Explication de texte sur la Marseillaise

Chers Amis et Amies,

Cette clarification sur les paroles les plus surprenantes de La Marseillaise est bienvenue…. je dois avouer que j’ai toujours fait la confusion pensant que le sang impur était celui de nos ennemis …

”Le sang impur” qui abreuve nos sillons c’est le nôtre pauvres “non-nobles”, en opposition aux nobles qui, eux, ont le sang pur ! C’est le sang des volontaires de 1791, le sang que nous allons verser nous les manants, nous les gens du Tiers-Etat… et non pas celui de nos ennemis. 

C’est bon à savoir et cela devrait être précisé pendant les cours d’instruction civique dans les classes de nos écoles comme l’auteur de ce mail le dit si bien. 

Voilà, maintenant nous savons et nous pouvons rejoindre nos bataillons.
Ci-dessous un commentaire trouvé à la suite d’un article où il est dit que Marie-Christine Blandin, sénatrice EELV du Nord, ré-attaque la Marseillaise.

« J’en ai marre d’entendre les gens (Jamel, Lambert Wilson et compagnie) critiquer la Marseillaise à cause de cette phrase : « qu’un sang impur abreuve nos sillons »

On ne peut pas leur reprocher leur ignorance, et ça ne devrait pas être mon rôle de rappeler le sens, mais à l’Education nationale, lors des fameux cours d’éducation civique.

Avant de dire « beurkc’est quoi çac’est racistec’est méchant » … blablabla …, il faudrait savoir ce qu’est le sang impur ainsi que les sillons.

Alors explication de texte :

A l’époque, ce qu’on appelait le sang pur, c’était le sang des nobles qui, seuls, pouvaient prétendre au Pouvoir et à des fonctions d’officiers dans l’armée. Lors de la Révolution, et notamment de l’attaque des autrichiens, les nobles se sont enfuis et ne restaient donc que des « Sangs impurs » (Républicains), par opposition au « Sang pur » (royaliste). Au cri de la « Patrie est en danger », c’étaient des gens du peuple qui prenaient les armes pour combattre l’envahisseur et qui étaient disposés à verser leur sang pour la liberté.

C’est dans le même esprit qu’ont été composés le « Chant du départ » et plus récemment « Les africains ». Et les sillons sont des tranchées creusées un peu partout dans la campagne et les champs, lors des sanglantes batailles.

« Qu’un sang impur abreuve nos sillons » signifie donc que c’est notre « Sang impur » à NOUS,  le peuple, qui nourrira nos terres.

En aucun cas il ne s’agit du sang de l’ennemi. Ce serait bizarre et incohérent quand même, de chanter que le sang de l’ennemi nourrit nos terres, nos sillons.

On peut reprocher beaucoup de choses à la Marseillaise, notamment son esprit guerrier, mais pas le « Sang impur », désolé pour les incultes. A aucun moment de l’Histoire, la France n’a désigné ses adversaires en raison d’une notion raciste liée à la pureté du sang, notamment lors des guerres coloniales inspirées par des politiciens issus des « Lumières », comme les Saint- simoniens et  les Francs-Maçons : la statue de la Liberté offerte à la jeune nation américaine illustre le propos… Méfions-nous de cette approche socio-libertaire et antimilitariste simpliste qui avance sournoisement pour adapter l’Histoire à sa guise !…

MERCI A CETTE PERSONNE D’AVOIR REMIS LES PENDULES A L’HEURE POUR CERTAINS ET D’AVOIR, DANS LE MEME TEMPS, ECLAIRE NOTRE LANTERNE !

Publicités

10 réactions sur “Explication de texte sur la Marseillaise

  1. Moi aussi je crois que le sang impur est celui de nos ennemis et pas celui du peuple mais c’est vrai que le doute est quand-même permis. Les paroles de la Marseillaise dans un sens comme dans l’autre n’en reste pas moins très violentes. Les discours des chefs révolutionnaires pendant la Terreur montrent la dérive sanglante de la révolution en récupérant ces paroles et en leur ajoutant un sens encore plus violent.
    Comme beaucoup j’ai voulu proposer une réécriture acceptable de la Marseillaise en mélangeant trois couplets (le 1°, le 6° et le 15°) (et oui la version complète compte 15 couplets mais qui est l’auteur des 8 derniers ? ) mais c’est bien plus difficile que je ne l’imaginais :

    La Marseillaise (républicaine)

    Allons enfants de la patrie
    Le jour de gloire est arrivé !
    Liberté, (devant l’infamie)
    L’étendard (français) est levé !
    L’étendard (de justice) est levé !
    Soyons unis ! tout est possible ;
    (La paix et l’honneur gagneront,)
    Alors (ensemble nous vaincrons
    La misère, ce fléau) terrible.

