ! ». Quand on pense aux nullissimes impacts médiatiques des nombreuses émissions de télévision, taillées pour lui, qu’il nous a imposées, cela laisse perplexe et on mesure le niveau de narcissisme de l’intéressé !

Est-il responsable et admissible, pour un président de la République, d’accabler ainsi publiquement son ancien premier ministre, et pire, son actuel ministre des Affaires étrangères ? La crédibilité de Jean-Marc Ayrault à l’étranger n’en est-elle pas ainsi terriblement affaiblie ?

 

8 – “Moi Président, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante

Le seul fait d’avoir nommé Christiane Taubira garde des sceaux gageait mal, d’emblée, du respect de cette promesse. Une garde des sceaux dont le mensonge éhonté sur sa connaissance des écoutes de Nicolas Sarkozy a été prouvé devant les caméras de télévision !

L’acharnement judiciaire dont a fait l’objet l’ancien président de la République, les méthodes utilisées contre lui – écoute pendant 8 mois, écoute de son avocat contre toute déontologie, fouille illégale dans les archives de l’ancien président à l’Elysée, etc… – laisse t-il le moindre doute sur l’instrumentalisation politique de la Justice par le pouvoir socialiste ?

 

9 – « Moi président, je respecterai mes promesses de candidat«

On ne compte pas les reniements de Hollande :

  • Je réformerai le statut pénal du chef de l’Etat pour répondre à toute demande de la justice“ : statut inchangé !
  • Je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés“. La gestion de la loi Travail a été un modèle de passage en force et sans concertation avec les syndicats.
  • J’introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives 2017“ : mode de scrutin inchangé !


10 – “Moi président, je quitterai la présidence si une crise profonde (de légitimité) se produisait

En mai 2006, Hollande écrivait avec son complice Edwy Plenel un livre intitulé : “Devoirs de vérité“. On peut y lire le passage suivant :

Je pense qu’il y a forcément un exercice de vérification démocratique au milieu de la législature. Le devoir de vérité, c’est d’être capable de dire : « Nous revenons devant la majorité, peut-être même devant le corps électoral afin de retrouver un rapport de confiance.

Si, d’aventure, à l’occasion de cette vérification démocratique, une crise profonde se produisait ou des élections législatives intervenaient, contredisant l’élection présidentielle, nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence.

Le PS a perdu toutes les élections partielles. Il a été laminé aux élections départementales et défait aux élections régionales et européennes ! Ajoutés à des sondages catastrophiques, ces tests démocratiques ne suffisaient-ils pas à rendre Hollande illégitime et à l’engager à quitter la présidence ?

 

En conclusion

Aurait-on accepté de la part de Nicolas Sarkozy le quart de la moitié des frasques et des reniements de  Hollande. Que pèse le « casse-toi pov’ con » comparé à l’affaire du scooter dans l’abaissement de la fonction présidentielle ?

 

Très peu ! Sauf aux yeux d’une presse complaisante vis-à-vis de la gauche !

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s