Refusé ! Refusé !

Ils ne font rien ?
C’est pas faux…

Une révolte qui monte à juste titre ! Bravo à ce député, Yves Nicolin. (Avocat, député LR de la 5ème circonscription de la Loire )

Constatez vous-même… les questions au gouvernement ce 20 juillet:

Ils ne veulent pas vous écouter…

institutjustice

… Mais ils veulent que vous votiez pour eux !

Chère Madame, cher Monsieur,

Les masques sont en train de tomber.

Certains candidats aux primaires des Républicains estiment qu’il n’est pas important de venir présenter devant vous leurs propositions en matière de terrorisme, de sécurité et de justice.

Voici ce qui vient de se passer en coulisse :

L’Institut pour la Justice prépare un événement à l’automne : la journée justice et sécurité. Elle aura lieu le samedi 22 octobre à la Maison de la Chimie à Paris.

Nous avons décidé d’inviter les candidats à la primaire de la droite à répondre publiquement aux questions de spécialistes de la justice tels que l’ancien magistrat Philippe Bilger, le général de gendarmerie Bertrand Soubelet ou les avocats Me Thibault de Montbrial et Me Gilles-William Goldnadel.

De plus, nous voulons aussi qu’ils répondent à vos questions sur ces sujets. Pour cela, n’hésitez pas à nous envoyer par email vos questions pour que nous puissions les transmettre aux experts présents.

Vous et moi, comme des millions de Français, sommes inquiets.

Nous voyons qu’année après année, l’insécurité progresse en France. Les attaques terroristes se multiplient et font sans cesse plus de victimes.

Nous sommes en droit d’attendre des réponses.

Certains candidats acceptent de jouer le jeu. Nathalie Kosciusko-Morizet, François Fillon et Jean-François Copé ont déjà confirmé leur présence.

Mais 4 “hésitent” ou feignent une indisponibilité.

Ont-ils peur du “qu’en dira-t-on dans les médias ?”.

Oublient-ils le “qu’en dira-t-on dans les chaumières ?”.

Ce sont les Français, comme vous et moi, qui éliront le Président de la République l’an prochain, pas les médias.

Ces sujets – terrorisme, justice, sécurité – sont quand même PRIMORDIAUX !

Sans plus attendre, voici les noms de ceux dont les équipes de campagne sont peut-être trop débordées pour répondre à notre invitation.

* Nicolas Sarkozy (avotreecoute@sarkozy.fr)

* Alain Juppé (contact@alainjuppe2017.fr)

* Bruno Lemaire (contact@brunolemaire.fr)

* Jean-Frédéric Poisson (contact@lepcd.fr)

J’insiste: si ces candidats hésitent à parler de terrorisme, de justice et de sécurité devant les Français qui s’en soucient, quand en parleront-ils vraiment ?

La bonne nouvelle ? Ensemble, nous allons les inviter à clarifier leurs positions. Cela ne vous prendra au plus que cinq petites minutes.

Voici ce que je vous propose, en 3 étapes.

Etape #1 – envoyez le message ci-dessous aux candidats

“Cher Monsieur,

Vous entendez représenter la droite et le centre en 2017. Pourtant, vous ne semblez pas vouloir répondre aux questions légitimes de l’Institut pour la Justice concernant vos propositions en matière de justice, de sécurité et de terrorisme.

J’estime être en droit de connaître vos engagements et vous demande donc de bien vouloir reconsidérer votre “hésitation” à venir débattre le samedi 22 octobre 2016 à la Maison de la Chimie à Paris devant des experts reconnus.

Dans le cas inverse, je me réserve le droit, moi aussi, d’hésiter à voter le moment venu.

Respectueusement, ”

Pour rappel, leurs emails:

Nicolas Sarkozy – avotreecoute@sarkozy.fr

Alain Juppé – contact@alainjuppe2017.fr

Bruno Lemaire – contact@brunolemaire.fr

Jean-Frédéric Poisson – contact@lepcd.fr

Etape #2 – appelez la permanence des candidats pour savoir s’ils ont bien reçu votre email et pour exprimer une nouvelle fois votre mécontentement.

(Nous n’avons pas le numéro de la permanence de Nicolas Sarkozy)

Permanence d’Alain Juppé – 01 42 73 73 63

Permanence de Bruno Lemaire – 01 40 63 54 96

Permanence de Jean-Frédéric Poisson – 01 40 63 68 76

Etape #3 – si vous le souhaitez, vous pouvez nous aider à rendre cet événement inoubliable en faisant un don.