    Aux armes, citoyens ! formons (l’union sacrée) !
    Marchons ! marchons (pour la nation et la fraternité) !

  2. « le sang impur qui abreuve les sillons » est le sang de l’ennemi de la nouvelle république française c’est à dire les nobles exhilés dans les monarchies voisines.C’est un contresens de penser de le sang impur serait celui du peuple
    .Rappelons que La Marseillaise est à la base un chant de guerre écrit en 1792 par l’Armée du Rhin (après la déclaration de guerre française contre l’Autriche) récupéré par les révolutionnaires marseillais donc « le sang impur » est le sang de l’ennemi

  3. Merci pour cette excellente mise au point face à une thèse un peu légère, qui visait à blanchir la Révolution en faisant jouer une espèce de culte du martyre de la part de chimériques colombes révolutionnaires

    Noter que, grâce à internet et à l’élargissement de la communication, tout le mythe identitaire cultivé pendant deux siècles autour de la Révolution Française est en train d’imploser.

    Le phénomène a été illustré il y a deux ou trois ans par l’initiative d’un naïf donneur de leçons, député UMP de son état, qui s’est cru malin de faire légiférer pour que la négation du génocide arménien par les turcs soit sanctionnée par une forte amende.

    Le gouvernement turc a riposté en nous envoyant dans les dents la négation du génocide vendéen, qui n’est ignorée que par les français de l’Hexagone chambrés par la propagande officielle

    Noter aussi que la propagande officielle concernant la Révolution Française était gonflée dans un but contre-révolutionnaire, suite à la Commune de Paris. Elle contenait le message subliminal: « La révolution a déjà été faite donc 1°) ELLE N’EST PLUS A FAIRE 2°) nous sommes les meilleurs.

    De quoi préparer la chair à canons des deux guerres mondiales.

  4. Non, le sang impur désigne bien les contre-révolutionnaires, votre théorie n’est qu’une interprétation personnelle qui ne repose sur aucune preuve. Lisez donc des textes de l’époque avant de traiter les autres d’incultes, vous tomberez sur des extraits de ce genre qui montre bien quel sens avait le « sang impur » pour les révolutionnaires :

    « J’ai démontré la nécessité d’abattre quelques centaines de têtes criminelles pour conserver trois cent mille têtes innocentes, de verser quelques gouttes de sang impur pour éviter d’en verser de très-pur, c’est-à-dire d’écraser les principaux contre- révolutionnaires pour sauver la patrie. »
    — Jean-Paul Marat, Journal de la République française, le 7 novembre 1792.

    « Cette partie de la République française présente un sol aride , sans eaux et sans bois; les Allemands s’en souviendront, leur sang impur fécondera peut-être cette terre ingrate qui en est abreuvée. »
    — Discours de Dumouriez devant la Convention nationale, le 10 octobre 1792.

    « Nous sommes ici à exterminer le restant des chouans, enfouis dans des bois ; le sang impur des prêtres et des aristocrates abreuvent donc nos sillons dans les campagnes et ruisselle à grands flots sur les échafauds dans nos cités. Jugez quel spectacle est-ce pour un républicain animé, comme je le suis, du plus pur amour du feu le plus sacré de là liberté et de la patrie qui brûle dans mes veines. »
    — Lettre de Cousin à Robespierre, à Cossé le 27 nivôse an II (16 janvier 1794).

    « Eh bien, foutre, il n’en coûtera pas plus pour anéantir les traîtres qui conspirent contre la République. La dernière heure de leur mort va sonner; quand leur sang impur sera versé, les aboyeurs de l’aristocratie rentreront dans leurs caves comme au 10 août. »
    — Jacques-René Hébert, Le Père Duchesne

    « Quel espoir peut rester à l’empereur et au roi d’Espagne depuis que la justice nationale a scellé la liberté française par le sang impur de ses tyrans ? »

    — Discours de Jacques Nicolas Billaud-Varenne devant la Convention nationale, le 20 avril 1794.
    « C’est au Dieu des armées que nous adressons nos vœux : notre désir est d’abreuver nos frontières du sang impur de l’hydre aristocrate qui les infecte : la terreur est chez eux et la mort part de nos mains. Citoyens ! nous serons vainqueurs. »
    — Lettre écrite par 45 volontaires du 3e bataillon de la Meurthe à la municipalité de Lunéville, le 10 août 1792.

