Réforme du droit des étrangers

Merci au gouvernement d’avoir adressé un énième signal encourageant l’immigration illégale…
Nous sommes mauvaises langues d’accuser Hollande de ne pas tenir ses promesses de campagne. La France est toujours en récession, la République n’est pas plus « apaisée » qu’exemplaire mais le planning des réformes « sociétales » est respecté avec la plus grande fermeté.
Le mariage homosexuel a été voté, nulle manifestation n’aurait pu s’y opposer, le « gender » est en chantier et tout est fait pour que cette théorie s’impose dans les écoles.
Quant à la réforme de la justice voulue par Christiane Taubira, elle s’appliquera à tous sauf à Anne-Sophie Leclère.

Bref, Terra Nova et la fondation Jean-Jaurès sont satisfaites, le calendrier est tenu. La libéralisation s’impose tant dans les mœurs que dans le champ économique, avec l’annonce de la reprise des mesures préconisées par Jacques Attali dans son« Rapport pour la libération de la vie économique ».
Pour faire suite à ces grands travaux de destruction de la France historique, et après le fameux « Rapport sur l’intégration » ou le CV anonyme, vient maintenant la réforme du droit des étrangers.
Parmi les mesures envisagées figure la création d’un « titre de séjour pluriannuel » afin de « faciliter la vie des étrangers et faciliter leur intégration en leur évitant des passages à répétition à la préfecture pour le renouvellement de leur titre de séjour.
Un système gagnant-gagnant qui permet aussi le désengorgement des préfectures, qui enregistrent chaque année cinq millions de passages devant leurs guichets », selon les mots de la journaliste de 20 Minutes Anissa Boumediene. Je crois que le gouvernement n’en fait pas assez : le mieux serait de donner à tout étranger de passage la nationalité française, un système « gagnant-gagnant » qui nous ferait gagner du temps.
Autre mesure phare, la restauration du système du droit d’asile, « à bout de souffle », selon l’aboyeur en chef Manuel Valls.
Maîtrisant à la perfection l’art du comique involontaire, Anissa Boumediene écrit : « Lenteurs dans l’instruction des demandes, manque de moyens ou encore problèmes d’hébergement, le système d’asile français est complètement engorgé et peine à absorber des demandes en constante augmentation. En 2013, la France a enregistré plus de 66.000 demandes d’asile, contre 35.500 en 2007. » Jamais elle ne se pose la question de savoir si cette augmentation des demandes d’asile de 53 % depuis 2008 en France, à cumuler aux autres chiffres et à l’immigration de masse des 40 dernières années, n’est pas un problème grave au regard des difficultés d’intégration de certaines populations. Mais ne la blâmons pas, le gouvernement fait de même.
Une autre solution envisagée par cette réforme serait de répartir les demandeurs d’asile sur l’ensemble du territoire, sans leur laisser le choix de la région de résidence. De la novlangue pour signifier « saupoudrage pour occulter la situation ». Qui peut croire un instant que le système marchera mieux lorsque des villes moyennes accueilleront demain des dizaines ou des centaines de demandeurs ?
Aujourd’hui, la France est perçue comme un pays extrêmement attractif pour qui souhaite bénéficier d’aides sociales. Merci au gouvernement d’avoir adressé un énième signal encourageant l’immigration illégale…!!
changementdouane
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s