JE SUIS CHARLIE

charlieflic

Que dire ? Qu’écrire ? Les mots manquent pour parler de cette horreur absolue.

Je ne lisais pas Charlie Hebdo dont je combattais souvent la ligne politique …

Je ne suivais pas Bernard Maris dans son approche de l’économie …

Mais, ce soir, je me sens très proche de ces journalistes et de cet économiste.

Je souhaite simplement, ce soir, leur rendre hommage ainsi qu’aux deux policiers qui ont donné leur vie pour la défense des libertés.

Mais finalement, au vu de ces dizaines de milliers de Français qui se sont spontanément rassemblés dans toutes les villes de France, on peut dire que les terroristes ont perdu la partie et n’auront réussi qu’à fédérer tous les Français autour de la défense des libertés et de la liberté d’expression.

 

Combien d’attentats faudra-t-il encore pour que la France comprenne !!!

Toute la gauche est, pour l’instant, pour la liberté de la presse et de l’expression ; hier, elle était tout entière contre Zemmour…

L’attentat terroriste qui a frappé mercredi Charlie Hebdo nous plonge dans l’horreur de ce qu’est l’État islamique et que nous dénonçons depuis longtemps sans être entendu. La mort de douze personnes dont de grands dessinateurs humoristiques est une déclaration de guerre.

« On a empêché 80 “jeunes Français” de partir faire le djihad en Syrie ou en Irak ! Le gouvernement et le ministre de l’Intérieur annoncent ce résultat comme un véritable succès, alors qu’il s’agit d’une totale absurdité. Ces 80 “jeunes Français” sont déjà radicalisés et vont l’être encore davantage. »
Certains d’entre eux, on peut espérer pas tous, obéiront aux consignes données sur les médias par l’État islamique : « Si vous ne pouvez pas nous rejoindre, alors faites la guerre chez vous, dans votre pays. » Ces « déséquilibrés » sont déjà chez nous, mais n’en arrive-t-il pas de l’étranger ?
Prenons le cas de l’Ezadeen, ce vieux rafiot construit en 1966, de 73 mètres de long, immatriculé en Sierra Leone, et destiné à transporter des animaux. Il a quitté le port de Tartous, en Syrie, le 11 octobre 2014, avec 450 migrants à bord, pour rejoindre le port chypriote de Famagouste (sous contrôle de la République turque autoproclamée du nord de Chypre, mais non reconnue par l’ONU). Le 19 décembre, soit plus d’un mois plus tard, il repartait avec toute « sa cargaison » avec, comme destination officielle, le port de Sète, en France.
L’Ezadeen a été abandonné par son équipage et laissé à la dérive car en panne de carburant à 150 km au large de Crotone (Calabre). Ce n’est pas au moment où ils sont abandonnés à leur triste sort que ces cargos devraient être surveillés et pris en charge, mais dans les ports d’où ils partent car les autorités de ces pays sont parfaitement au courant de leur destination et devraient avoir l’obligation d’intervenir.
Qui sont ces « migrants » qui nous arrivent par dizaines de milliers, et continueront à arriver (on nous en promet 700.000) ?
Ils viennent de Syrie, d’Irak, de Libye, d’Érythrée et enfin de partout où l’État islamique impose sa loi, sa terreur, ses massacres. En très grande majorité, ce sont des hommes adultes et de religion musulmane (voir Calais). Ce ne sont ni des chrétiens ni des yézidis qui sont les premiers exterminés. Ce ne sont pas, non plus, des vieillards et il y a peu de femmes et d’enfants.
Comment les organisateurs de ces « voyages », les passeurs, disposent-ils de plusieurs millions de dollars pour affréter de vieux cargos destinés à être abandonnés en pleine mer ? Tout comme les pilotes islamistes du 11 septembre 2001 à New York, comment ont-ils été formés à devenir subitement des navigateurs, capitaines, mécaniciens, radios, etc. ?
Ces « migrants » viennent de pays où les habitants ont juste de quoi se nourrir, et voilà que des centaines d’entre eux disposent soudain de plusieurs milliers de dollars pour payer leur « voyage » ? On se demande ce que fait l’ONU dans ce schéma : de la figuration ? Qui peut nous assurer que ces milliers de « migrants » ne servent pas de couverture à l’infiltration de quelques centaines de terroristes islamistes destinés à mettre l’Europe à feu et à sang ?
L’État islamique a les moyens financiers plus que suffisants pour entreprendre cette nouvelle croisade. Il l’a annoncé. Il veut conquérir le monde. Comme il n’a pas encore la force d’affronter l’Europe et le monde par ses armées, il peut fort bien envisager de le déstabiliser par ses « soldats ». Combien d’attentats faudra-t-il pour que la France comprenne ?

source net
Voilà ce qu’affirmait le ministre de l’intérieur …………………….. Douze morts
cazeneuvedjihad

Vous avez perdu

Vous avez assassiné des journalistes et des policiers au nom de rien, vous avez cru nous faire peur et vous avez perdu. Bien sûr nous avons les larmes aux yeux et nous pensons à ces familles que vous avez détruites. Nous pleurons nos morts, nos amis inconnus qui étaient si proches de nous sans que nous les ayons connus. Ils étaient nous, notre liberté, portée aujourd’hui et demain contre l’intolérance et l’obscurantisme.

Et vous avez perdu.

Parce que notre liberté est vivante, éternelle, qu’elle est en nous. Nous n’écouterons pas les messages de haine ou de vengeance parce que ce n’est pas l’esprit de Charlie hebdo. Nous sommes Charlie, avec notre droit au rire, à la dérision, notre droit de vivre debout plutôt que mourir à genoux disait Charb.

Vous avez perdu.

Vous avez perdu et vous perdrez toujours, comme l’Histoire nous le dit. L’esprit gagne toujours sur la haine, l’esprit de Charlie qui est liberté, notre liberté. Vous n’arriverez jamais à détruire ce bien le plus cher que nous aimons par dessus tout. Vous pouvez fourbir vos armes et faire couler le sang, tenter de créer un climat de haine en France, tenter de nous dresser les uns contre les autres, vous perdrez, à chaque fois.

Vous avez perdu.

Dès l’instant où vous avez abandonné votre esprit pour devenir assassin, vous avez perdu et vous perdrez toujours. Dès ce soir, partout en France, des femmes et des hommes épris de liberté vont vous répondre, pacifiquement, sans haine, sans peur. Nous serons des milliers et vous n’êtes rien. Nous sommes sans arme les combattants de la liberté, de la liberté d’expression, de la liberté de la presse. Nous sommes des milliers, nous sommes Charlie Hebdo. Et vous perdrez toujours contre nous.

Vous avez perdu.

Parce que vous pensez tuer un journal et que ce journal est maintenant la France toute entière, debout et digne. Unie et libre. Et derrière cette France, il y a un monde épris lui aussi de liberté, de jeunes filles qui veulent aller à l’école, d’enfants qui veulent chanter, d’hommes et de femmes qui s’aiment. Nous sommes des millions et chacun porte maintenant en lui Charb, Cabu, Tignous, Bernard Maris, Wolinsky, vivants, rieurs et blagueurs.

Vous avez perdu et vous perdrez toujours.

Herve Naillon

Publicités

Une réaction sur “JE SUIS CHARLIE

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s