Comment « Moi Président de la République », je suis devenu la risée de l’humanité

Voilà des mois que l’on pointe la nullité de la communication du Président de la République et voilà des mois que les conseillers se succèdent mais qu’absolument rien ne change.
De deux choses.
L’une, où la valse des conseillers ne sert qu’à grossir les C.V de ces dits-conseillers qui se succèdent, ou de l’autre, Moi Président de la République est encore pire que ce que je pensais.
Vendredi 17 octobre, Hollande annonçait, à la surprise générale, la libération des 219 lycéennes enlevées par la secte islamiste Boko Haram.
Quelques minutes plus tard, interpelé par des journalistes, il se reprend et admet qu’elles ne sont pas encore libérées mais annonce qu’il a des informations  qui laissent à penser que la libération des jeunes filles pourrait intervenir dans les heures ou dans les jours qui suivent.
Tout naturellement pendant qu’il dit ça, le service de presse de l’Elysée intervient pour empêcher certains journalistes de filmer. Curieuse notion de la liberté de la presse à gauche. Tout ça pour quoi ? Pour essayer de nous cacher une nouvelle boulette du queutard de la rue du cirque ? On s’y est désormais (presque) habitué. Les français ont parfaitement assimilé le fait qu’avec François Hollande ils ne pouvaient rien exiger de particulier et allaient devoir se contenter de peu…
Finalement on a appris hier que Boko Haram continue de négocier la libération des 219 lycéennes.
Que dire d’autre si ce n’est : quel c**…
Et le terme n’est à mon sens pas exagéré. De ma vie je n’ai encore jamais vu quelqu’un renvoyer une image aussi dégradée de la France et de la fonction de présidentielle. Je respecte la fonction mais j’exècre l’âne qui est censé l’incarner.
Soit ce type a perdu tous ses moyens une fois arrivé au pouvoir, soit il a menti aux français durant sa campagne en se faisant passer pour l’homme de la situation.
Moi, Président par accident, ma présidence c’est tout, sauf une réussite.
CONCLUSION :
MOI PRESIDENT, j’ai fait libéré les otages
MOI PRESIDENT, les otages vont être libérés
MOI PRESIDENT, les otages devraient être libérés
MOI PRESIDENT, Gnéééééééééééééé
FLAMBYSSS l’ivresse des profondeurs !!!
Publicités

A propos des retraités

Aux retraités… mais aussi tous les autres… doivent savoir !!!

La CARSAT (caisse de retraite du privé) nous a informé qu’à compter du 1er Janvier la CSG passait de 3,8% à 6,6%.

Soit 2,8%, ponctionnés sur nos retraites La CRDS restant inchangée… pour l’instant.

Ensuite, à compter du 1er avril, baisse des retraites de 0,3%… en raison de la taxe appelée C.A.S.A, payée au titre de la solidarité. Sachant qu’au 1er avril 2014 cette taxe passe de 0,3%, à 0,6%.

Au total 2,8% + 0,6% = 3,4% ponctionnés sur nos retraites. Ce qui permet à notre gouvernement ANTISOCIAL d’augmenter les impôts de notre ménage de 380 EUR EUR… alors que nos retraites sont pourtant en BAISSE de 3,4% !!!!

Sans être matheux dans l’âme, il apparaît que nos impôts vont augmenter de 34,7%, entre 2013 et 2014… alors… je le répète… que les revenus de notre ménage ont baissés de 3,4%.

Calcul de notre impôt 2014 ( sur nos retraites de 2013) fait sur le site « impots-gouv » (moi aussi, G).

CHERCHEZ L’ ERREUR !
Par contre, les allocations et aides de toutes sortes…versées aux fainéants inutiles et autres sans papiers et profiteurs de toutes sortes…augmentent régulièrement.

Bravo la gauche ! De mieux en mieux !

À se demander si ce gouvernement « visiblement aux abois » ne veut pas faire payer son désaveu national aux Français, avant de se faire virer, comme c’est inévitable ?

Français-réveille-toi-et-ne-ferme-plus-ta-gueule !

Le patrimoine caché de Valls

Valls a caché 99% des parts d’une SCI détenant un actif de près de 2 millions d’euros, en les mettant au nom de sa femme.

La déclaration d’intérêts de Manuel Valls le faisait apparaître comme un ministre endetté sans réel patrimoine. Or, il n’en est rien.