Nous voulons notamment que cet événement soit enregistré pour que les positions de chacun puissent être retrouvées et que ceux qui ne pourront pas être présents puissent voir les interventions. Il est important que vous vous mobilisiez si vous voulez obtenir des réponses claires. Je vous remercie donc de prendre deux minutes maintenant et

(1) d’envoyer l’email aux candidats

(2) d’appeler les permanences pour insister sur l’importance de leur venue

(3) si vous le souhaitez, de faire un don à notre association.

Je compte sur vous.

Avec tout mon dévouement,
Laurence Havel

Najat, si tu savais

J’ai trouvé sur Twitter (UniteADroite) le savoureux texte suivant que je m’empresse de partager avec vous !

 

Si tu savais Najat, comme on était fiers et heureux, nous les Rinaldi, les Fernandez, les Ribolowski, les Sebbah, les Piemontesi, les Van de Kerkof, les Bernstein, les Bogossian , les Campana, les Suchodolsky… d’écouter, les doigts encore douloureux et engourdis par la bataille de boules de neige de la récré, notre maître d’école nous parler de nos ancêtres gaulois qui avaient combattu les armées de César à Alésia et de nos ancêtres Francs qui avaient fait de Clovis leur roi.

Si tu savais petite Najat, ministre inculte de l’Education Nationale, comme c’était bon pour les petits Français de neuf ans que nous étions, de faire mordre la poussière aux Anglais aux côtés de notre ancêtre Du Guesclin, connétable de France, de chevaucher aux côtés de notre ancêtre Bayard le chevalier sans peur et sans reproche…

Si tu savais microscopique Najat, qui lit un livre par an mais traite les membres de l’Académie Franèèçaise de « pseudo Z’intellectuels », comme c’était pénible pour nous de souffrir en sonnant du cor avec notre ancêtre Roland le Preux mortellement blessé à Roncevaux en assurant les arrières de Charlemagne, comme c’était grisant de partir pour les Croisades avec notre ancêtre Saint Louis.

Evidemment que nous savions, nous qui avions des noms si difficiles à prononcer ou à écrire, que nos héros n’étaient pas nos ancêtres et que nos ancêtres avaient eu d’autres héros. Mais c’était si bon de croire le contraire, rien qu’une heure par semaine… On était si fiers de faire partie spirituellement de cette Histoire là.

Penses-tu, inculte, haineuse et revancharde petite Najat, que ton cerveau formé dans les années Mitterrand et lessivé depuis trente ans à l’eau de Javel de SOS racisme et de Terra Nova, sera capable un jour de comprendre cela ?

Quand on pense que Hollande a osé nommer à la tête d’un ministère aussi important que celui de l’Education nationale, une personne aussi incompétente et aussi sectaire que Najat Vallaud-Belkacem, on reste pantois. Elle forme avec  Taubira les deux plus grandes erreurs de casting du quinquennat !

J’enfonce le clou en relayant le dernier communiqué de Claire Polin, présidente de SOS Education :

 

Le poisson pourrit toujours par la tête…

La polémique qui s’est déchaînée hier à propos de la petite phrase de Nicolas Sarkozy (« Dès que vous devenez français, vos ancêtres, ce sont les Gaulois ») renvoie évidemment à la culpabilité mémorielle de rigueur dès qu’il s’agit d’évoquer notre passé colonial, souvent caricaturé par l’image d’un instituteur de la IIIe République inculquant le récit national aux jeunes de l’Afrique occidentale française.

Pour qui veut bien y réfléchir, il n’était pas sans beauté d’apprendre ainsi aux enfants des lointaines colonies que notre patrie pouvait faire d’eux, par éducation et héritage, des Français au même titre que leurs camarades auvergnats ou bretons. J’aime à citer ce mot de Romain Gary qui illustre admirablement cette vocation de notre pays à l’universalité : « Je n’ai pas une goutte de sang français, mais la France coule dans mes veines. »

Bien entendu, j’ignore les intentions qui se cachent derrière l’intervention de M. Sarkozy. Ce que je sais en revanche, c’est que Najat Vallaud-Belkacem ne s’est pas grandie en lui répondant avec tout le mépris dont elle est capable : « La ministre de l’Éducation que je suis, connaît parfaitement les premières phrases de ce livre, Tour de France par deux enfants, d’Ernest Lavisse, sous la IIIe République : « Autrefois, notre pays s’appelait la Gaule et les habitants les Gaulois. »

