L’impunité au volant

Madame, Monsieur,

Lorsque vous êtes au volant de votre voiture, vous avez intérêt à respecter scrupuleusement le moindre panneau, la moindre limitation de vitesse, aussi sévère soit-elle (50 km/h sur une double voie parfaitement droite et totalement vide), sans quoi vous risquez des amendes de plus en plus lourdes et le retrait de votre permis.

Tout le monde en France, cependant, n’est pas soumis à la même rigueur. Dans certains endroits, des personnes peuvent se permettre des rodéos, foncer volontairement dans des voitures, sous les yeux de la police, sans risquer quoi que ce soit, pas même un coup de sifflet…

Si vous en doutez, je vous invite à regarder cet extrait d’un reportage diffusé très récemment sur la chaîne M6 dans le magazine Enquête exclusive.

Après l’avoir visionné, vous pourrez participer à notre Référendum sur la Justice qui révèle des situations tout aussi scandaleuses.

Un grand merci,
Laurence Havel
Institut pour la Justice – 140 bis, rue de Rennes – 75006 Paris
www.institutpourlajustice.org – www.publications-justice.fr

Publicités

Jamais après une femme… RATP !‏

Qu’en pense donc les journaux? Les journalistes? Nos gouvernants? Marrant, non?

 

Il faut le lire pour le croire, la CONNERIE n’a plus de limites  !!!!
Risque Adultérin et Trafic de Postérieurs (RATP)

Publié le 22 décembre 2012 par Bernard DICK – Article du nº 282

A la RATP, la récente turbulence marquée par la misogynie de la gent masculine, de plus en plus islamisée et wahhabo-salafisée, nous a conduits à mener une enquête sérieuse pour connaître les raisons du comportement de ces conducteurs qui refusent de s’asseoir sur leur siège si une conductrice les a précédés.

Nous avons d’abord interrogé Omar (*), son explication est très crédible.

Pour lui, « Il n’est pas question de conduire un bus quand les fesses d’une femme et ses parties intimes se sont frottées sur le siège du conducteur ». Il nous explique aussi que « le Prophète (Que la prière d’Allah soit sur lui et lui accorde la paix !) ne montait jamais sur le dos d’une chamelle : elle est de sexe féminin ! Omar justifie sa répugnance à l’égard des femmes qui conduisent un bus en disant qu’elles chauffent le siège pendant les longues heures de conduite et que, lorsqu’il se met au volant, un désir sexuel insurmontable le prend à la gorge, ô pardon, au niveau du pantalon, ce qui le perturbe et lui fait craindre de provoquer un accident de la circulation ou de l’amener à importuner une passagère… Omar a pensé à conduire le bus tout en étant debout. Pour cela, il a fait une demande officielle, fortement soutenue par les syndicats CGT, CFDT, FO, CFTC et Autonome. Il a été éconduit par le PDG de la RATP, un islamophobe, ennemi de la classe ouvrière, qui refuse obstinément de revoir le tableau de bord des bus. Pour Omar, modifier la façon de conduire un bus pour des raisons religieuses ne représente pas grand-chose pour une grande société parisienne. Il y en a « qui jouent du piano debout », pourquoi ne pas conduire un bus debout ?

ATT00070

La situation étant bloquée, Omar envisage d’arrêter son travail pour une durée indéterminée pour raison médicale car il est devenu incapable de travailler assis. Le médecin qui l’a reçu en consultation a été plus compréhensif que le PDG de la RATP : il lui a prescrit, par un certificat médical à l’appui, l’obligation de travailler debout, avec une ordonnance d’intrait de marron d’Inde, à renouveler pendant 6 mois.

Nous avons interrogé également Bakkar-Ali (*), un gros gaillard de 105 kilos. Il nous a expliqué que « conduire un bus n’est pas un travail de femme. Surtout qu’une femme ne peut pas conduire des hommes au boulot ! Et qu’elle ne doit pas être devant les hommes. Les femmes doivent rester chez elles à s’occuper du ménage et des enfants. Dans ce métier, il faut des biceps d’homme, malgré la direction assistée des bus. Le problème de Bakkar-Ali est qu’il est constamment perturbé par les femmes qui conduisent les bus car elles se parfument et se maquillent (متبرّجات), ce qui est condamné dans l’islam (1). En quittant la cabine du chauffeur, les conductrices laissent derrière elles l’odeur de leur parfum, ce qui le gêne énormément et déclenche en lui un rut immédiat. Sans son sang-froid, sans la maîtrise de ses pulsions, il serait capable d’agresser sexuellement la première passagère de son bus. D’où sa décision d’asperger la cabine au moment de la relève par un déodorant à la camomille qui chasse les mauvaises odeurs funestes à sa sexualité.