Dans sa déclaration de patrimoine, Manuel Valls ne déclarait que 93 000 euros d’actifs, après déduction de ses dettes et emprunts. Valls déclarait être le propriétaire de 2 appartements: un 88 m² à Evry, et un 44 m² à Paris dans le 11ème arrondissement. D’après le premier ministre, c’est dans ce studio de 44 m² qu’il habite avec son épouse, la violoniste Anne Gravoin… (ou pipeau ???)

Mais Manuel Valls a plus d’un tour dans son sac ! Le premier ministre est en effet marié sous le régime de la séparation de biens et ne possède qu’1 seule part de la SCI Homère qui détient l’appartement du 11ème arrondissement, les 99 autres parts appartenant à sa femme. La SCI Homère ne possède pas seulement le petit studio dans lequel Valls et son épouse sont censés vivre, mais 16 lots de copropriété, pour un total de 210 à 250m². Ces lots de copropriété sont valorisés entre 1,6 et 2 millions d’euros.

Le descriptif des lots sur le plan de cadastre est édifiant: 4 chambres, 5 salles d’eau, 7 pièces de séjour, 5 cuisines et 2 terrasses… rien que ça ! Le « petit studio » dans lequel vit Manuel Valls ressemble à s’y méprendre à un énorme appartement 11 pièces, au minimum.

Manuel Valls a ainsi caché 99% des parts d’une SCI détenant un actif de près de 2 millions d’euros, en les mettant au nom de sa femme pour ne pas avoir à en déclarer le montant ou l’existence.

Si Manuel Valls et Anne Gravoin divorçaient, le régime de la séparation de biens obligerait à rechercher l’origine des fonds ayant servi à l’acquisition des biens détenus en indivision.
Il serait ainsi intéressant de savoir si Anne Gravoin a bien payé 99% des mensualités de l’emprunt de la SCI et 99% de l’apport initial avec ses cachets de violoniste, ou bien s’il ne s’agit là que d’un tour de passe-passe évitant à Manuel Valls de passer pour un muli-millionnaire…

Hollande sur TF1 en prime time le 6 novembre

BOYCOTTONS !!!

Revolver sur la tempe, le directeur des programmes de TF1 n’a pas hésité une seconde à consacrer toute une soirée à  Hollande. Le 6 novembre. Brrrrrr… Un froid !

Allez, au diable les audiences, la pub grassement payée, le 6 novembre, pain sec et infusion. Opération kamikaze. PDG en robe de bure, capuches sur les employés, look « Chaussée aux moines » pour tout le monde, TF1 reçoit Hollande de 20 h 50 à… 22 h 00… 22 h 30 ? Toute la nuit ? Bof. Perdu pour perdu… Toute la nuit, si vous voulez.
Pour l’instant, TF1 refuse de dévoiler le format de l’émission. Canapé carré, ovale, rectangulaire ? Ou une table… Les neurones des concepteurs sont chauffés à blanc. C’est qu’il faut égayer l’affaire.
Hollande, en soi… Bon. Vous voyez le désert de Gobi ? OK. Alors, on cherche, on invente, on imagine, hein ! Des surprises, des guirlandes… Des danseuses… Enfin quelque chose, quoi. Avec Hollande en prime time, on connaît des ménagères de moins de 50 ans qui ne reviendront plus jamais. Guéries à vie de TF1. C’est qu’on a beau avoir du repassage, y a des coups bas qui passent pas. Des trahisons dont on ne se remet pas.
L’OVNI télévisuel s’intitule pour le moment « En direct avec le Président ». Titre à améliorer. « François, ange gardien » a été refusé et « Le Maillon faible » est déjà pris.
Le 6 novembre correspond, au jour près, à la mi-mandat du Président. Ta-ta-ta-tère ! Dans ce cas, changement de fusil d’épaule, format du canapé en point d’interrogation, recueillement en plateau et, vers 21 h 30, on enlève les robes de bure, on sort Jean-Pierre Foucault du formol et l’émission s’intitule « Plus que 2 ans et demi à tirer ». Orchestre ! « La Salsa du démon » en fond sonore, les serpentins tombent du plafond, la ménagère revient avec une nouvelle pile de repassage.
À mi-parcours du chemin de croix, il était important de marquer le coup. Une telle symétrie dans la déconfiture n’a lieu qu’une fois tous les 5 siècles. À l’instar de certaines éclipses, l’émission est à regarder avec des lunettes spéciales pour voir l’effet 1D. Une dimension, une seule direction : la mouise intégrale. En avant toute. Encore 933 jours pour y arriver. Il peut le faire, il a la stature, il est notre invité, il est exceptionnel. Petit à petit, le concept prend forme.
Avec ce prime time, l’Élysée racle les fonds de tiroir. Un président en mode « Sacré soirée » peut séduire, s’est dit un communicant désœuvré. Mouais… Ça se tente. Si l’aventure variétale ne fonctionne pas, il restera la formule « attraction en boîte de nuit »… La tournée « Âge tendre et tête de bois » en covedette avec Daniel Guichard. De quoi tenir jusqu’en 2017. Facile.