Ce que la ministre de l’Éducation devrait connaître parfaitement, c’est que Le Tour de France par deux enfants, ouvrage incontournable qui a connu plus de 500 éditions et a été utilisé dans toutes les écoles pendant près d’un siècle, n’a pas été écrit par Ernest Lavisse mais par G. Bruno, pseudonyme d’Augustine Fouillée, étonnante femme de lettres… et qu’il ne commence pas du tout par des considérations sur la Gaule et les Gaulois, puisqu’il ne s’agit pas d’un livre d’histoire, mais d’un livre d’apprentissage de la lecture !

 

On s’explique mieux l’inculture crasse des rejetons actuels du système scolaire :

Le poisson pourrit toujours par la tête…

Claire Polin
Présidente de SOS-Education

Atlantico a aussi épinglé La « déconstructrice » de l’école dans son article : « Quand Najat Vallaud-Belkacem se trompe dans son « cours d’histoire » à Nicolas Sarkozy ».

Les surveillants de prison en danger de mort

institutjustice

Chère Madame, cher Monsieur,

Les attentats islamistes ont lieu jusque dans nos prisons.

En première ligne ? Ceux qui nous protègent des délinquants placés derrière les barreaux. Les surveillants de prison. Ils ont besoin de tout notre soutien.

Le fait qu’un attentat puisse se dérouler en prison peut surprendre.

On pourrait croire que les détenus purgent bien une peine de prison, loin de toute arme permettant de commettre des violences.

Et pourtant…

C’était le 4 septembre dernier, à la maison d’arrêt d’Osny.

Il y a tout juste 15 jours.

Bilal Taghi, en prison pour avoir voulu rejoindre la Syrie, a tenté d’égorger un surveillant. Ce dernier ne doit la vie qu’à la réaction de ses collègues.

Vous pourriez penser que cela allait devenir plus difficile de commettre un nouvel attentat dans une prison française.

Cependant, il semblerait que nous ayons évité de justesse un malheur…

… Car cela a failli se reproduire le week-end dernier… dans la même prison.

Le journal Le Figaro raconte:

C’est en faisant leur inspection que deux gardiens ont entendu quatre détenus évoquer leur plan d’attaque.

Ces quatre mandats de dépôts terroristes – des retours de Syrie et des individus en lien avec l’Etat islamique – «discutaient entre eux de la manière de dévisser les tiges d’aluminium entourant les bouches d’aération de leurs cellules», apprend-on parmi les personnels de l’établissement pénitentiaire.

Le lendemain matin, au cours d’une fouille de cellule, deux tiges dévissées ont bien été retrouvées dans deux cellules. «Ils n’avaient pas eu encore le temps de les aiguiser.

Mais c’est exactement le même mode opératoire qu’il y a deux semaines.

Y compris dans le choix de la date du week-end, car les effectifs sont toujours un peu moins nombreux. Cela tend bien à prouver que la première agression n’était pas un acte isolé, mais bien concerté entre les détenus de cette Unité dédiée».

De quoi remettre en question l’évaluation des détenus incarcérés dans l’unité dédiée d’Osny. Selon les évaluations, doivent y être envoyés des individus ayant la meilleure chance d’être déradicalisés.

Vous et moi devons soutenir le personnel pénitentiaire face à cette nouvelle menace.

Les surveillants font en effet partie de la liste des personnes à abattre selon certains djihadistes.

Prenez Larossi Abballa, le terroriste de Magnanville. Il avait désigné nommément les surveillants comme des personnes à abattre en priorité dans une vidéo.

Le pire reste à venir.

Avec la justice française, nos surveillants de prison n’ont semble-t-il pas de quoi être rassurés.

Je viens de lire ceci sur le site de la radio RTL: l’administration pénitentiaire a livré les noms des surveillants à un détenu radicalisé.

Non, vous ne faites pas un cauchemar:

“C’est une affaire très embarrassante pour le centre pénitentiaire de Nancy.

Un homme en détention provisoire pour meurtre s’est retrouvé en possession de la liste nominative de tous les agents qui l’ont surveillé. À l’origine, ce détenu s’était violemment opposé à un changement de cellule. Il avait donc commis une faute et devait être sanctionné.

