Lettre au Premier Ministre

Metz le 16 mars 2015

Monsieur le Premier Ministre,
Hôtel Matignon
57, rue de Varennes 75700 Paris

Monsieur le Premier Ministre,

L’ensemble des Français rapatriés d’Algérie, Pieds-Noirs et Harkis, ne manqueront pas de se trouver révulsés et indignés à la suite des propos que vous avez tenus ce samedi 14 mars à Saint Brieuc, qualifiant la nostalgie de l’Algérie de « rance ». Vous faisiez allusion à la décision du maire de Béziers de débaptiser une « Rue du 19 mars » pour lui donner le nom de Commandant Hélie Denoix de Saint Marc.

A la place qui est la vôtre, vous ne pouvez ignorer l’histoire de notre pays. Vous ne pouvez pas ne pas savoir qu’il y eut plus de victimes civiles et militaires, entre le 19 mars et le 5 juillet 1962, que dans la période allant des premiers attentats terroristes du FLN, le 1er novembre 1954, jusqu’à la signature de ces accords. Vous ne pouvez faire l’impasse sur la tragique fusillade de la Rue d’Isly à Alger, le 26 mars 1962, ni sur ce nouvel « Oradour » qu’a été la chasse aux Européens à Oran, le 5 juillet suivant : 80 morts tués à bout portant par les forces de l’ordre dans le premier cas ; au moins 750 victimes enlevées et massacrées en moins de sept heures dans le second. Vous ne pouvez pas ne pas penser aux 80 000 à 150 000 harkis torturés, émasculés, massacrés au lendemain de l’indépendance algérienne.

Quel but prétendez-vous poursuivre en humiliant ainsi toute une partie de vos concitoyens ? Ne sommes-nous pas dignes d’appartenir à la Communauté nationale ? Avons-nous constitué le moindre danger pour la République et pour l’ordre républicain depuis 1962 ?

Quant à la noble figure du Commandant de Saint Marc, élevé à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’Honneur en 2011 par le Président Sarkozy lui-même, son parcours exemplaire devrait rendre absurde et déplacé le moindre commentaire négatif, comme le montre remarquablement Etienne de Montety dans Le Figaro de ce lundi 16 mars.

Est-il vain d’espérer, Monsieur le Premier Ministre, quelques paroles de regret pour ces paroles blessantes qui outragent l’ensemble des Pieds-Noirs et des Harkis ?

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, à travers votre personne, l’expression du respect que nous éprouvons pour la haute fonction que vous exercez.

 

 

Danielle Pister Lopez, Agrégé de Lettres, Maître de conférences honoraire- Université de Lorraine-Metz Présidente de l’amicale des Pieds-Noirs de Moselle, vice-présidente du Cercle algérianiste du Grand-Est

Jean-Pierre Pister, Agrégé d’Histoire, Professeur de Chaire  supérieure honoraire-Khâgne, Lycée Henri Poincaré Nancy

 

5, rue du 16ème Chasseurs 57070 METZ Courriel : dpister@free.fr

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s