 

SANS MOI ! J’espère qu’avec un peu de lucidité, il va nous annoncer sa démission et celle de sa clique.

AUDIMAT = ZÉRO POINTE POUR TF1 ET LES MERDIAS LOBBISES…

Dupont Aignan provoque un esclandre sur Canal Plus

Les journalistes en prennent plein les dents et n’osent pas répondre à sa question, qui fait mouche.

VOIR LA VIDEO

David PUJADAS ……………..………240 000 EUR (environ)
Laurence FERRARI …………………500 000 EUR (environ)
Michel APATHIE………………….……500 000 EUR (environ)
Alain DUHAMEL ………………..……240 000 EUR (environ)
Claire CHAZAL (Hors concours)…… 900 000 EUR (environ)

Sans oublier… Marie DRUCKER… Laurent DELAHOUSE… et les autres…

Tous ces journalistes se gardent bien de parler de leurs avantages fiscaux.

Au-delà de 3 mois de présence les journalistes ont droit à la totalité de la rémunération mensuelle pendant 3 mois, ils ont demandé à François HOLLANDE de porter la durée à 6 mois.

Les journalistes en service, victimes d’accidents du travail, de trajet ou atteints de maladie professionnelle contractée à l’occasion de leur travail, conservent pour tous les arrêts reconnus par la sécurité sociale comme directement liés à l’accident du travail ou à la maladie professionnelle, l’intégralité de leur rémunération dans la limite de 2 ans.

Ils ont demandé de pousser à 4 ans.

En cas d’incapacité permanente partielle telle qu’elle est reconnue par la sécurité sociale, le journaliste a droit à une PRIORITE DE RECLASSEMENT dans une fonction compatible avec son état physique, avec maintien de tous ses droits – y compris la déduction fiscale -, notamment en matière de salaire.

A compter de la date de leur engagement, les journalistes atteints d’une affection de longue durée reconnue par la sécurité sociale entraînant momentanément une incapacité totale d’exercer leur fonction, conservent pendant les trois premières années l’intégralité de leur salaire et les avantages fiscaux.

Ils ont demandé à François HOLLANDE … de porter à 5 ans.

Au cours de la dernière campagne présidentielle, les journalistes ont évidemment fait l’apogée de F.-Hollande.

En France tous les salariés sont exonérés d’impôt sur 10 % de leurs revenus.

En France tous les journalistes ont droit depuis 1934 à une exonération supplémentaire de 30 % (avec un plafond) qui s’additionne aux 10%.

En 1996, un premier ministre a osé tirer un trait sur certaines niches !

Une profession va particulièrement se plaindre «LES JOURNALISTES».

Alain LAMBERT ex-rapporteur du budget au Sénat se souvient : «De la hargne de journalistes et de la trouille des politiques».

Le premier ministre de l’époque avait tenu bon, mais il avait accepté une première concession à la profession : la création d’un fonds budgétaire pour compenser la hausse d’impôt que subiront les journalistes.

Parallèlement, les négociations étaient engagées avec les syndicats. Elles aboutiront sous JOSPIN :  Il fut décidé de rétablir l’avantage fiscal, sous forme un peu plus juste : au lieu de 30 % les journalistes pourront dorénavant retirer soit 7 650 EUR (ou équivalent 50 000 francs de l’époque) de leurs revenus (mesure unique pour les journalistes et les autres Français —RIEN—).

Avant les primaires socialistes, les syndicats de journalistes ont demandé à François HOLLANDE de rétablir les 30% d’abattement : 42.500 journalistes bénéficieront de cet avantage.

Quand on pense que le gouvernement a défiscalisé les heures supplémentaires pour les ouvriers et employés !…

Savez-vous que des proches des journalistes, (qui ne sont pas journalistes) se déclarent journalistes sans carte de presse.

Et maintenant des journalistes de l’audiovisuel ont demandé un abattement supplémentaire de 10 % pour des frais esthétiques !