Pour cela, il avait été placé au quartier disciplinaire et devait comparaître devant la commission de discipline, qui est une sorte de tribunal interne à la prison. La veille de cette audience, l’administration pénitentiaire lui remet un dossier pour préparer sa défense. Il s’agit de quelques feuilles qui consignent les observations faites sur lui.

Ce document, en principe, est anonyme. Mais dans ce cas précis, il ne l’était pas.

Les noms et prénoms de la dizaine d’agents l’ayant surveillé y figurent noir sur blanc.

Ces noms, le détenu s’est empressé de les recopier dans des livres retrouvés plus tard dans sa cellule…”

“… sans que l’on sache vraiment ce qu’il voulait en faire.” finit par conclure la radio RTL.

Sans que l’on sache vraiment ce qu’il voulait en faire ?

Avec les menaces ouvertes contre les surveillants de prison ?

Avec tout mon dévouement,
Laurence Havel

Fabrication de salade en Chine

Est-ce du plastique? Un dérivé du pétrole? Un produit synthétique quelconque? De la cellulose? Des bactéries agglutinées?

Je me suis donné la peine d’aller voir la provenance de ma laitue dans mon frigo:

« From California » ???  C’est peut-être de la vraie…

Non, je blague… de l’exploitation bio de Sainte-Lucie de Moriani. C’est rassurant !

Un conseil : Vérifiez d’où vient votre pomme de salade ! &*?# !!

INCROYABLE !!!

Halte à la stigmatisation des fichés S

Chère Madame, cher Monsieur, 

Moi non plus, je n’y ai pas cru au début. 

Pourtant il a vite fallu me rendre à l’évidence… 

OUI, elle a vraiment osé dire une chose pareille, ou presque !! 

Elle, c’est Laurence Blisson, la secrétaire générale du syndicat de la magistrature. 

Vous connaissez cette obédience, car notre secrétaire général, Xavier Bébin, a été cloué sur le mur des cons par des militants de ce syndicat. 

Il avait eu le malheur de défendre une autre conception de la justice que laxisme – laxisme – laxisme. 

Cette scène surréaliste s’est passée dans C dans l’air sur France 5, le 12 septembre 2016. Vous pouvez aller regarder le replay. 

Un téléspectateur posait la question suivante: 

Les maires possèdent-ils la liste des fichés S qui résident dans leur commune ? 

Question légitime. 

Voici, au mot près, la réponse de Laurence Blisson. 

Ouvrez les guillemets. 

“Non, évidemment… 

… et heureusement. 

Il faut quand même avoir conscience que la fiche S, si elle était connue, elle aurait des conséquences extrêmement fortes en termes de stigmatisation et avec un risque aussi d’un effet totalement contre-productif. 

Si parce qu’on est fiché S, on est exclu du dispositif de logements sociaux; 

Qu’il y a une préoccupation, que c’est connu un peu partout dans les écoles, dans ces milieux de socialisation… 

Qu’est ce qu’on produit derrière en termes d’exclusion sociale ? 

Il faut réfléchir à ça.” 

Chère Madame, cher Monsieur, j’espère que vous aussi, vous réfléchirez à ça avant de stigmatiser les fichés S. 

Comprenez mon sarcasme: j’en perds tout simplement mes mots. 

Que dire ? Que puis-je donc ajouter ? 

Ah si: Laurence Blisson est juge d’application des peines au Tribunal de Grande Instance de Bobigny. 

Bobigny, charmante ville de Seine Saint Denis, département qui possède le plus de fichés S. 1200 selon le Parisien le 23 novembre 2015, contre 25 dans l’Aude ou 60 dans les Pyrénées Orientales (source: l’indépendant du 17 novembre 2015). 

Avec tout mon dévouement,
Laurence Havel

Un président exemplaire ? Mon oeil !

Ce quinquennat est mort ! Il ne s’y passera plus rien ! Et quelque part, c’est ce qu’on peut souhaiter de mieux… Sauf qu’on verra peut-être encore quelques cadeaux fiscaux désespérés pour tenter d’acheter quelques votes pour 2017 ! Cadeaux dont le prix devra être payé par la nouvelle majorité qui sortira des urnes en 2017 !

Il est donc temps de faire le bilan de François Hollande qui nous avait promis de « faire en sorte que son comportement soit, à chaque instant, exemplaire ». C’est donc sous cet angle de l’exemplarité présidentielle que j’ai choisi de faire ce bilan.