Nous avons voulu aussi interroger les services techniques de la RATP et nous leur avons fait part de notre compréhension du refus des conducteurs musulmans de prendre le volant après une femme. Le directeur technique, dont nous ne pouvons divulguer l’identité, a manifesté son étonnement de voir cette affaire prendre des proportions catastrophiques pour la réputation de la RATP. Il nous a fait part de sa conviction que les arguments avancés par ces conducteurs récalcitrants ne provenaient pas uniquement du fait que les musulmans refusent de succéder au volant à une femme mais tout simplement parce qu’en plus, les sièges des bus sont en cuir de porc. Car tout le monde sait que dans le cochon tout est bon. La RATP a adopté les sièges en cuir de porc aussi bien pour ses bus dans Paris et la banlieue ainsi que dans toutes les rames de métro, en complète coordination avec les constructeurs des rames, Alstom et Bombardier.

Nous sommes sortis perplexes du siège de la RATP. Nous avons voulu élargir le débat et nous sommes allés nous enquérir de ce qu’il en est à la SNCF. L’accueil ne fut pas très chaleureux quand nous avons annoncé que nous venions de la part de Riposte Laïque. Mais, après quelques instants de froid glacial, l’atmosphère s’est réchauffée et nous avons pu aborder notre entretien en toute courtoisie et sérénité.

ATT00073

Effectivement, la SNCF se plaint du même comportement chez ses conducteurs musulmans depuis que des femmes, même de grade ingénieur, conduisent les TGV. La situation est presque identique à celle de la RATP. Abordant le problème des sièges, le directeur du trafic nous a révélé que tous les sièges dans les voitures circulant sur le sol français sont couverts de cuir de porc de premier choix et labellisé. « Nous respectons les parties intimes de notre clientèle qui peut souffrir de la position assise, surtout quand il y a des arrêts de longue durée en rase campagne ». Le cuir de porc de la SNCF évite les coups de froid en cas de panne de chauffage, autant dans les voitures-salles, les Vtu des trains Corail ou les Btu des TGV Téoz que dans les compartiments.

Avant de quitter les sièges (administratifs) de la RATP et de la SNCF, nous avons été tancés et menacés de procès au cas où Riposte Laïque divulguerait l’origine animale du cuir des rames. Car cette révélation d’un fait patent risquerait fort d’entraîner un désarroi considérable dans une partie de la population, de provoquer une chute brutale de la fréquentation des lignes, un effondrement de la rentabilité de ces deux fleurons de la technologie française et du service public français.

Evidemment, les propos ont été recueillis par Bernard Dick

Mon humble avis :

Pour le personnel de confession islamique, seul la conduite des chameaux et des bourricots sur les lignes de la RATP et SNCF, ne devrait être autorisée ce qui réglerait également le problème des sièges en cuir porcin.

Quand le ver est dans le fruit…

… et l’Europe est le fruit, tout pourri.

 

REGARDEZ ET ECOUTEZ !!!!!!

Et qu’après avoir vu cette vidéo qu’on ne me dise pas : c’est faux ; c’est impossible…

A voir absolument !!!!

Une vidéo terrifiante !

Après avoir visionné cette vidéo (attention, certains passages sont à déconseiller aux personnes sensibles) vous ne serez guère étonné qu’Anne-Marie Delcambre ne soit jamais invitée sur une chaîne de TV française.

Il est vrai que ses propos « décoiffent » par rapport à ceux parfaitement convenus et politiquement corrects des invités habituels qui blablatent sans dire le vrai…

J’ACCUSE! Le Garde des Sceaux ment‏

Par Eric Martin le 18 jan, 2013 @ 17:20

Tribune libre de Jean Vermeer*

 

J’accuse Madame Christiane Taubira, ministre de la Justice, Garde des Sceaux, d’avoir sciemment trompé les Français le dimanche 13 janvier 2013 sur TF1 au journal de 20 heures de Claire Chazal.

Je vous accuse, Madame, d’avoir sciemment menti aux Français en leur disant ce soir-là, je vous cite : « Le Code civil ne bouge pas sur la filiation, il n’y a pas une ligne de modifiée au titre VII qui concerne la filiation », alors qu’en fait, l’article 2 de votre projet consiste bel et bien à remanier ce titre VII.

Mais votre mensonge ne s’arrête pas là, vous qui avez dit ce soir-là : « C’est un texte de loi qui n’enlève strictement rien à personne, qui ne supprime pas les mots de « père » et de « mère » ».

