Montée du racisme en France : pas d’effet Merah, mais une tendance de fond

Par  pour Le Nouvel Observateur

LE PLUS. En 2012, les actes et menaces à caractère raciste, antisémite et antimusulman ont augmenté de 23%. Comment expliquer cette évolution ? Est-elle liée à l’affaire Merah ? Réponses de Nacira Guénif Souilamas, sociologue et anthropologue, maître de conférences à l’Université Paris 13 et auteure de « La République mise à nu par son immigration » (La Fabrique).

Édité par Hélène Decommer  Auteur parrainé par Elsa Vigoureux

graffraciste

 

Graffiti à caractère raciste sur un mur de la salle de prière musulmane de Seynod, 06/03/04 (JP CLATOT/AFP)

Je suis toujours un peu gênée par les effets d’aubaine d’une lecture de données à partir d’une affaire en particulier. En l’occurrence, rattacher la montée des actes et menaces à caractère raciste, antisémite et anti-musulman en 2012 (+23%) à l’affaire Merah, c’est perdre de vue la dimension plus générale et durable du racisme en France.

Une actualité brûlante et surchargée émotionnellement ne peut pas tout expliquer, il faut s’intéresser à la dynamique globale.

 

Le racisme, une compensation au sentiment d’impuissance

Le racisme est une expression constante dans toute structure anthropologique ; il n’y a pas une société qui en soit exempte. La vraie question, c’est à quoi sert cette expression et surtout comment on en vient à ne plus la contrôler. Nous sommes dans une période où l’inflation et le caractère délirant du racisme prennent, en France, des proportions inquiétantes.

L’histoire de notre pays, les anciennes colonies en Afrique du Nord et les migrations post-décolonisation expliquent en partie l’existence de sentiments anti-Arabe et anti-musulman en France. Pourtant, les réflexions sur le sujet, mais plus encore les outils et instruments de mesure ont tardé à être mis en place. Nous l’avons fait sur rappel à l’ordre des institutions européennes et poussés par la montée en puissance de réflexions britanniques et américaines sur le sujet, notamment après le 11-Septembre. Ceci pourrait expliquer la plus grande attention aux indicateurs du racisme, dont l’islamophobie pour la troisième année consécutive.

Par ailleurs, nous sommes constamment confrontés à des transformations dans nos sociétés, qui évoluent en accéléré. Les changements concernant le travail, l’éducation, les sujets de société, etc., sont des épreuves permanentes auxquelles les individus doivent faire face. Il ne s’agit pas là d’effets conjoncturels de la crise – qui, tout comme l’affaire Merah, a bon dos –, mais d’un champ bien plus vaste. Ces évolutions permanentes peuvent entraîner un sentiment d’anxiété et d’impuissance chez l’individu, qui va alors chercher un mode de compensation, de consolation. Or le racisme s’y prête parfaitement : il confère un sentiment de toute-puissance par l’humiliation, l’avilissement de l’autre. C’est une alternative viable à l’impuissance et l’incertitude. Il conviendrait donc de s’interroger sur la façon dont les individus sont mis en capacité, ou pas, d’affronter les évolutions de nos sociétés.

 

Plus difficile de ne pas manger de porc qu’il y a 20 ans

Aujourd’hui, en France, il est plus difficile de ne pas manger de porc à la cantine qu’il y a 20 ans. Une situation qui ne posait aucun problème auparavant est devenue gênante. On le voit bien dans les études qualitatives commandées par la Commission nationale consultative des droits de l’homme pour compléter son rapport : 55% des Français estiment qu’il ne faut pas faciliter l’exercice du culte musulman en France. On peut y ajouter cette enquête de l’Ipsos du début de l’année révélant que 74% des Français jugent l’islam comme étant « intolérante et incompatible avec la société française ».

Du coup, on dénie aux musulmans, entre autres, le droit de manger selon la règle de leur religion et ce au nom de la laïcité. Celle-ci, entendue comme principe de gouvernement et non comme idéologie menacée, n’implique pourtant aucunement de telles mesures. Quand on connaît en plus l’importance des pratiques alimentaires en anthropologie et la place centrale qu’elles occupent dans la construction du bouc-émissaire, on ne peut qu’être atterré.

 

Pour un décloisonnement des racismes

L’islamophobie revêt aujourd’hui les habits neufs de l’antisémitisme. Elle devient une sorte de patriotisme, une façon d’exprimer le fait d’aimer et de protéger son pays : un racisme vertueux. C’est exactement sous cette forme que s’est exprimé l’antisémitisme chrétien au cours de notre Histoire.

Voilà pourquoi je trouve inepte de séparer racisme et antisémitisme et plaide pour une grille de lecture générale, qui permet de reconstituer l’intégralité du champ de la haine et de l’aversion. Par exemple, on ne sait pas actuellement si les islamophobes et les antisémites sont des personnes différentes ou si ce sont les mêmes qui circulent d’un racisme à l’autre. Ce serait pourtant une donnée très intéressante.

Quant à lui, le « racisme anti-Blanc », dont il a aussi été question en 2012, ne peut pas être rapporté aux faits recensés. C’est un faux-semblant dans la mesure où il nie le principe central de domination qui sous-tend le racisme, à savoir l’asymétrie des positions. Il n’y a racisme que si un groupe est en pouvoir de nuire et que l’autre n’est pas en mesure de riposter à la hauteur.

 

Propos recueillis par Hélène Decommer.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s