Un bilan en dix points :

 

1 – “Moi président, il y aura un code de déontologie pour les ministres

Jamais, un quinquennat n’aura compté autant de ministres et de responsables du PS, précédemment condamnés ou contraints de démissionner à la suite de scandales les concernant. Les plus connus étant : Jean-Marc Ayrault, Kader Arif, Yamina Benguigui, Erwann Binet, Jérôme Cahuzac, Jean-Christophe Cambadélis, Harlem Désir, Christian Cuvilliez, Gérard Dalongeville, Jean-Noël Guérini, Anne Hidalgo, Jean-Paul Huchon, Faouzi Lamdaoui, Arnaud Montebourg, Pierre Moscovici, François Rebsamen, Christiane Taubira, Thomas Thevenoud, Adré Vallini, Aquilino Morelle.

Excusez du peu !

 

2 – “Moi Président de la République, j’engagerai de grands débats citoyens

S’il y a bien un débat citoyen qu’il fallait ouvrir, c’était bien celui sur le « mariage pour tous » et surtout le droit à l’adoption inclus dans la loi ! A l’inverse, nous avons vu observer que, malgré des millions de Français descendus dans la rue, à de nombreuses reprises, pour défendre leurs valeurs les plus profondes et notamment le droit naturel et sacré des enfants à avoir un père et une mère, François Hollande a laissé une pasionaria sectaire, Taubira, passer en force et mépriser le peuple (de droite).

 

3 – “Moi Président, je ne serai pas le chef de la majorité

Quelqu’un peut-il me citer, durant le quinquennat de  Hollande, un seul signe d’ouverture, en direction de la droite ou même du centre ? Au lieu de cela, on a vu des postes ministériels parmi les plus importants pour lesquels, habituellement, un consensus national est recherché , confiés à des militants socialistes choisis parmi les plus sectaires :

  • Christiane Taubira à la tête du ministère de la Justice. C’est à mon sens l’erreur de casting la plus grave et la moins excusable du quinquennat !
  • Vincent Peillon, Benoit Hamon et Najat Vallaud-Belkacem, nommés successivement à l’Education nationale, auront laissé leur idéologie conduire leur action menant à la déconstruction de l’Ecole.
  • Marisol Touraine à la Santé constitue aussi un choix purement idéologique qui a conduit à dresser quasiment toutes les professions médicales contre le ministère de la santé !

4 – “Moi Président, je ferai en sorte que mon comportement soit à chaque instant exemplaire

Sur sa vie personnelle, certains ont osé reprocher à Nicolas Sarkozy sa déclaration : « Avec Carla, c’est du sérieux ». Une affirmation qui a pu être vérifiée dans la durée. On n’a que peu entendu les détracteurs de l’ancien président sur ce qu’on peut légitimement appelé les frasques sentimentales du nouveau :

  • Hollande a trompé les Français en installant à l’Elysée une pseudo-première dame de France qu’il trompait déjà avec une actrice !
  • Il a abaissé la fonction présidentielle en jouant le premier rôle (scootérisé) dans le trop fameux vaudeville de la rue du cirque !
  • Il a en outre montré tout son mépris des femmes – des femmes qu’il n’épouse d’ailleurs jamais ! – en « répudiant » Valérie Trierweiler par une simple dépêche AFP…

 

5 – “Moi Président, j’ai mené la plus grande chasse aux sorcières de la V ème République

Ce président n’a pas hésité à lancer ce qu’il faut bien appeler une épuration dans la haute administration:

 

  • 30 % des préfets ont été limogés. Du jamais vu, la République finance désormais – à ne rien faire – 83 préfets hors-cadre !
  • 50 % des recteurs d’académie ont été remplacés !
  • Parmi les fonctionnaires de police, c’est une véritable purge qui a été opérée !

 

6 – “Moi Président, je n’aurai pas la prétention de nommer les directeurs de chaînes de télévisions

Effectivement, moi président, j’ai fait beaucoup mieux : j’ai placé à la tête du CSA – l’organisme qui nomment les présidents de chaîne – un militant socialiste de longue date. Ce qui a entraîné la reprise en main totale de l’audiovisuel public :

  • Nomination de Olivier Schrameck, ancien chef de cabinet de Lionel Jospin, à la tête du CSA,
  • Nomination de Delphine Ernotte à la présidence de France Télévisions dont l’entourage se résume à ce slogan : « A gauche toute ! » (voir cet article de l’Opinion),
  • Nomination de Germain Dagognet, ancien conseiller en communication de … Olivier Schrameck, comme numéro 2 de l’info sur France Télévisions,
  • Nomination de Michel Field (ancien trotskiste) également à l’info. A peine nommé, il a été accusé d’avoir cédé aux pressions de l’Elysée pour récuser une syndicaliste initialement pressentie pour interroger Hollande dans une de ses émissions (de propagande !)