  5. Intéressante érudition. Mais il faut remarquer qu’elle enfonce un peu plus la Marseillaise en prétendant la défendre:

    1°) Le « sang impur » que notre hymne national invite alors à faire couler, c’est celui des soldats français issus du peuple français.

    Faut-il alors imputer cette démarche mobilisatrice de La Marseillaise à un masochisme collectif?

    Faut-il l’imputer au machiavélisme d’une élite révolutionnaire trahissant le peuple?

    Dans un cas comme dans l’autre, notre hymne national explique donc, notamment, les boucheries des guerres de la Révolution et de l’Empire et de la guerre de 1914-1918

    2°) Quant à l’explication:  » les sillons sont des tranchées creusées un peu partout dans la campagne et les champs, lors des sanglantes batailles », elle parait pour le moins fantaisiste et anachronique

    3°) Enfin,concernant l’argument: « En aucun cas il ne s’agit du sang de l’ennemi. Ce serait bizarre et incohérent quand même, de chanter que le sang de l’ennemi nourrit nos terres, nos sillons », il tombe vraiment à plat, parce que si la version comprise spontanément par l’ensemble des français est opposée à cet aspect des choses, elle a de bonnes raisons d’être crédible. Elle est en effet corroborée par cet autre couplet

    « Entendez-vous dans nos campagnes
    Mugir ces féroces soldats?
    Ils viennent jusque dans vos bras.
    Égorger vos fils, vos compagnes! »

    Avec la logique de cet intervenant anonyme, les français devraient donc faire couler leur sang, mais non celui des étrangers qui viennent jusque dans leurs bras « égorger leurs fils et leurs compagnes »!!!!

    Il y a de gros problèmes de rigueur logique chez les intellectuels issus de l’école française

    Ortograf-FR (Louis Rougnon Glasson)

      • .

        Du point de vue musical, La Marseillaise est un chef d’oeuvre qui rend magnifiquement ce que vous appelez: « le contexte de son temps et non notre époque moderne ».

        L’ambiguïté de son utilisation actuelle vient de ce qu’on ne fait pas la différence entre les deux.

        Un problème lié à cette ambiguïté:

        L’enseignement de notre histoire est traité de manière événementielle, il vise aussi à entretenir le mythe identitaire. Tirer la leçon de l’histoire exigerait une analyse du mécanisme psychologique et social qui a abouti à la situation que l’on sait.

        Voir dans les blogs Mediapart: « La grande trouille des historiens pour tirer la leçon de l’histoire »

        http://blogs.mediapart.fr/blog/louis-rougnon-glasson/241112/la-grande-trouille-des-historiens-pour-tirer-les-lecons-de-lh

        .

    • J’ai appris une version plus cohérente lorsque j’étais à l’école primaire :

      L’explication ci-dessus sur le sillon est mauvaise. Mais il n’empêche, ouvrez votre dictionnaire et vous verrez que la définition de ce terme est connue de tous les agriculteurs : « De l’ancien français seillon, de silier « labourer », du gaulois *seljô « amasser la terre ». » pour le wiktionnaire par exemple.

      Il faut parfois perdre des batailles pour pouvoir gagner la guerre. Et que la moindre défaite nous galvanise plutôt qu’elle nous fasse perdre pied..

    • Pour le sang de l’ennemi qui abreuvent les sillons, c’est le sang de l’aristocrate qui vient nourrir le champs cultivé par le peuple révolutionnaire, gros symbole de victoire du tiers-état contre la noblesse
      Mais aussi du sang impur Autrichien pour qui elle a été écrit a la base
      La marseillaise gagne son nom lorsqu’elle est entonné par les soldats de l’armée du Rhin (composé surtout du peuple marseillais et d’aucun aristocrate) lorsqu’il envahissent les tuileries a la révolution (qui a permis le régime de la terreur qui a suivi)
      d’ailleurs le génocide vendéen est l’anéantissement des royalistes insurgé en vendée (parce que la révolution a maté des révolution, logique non?) Donc le sang impur, il a été très concret
      Et la je parle uniquement de la période de la 1ère révolution française

      puis la marseillaise est oublié sous napoléon

      Lors de la commune de paris, c’est encore un peu plus le bordel (comme si la révolution et la terreur l’avaient pas déja été) mais c’est un peu moins de 100 ans après, et la je vois pas a quelle symbole elle a été utilisé…

      Quand aux tranchée invoqué dans la définitions de sillon, c’est la tranché ou tu sème le grains ou les patates,
      et je crois que c’est en référence a ces tranchée faite par la charrue qu’on a tirée le nom des tranchée de 14-18

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s