Quel mensonge énorme ! L’avez-vous donc lu, votre projet de loi ? Il comporte 9 pages, 23 articles. Eh bien, les pages 2 à 9, les articles 4 à 21, consistent en la chasse aux mots « père » et « mère » dans tout le corpus juridique français avec un effrayant esprit de système.

Dans le Code civil, le mot « père » (et « mère ») est effacé plus de 97 fois !!! Et vous dîtes devant des millions de Français, dimanche dernier sur TF1, que le projet « ne supprime pas les mots de « père » et de « mère » » ! Votre mensonge est stupéfiant.

Votre projet est en fait essentiellement une chasse aux mots « père » et « mère », aux mots « homme » et « femme », « mari » et « femme » qu’il s’agit de faire disparaître dans tout le droit français. Et même les mots « beau-père » et « belle-mère ». Et les mots « paternel » et « maternel ». Un comble.

Faire disparaître ces mots de tout le corpus juridique français, c’est l’objectif caché de votre projet, c’est pourquoi vous avez menti aussi effrontément. En effet, votre projet ne concerne pas seulement le Code civil, mais aussi douze autres codes, comme le Code de procédure pénale, le Code des transports, et quatre autres grandes lois (l’ordonnance de 1945 relative à l’enfance délinquante ; la loi sur la fonction publique hospitalière ; la loi sur la fonction publique de l’État ; la loi sur la fonction publique territoriale) car les mots désormais honnis qui ont le toupet d’y figurer doivent en disparaître aussi… (articles 5 à 21 de votre projet).

Par exemple, les mots « paternelle ou maternelle » figurent-ils à l’article 399 du Code Civil ? Votre projet, article 4, 25° est ainsi rédigé : « L’Article 399 est (…) modifié : (…) c) Au dernier alinéa, les mots : « , paternelle ou maternelle, » sont supprimés ; ». Ces mêmes mots figurent-ils aussi aux articles 747 et 749 du Code Civil ? C’est l’objet du 45° du même article 4 de votre projet : « Aux articles 747 et 749 les mots : « entre ceux de la branche paternelle et ceux de la branche maternelle » sont remplacés par les mots : « entre chaque branche » ; ».

Vous n’avez pas craint de supprimer le beau mot de « maternel » de tout le droit français. Vos électrices apprécieront.

Ainsi, ce n’est pas seulement l’accès des homosexuels au mariage que vise dans votre projet de loi. Il veut en réalité enclencher un bouleversement de la société française. Et parce que les Français commencent à s’en apercevoir, vous leur avez menti en leur affirmant le contraire de ce que vous aviez mis dans votre projet de loi.

Madame Christiane Taubira, ministre de la Justice, Garde des Sceaux : dimanche soir sur TF1, vous avez abusé de manière à vrai dire effrayante de la confiance de millions des Français. Maintenant, vous êtes démasquée. Vous êtes prise en flagrant délit. Il ne vous reste plus qu’à retirer votre projet de loi et à démissionner.

*Jean Vermeer est un citoyen français qui s’est donné le mal de lire votre projet de loi.

Calcul de la retraite

Vers l’abandon de la règle des 25 meilleures années ?

Le Conseil d’orientation des retraites a remis ce mardi un rapport au Premier ministre sur l’état de notre système de financement.

Le bilan est désastreux et il faut agir… L’une des pistes proposées par le Conseil est l’abandon du calcul de la retraite à partir des 25 meilleures années de salaire durant la carrière professionnelle.

La règle de la pension de retraite calculée à partir des 25 meilleures années de salaire va-t-elle bientôt disparaître ? C’est l’une des pistes de réflexion proposées par le Conseil d’orientation des retraites (Cor) au Premier ministre dans un rapport qu’il lui a remis ce mardi.

Aujourd’hui, lorsqu’un salarié du privé part à la retraite, sa pension est calculée en fonction des 25 meilleures années de sa carrière. Mais le Cor estime que ce système est particulièrement inégalitaire, notamment vis-à-vis des carrières courtes, des bas salaires et des femmes.

Exclure les 5 moins bonnes années ?
Le Conseil d’orientation des retraites envisage donc de changer cette règle. Selon lui, il faudrait tenir compte de toute la carrière et enlever les 5 moins bonnes années de la carrière, ou plus encore, prendre en compte la totalité de la carrière, sans exclusion ni favoritisme en fonction des années.

Le problème avec ce genre de calcul, c’est que le niveau moyen des retraites risque très clairement de baisser. Il faudrait alors mettre en place des dispositions pour compenser.