Cerise sur le gâteau socialiste, France Télévisions vient de se doter d’une chaîne d’info en continu – avec LCI, iTélé et BFMTV, on en manquait ! – qui a déjà été surnommée : « la chaîne Hollande » !

francetelevision

7 – “Moi Président,  je ne traiterai pas mon Premier ministre de collaborateur«

Mais il a fait bien pire en assassinant politiquement Jean-Marc Ayrault dans le livre « Conversations privées avec la président » !  Un premier ministre qui ne va pas à la bataille » vitupère-t-il ! Pire, il déclare : « Un matin, il est l’invité de France Info. Dix minutes. Qu’est-ce qu’il en reste ? Rien ! ». Quand on pense aux nullissimes impacts médiatiques des nombreuses émissions de télévision, taillées pour lui, qu’il nous a imposées, cela laisse perplexe et on mesure le niveau de narcissisme de l’intéressé !

Est-il responsable et admissible, pour un président de la République, d’accabler ainsi publiquement son ancien premier ministre, et pire, son actuel ministre des Affaires étrangères ? La crédibilité de Jean-Marc Ayrault à l’étranger n’en est-elle pas ainsi terriblement affaiblie ?

 

8 – “Moi Président, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante

Le seul fait d’avoir nommé Christiane Taubira garde des sceaux gageait mal, d’emblée, du respect de cette promesse. Une garde des sceaux dont le mensonge éhonté sur sa connaissance des écoutes de Nicolas Sarkozy a été prouvé devant les caméras de télévision !

L’acharnement judiciaire dont a fait l’objet l’ancien président de la République, les méthodes utilisées contre lui – écoute pendant 8 mois, écoute de son avocat contre toute déontologie, fouille illégale dans les archives de l’ancien président à l’Elysée, etc… – laisse t-il le moindre doute sur l’instrumentalisation politique de la Justice par le pouvoir socialiste ?

 

9 – « Moi président, je respecterai mes promesses de candidat«

On ne compte pas les reniements de Hollande :

  • Je réformerai le statut pénal du chef de l’Etat pour répondre à toute demande de la justice“ : statut inchangé !
  • Je ferai en sorte que les partenaires sociaux puissent être considérés“. La gestion de la loi Travail a été un modèle de passage en force et sans concertation avec les syndicats.
  • J’introduirai la représentation proportionnelle pour les élections législatives 2017“ : mode de scrutin inchangé !


10 – “Moi président, je quitterai la présidence si une crise profonde (de légitimité) se produisait

En mai 2006, Hollande écrivait avec son complice Edwy Plenel un livre intitulé : “Devoirs de vérité“. On peut y lire le passage suivant :

Je pense qu’il y a forcément un exercice de vérification démocratique au milieu de la législature. Le devoir de vérité, c’est d’être capable de dire : « Nous revenons devant la majorité, peut-être même devant le corps électoral afin de retrouver un rapport de confiance.

Si, d’aventure, à l’occasion de cette vérification démocratique, une crise profonde se produisait ou des élections législatives intervenaient, contredisant l’élection présidentielle, nous en tirerions toutes les conséquences en quittant la présidence.

Le PS a perdu toutes les élections partielles. Il a été laminé aux élections départementales et défait aux élections régionales et européennes ! Ajoutés à des sondages catastrophiques, ces tests démocratiques ne suffisaient-ils pas à rendre Hollande illégitime et à l’engager à quitter la présidence ?

 

En conclusion

Aurait-on accepté de la part de Nicolas Sarkozy le quart de la moitié des frasques et des reniements de  Hollande. Que pèse le « casse-toi pov’ con » comparé à l’affaire du scooter dans l’abaissement de la fonction présidentielle ?

 

Très peu ! Sauf aux yeux d’une presse complaisante vis-à-vis de la gauche !

Notre argent utilisé pour retrouver le bateau égaré du Ministre de l’Économie et des Finances ?

