Charlie Hebdo : le pognon, la (fausse ?) veuve et les orphelins !

Un moment, déjà, que la rumeur circule dans Paris : l’énorme pactole récupéré après les attentats qui ont endeuillé Charlie Hebdo et la France déchire désormais la rédaction.
 
Moribond à la veille du carnage, le journal qui n’avait guère que 10.000 abonnés se retrouve aujourd’hui à devoir en servir plus de 200.000. Quant aux fonds recueillis – notamment par la vente du « numéro des survivants » à plus de 7 millions d’exemplaires –, ils dépasseraient les 30 millions d’euros. De quoi alimenter une méchante guerre de succession.
 
Il faut dire que le tableau idyllique brossé pour auréoler les malheureuses victimes est assez éloigné de la réalité. La Légion d’honneur reçue par Wolinski, par exemple et pour ne citer que cela, avait attisé des haines déjà féroces entre ces anars dont certains ne l’étaient plus que de posture. Voir le vieux coco décoré par la droite signer dans Paris Match passait mal. Mais l’histoire la plus sordide, aujourd’hui, est celle de la veuve du patron qui, au soir même de l’attentat, venait se répandre en direct sur le plateau de Ruth Elkrieff à BFMTV : Jeannette Bougrab.
 
Dans un grand numéro de dame en noir qui ressemblait à une course de vitesse, et de ce fait ressenti comme indécent par beaucoup, elle lançait à la France « Charb était mon héros, mon amour ». Et de nous détailler par le menu les dessous d’une passion brûlante entre le directeur du canard d’extrême gauche et l’ex-secrétaire d’État de Sarkozy. Une relation aussitôt démentie par la famille de Stéphane Charbonnier. Ainsi, après moult engueulades croisées via les réseaux sociaux, la belle brune n’assistera même pas aux obsèques de son « grand amour ». On dit qu’elle ne fut pas la seule à en être écartée, une « liste noire » de gens interdits aux funérailles ayant circulé, façon purge stalinienne.
 
Deux mois plus tard, la succession étant ouverte, les choses sont tout sauf calmées : l’affaire risque même de se révéler très juteuse pour les notaires et les avocats.
 
Celui du journal vient en effet de rendre publique la requête du collectif qui compte onze employés du journal, dont Patrick Pelloux et le dessinateur Luz. Ils réclament que tous les collaborateurs deviennent actionnaires. C’est Laurent Léger (journaliste maison) qui l’a annoncé mercredi en conférence de rédaction : ce collectif a pour but d’« ouvrir des négociations sur une répartition égalitaire du capital ». Un capital détenu actuellement à 40 % par les parents de Charb (ex-directeur de la publication tué le 7 janvier), à 40 % par le dessinateur Riss (blessé dans l’attentat), devenu le nouveau directeur du journal, et à 20 % par Éric Portheault, cogérant. Une répartition qui ne troublait pas les collaborateurs quand le journal était moribond et que lesdits actionnaires devaient se faire les fonds de poche pour le soutenir…
 
Mais Patrick Pelloux l’affirme : « Il ne s’agit pas de se partager le gâteau. L’argent ne nous intéresse pas. » Admettons. C’est juste qu’ils n’ont pas confiance. Son ami Laurent Léger précise ainsi :« Cette nouvelle répartition du capital permettra de rendre compte de la manière la plus transparente qui soit de l’utilisation de l’incroyable afflux de fonds dont le journal a été destinataire. » Et de réclamer « un audit de la situation financière ». On n’est jamais trop prudent.
 
L’avocat du journal est plus cynique. Ou réaliste.« Riss est encore à l’hôpital, les parts de Charb sont gelées par [sa] succession. Tout cet argent fait plus de mal que de bien. Cela fait penser à ces enterrements où l’on se bat déjà en revenant du cimetière pour les bijoux de la grand-mère », dit-il. Pas faux.
 
Tout cela par des gens qui crachent depuis toujours sur le pognon, le capitalisme et l’actionnariat pompeur de dividendes. 
Comme disait ce bon La Rochefoucauld : « Les vertus se perdent dans l’intérêt comme les fleuves dans la mer… »
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s