Jolie promotion pour le « claqueur de culotte » en Chef !

Et dîtes-vous bien qu’avec le départ d’Emmanuel Macron, celui qui gère désormais intégralement l’argent des français du haut de sa tour d’ivoire, c’est lui, Michel Sapin… Ce brillantissime socialiste  qui occupait déjà ce même poste il y a un quart de siècle… Ça redonne de l’espoir non ?

Mais là n’est pas le sujet…

Paraît-il que cet été Michel Sapin aurait fait appel à un hélicoptère de la Gendarmerie pour que celui-ci retrouve son bateau qui visiblement avait décidé de se faire la malle tout seul !

Michel Sapin semble accumuler ces dernières semaines les affaires qui, s’ajoutant à ses nombreux mensonges des derniers mois, ont de quoi laisser les français perplexes sur la définition qu’a le Chef de l’Etat de sa République Irréprochable, de sa Présidence Normale ou encore de sa République Apaisée…

Non parce que là, on en est franchement bien loin…

Alors certes… Il ne s’agirait que d’un coût pour le contribuable français de 1 600 €…

Sauf que le problème dans cette histoire n’est pas le niveau des moyens engagés, mais le fait que celui qui tient le porte-monnaie de la France pourrait avoir usé de son influence en utilisant la ressource nationale pour servir un intérêt personnel…

Sous d’autres cieux, l’opposition de gauche se serait emparée d’une telle affaire et aurait activé ses relais sur les réseaux sociaux pour en faire un outil de propagande servant à déstabiliser le pouvoir en place.

Là, malgré les nombreuses reprises dans différents types de presses, rien.

Aucune indignation du côté des militants, sympathisants et blogueurs de gauche. Sont-ils gênés, écœurés ou ferment-ils simplement sciemment les yeux par pur aveuglement… Allez savoir ! Dans tous les cas, moi je n’ai nullement confiance en des gens comme ça…

La finalité est celle-ci malgré tout : suite au départ d’Emmanuel Macron, Hollande donne les clefs des finances de la France à un mec qui semble vivre du système depuis plusieurs décennies, a régulièrement menti aux français sur l’état du pays (les fameuses sapinades), tout en passant régulièrement de la crème sur le dos de « Moi Président pas de bol », alors qu’au final, le pays n’a eu de cesse de s’enfoncer et lui de mélanger les genres tout en s’évitant très subtilement une potentielle affaire de moeurs

Si avec ça on arrive malgré tout à s’en sortir, c’est que les français ont vraiment une chance de cocus !

 

CONCLUSION :

Il ne claque pas que les slips, il claque aussi l’argent des Français.

C’est pas cher c’est nous qui payons.

La manifestation invisible

Chère Madame, cher Monsieur,

Ce week-end, j’ai assisté à une manifestation sur Paris. 

Des dizaines de milliers de Français d’origine asiatique ont exprimé leur colère.

La préfecture de police parle de 15 000 personnes, mais vous connaissez le principe; les nombres sont systématiquement revus à la baisse lorsque les manifestations dérangent le pouvoir en place.

Comme le journal Le Monde l’indique: cette manifestation fut une “marée de t-shirt blancs, et de drapeaux bleu-blanc-rouge”.

Les organisateurs parlent davantage de 50 000 personnes.

Cette manifestation s’est déroulée dans le calme – mais la colère était bien là.

Tout part de la mort d’un couturier chinois d’Aubervilliers.

Zhang Chaolin a été tué par trois “”jeunes”” qui en avaient après le sac de son ami.

Un mort pour un butin dérisoire. Comme le signale le journal Le Point, “des bonbons, un paquet de cigarettes, des lunettes de soleil”.

La communauté chinoise se rebiffe. Et croyez-moi, je les comprends.

Comme de nombreux Français, ils sont stéréotypés. Parce qu’ils travaillent durs, ils ont de l’argent.

“Jaune” est devenu synonyme de “proie” pour certains.

Cela me rappelle l’affaire Ilan Halimi qui a été séquestré, torturé et laissé pour mort, …

… “parce qu’un juif, ça a de l’argent.”

Dans Le Monde, Jing Zu explique ainsi de sa voix fluette qu’elle s’est fait arracher son sac voici quinze jours “Quand on rentre chez nous, on a la peur au ventre. Il faut que ça s’arrête !”

Il est temps que ça cesse.

Avec tout mon dévouement, 

Laurence Havel