Institut pour la Justice : mobilisation entendue

Chers amis,

Votre mobilisation massive pour réformer notre Justice a été entendue !

Samedi 31 mars au matin, Nicolas Sarkozy, Nicolas Dupont-Aignan et des représentants de François Hollande, François Bayrou et Marine Le Pen vous répondront et vous diront quels sont leurs engagements pour une Justice plus équitable.
Suivez en direct sur Internet cet évènement exceptionnel
samedi 31 mars de 10h à 13h (en cliquant ici)

Ils le feront lors de notre « Rassemblement Justice 2012 : les candidats face à 1 700 000 Français », un évènement exceptionnel organisé par l’Institut pour la Justice, qui devrait rassembler près de 1 000 personnes à la Maison de la Chimie à Paris.

Comme les 1 700 000 signataires du Pacte 2012 pour la Justice, vous pourrez suivre en direct les réponses des candidats à vos attentes.

Vous aussi, suivez le Rassemblement Justice 2012 en direct samedi 31 mars à 10h en cliquant ici

 

Bien à vous,
Laurence Havel

PS : si vous n’avez pas encore signé le Pacte 2012, vous pouvez le faire cliquant ici
Si vous souhaitez soutenir notre association, merci de cliquer ici

 

Institut pour la Justice – 140 bis, rue de Rennes – 75006 Paris
www.institutpourlajustice.com – www.publications-justice.fr

Publicités

Ça risque d’être rapidement CENSURE

Pauvre petit Nicolas !

Bien sûr, ce n’est pas de sa faute… c’est probablement celle des profs !

 

LETTRE DE TROIS PROFESSEURS DE VONNAS (AIN).

Le surdoué qui nous gouverne, Sarkozy, un sous-doué à l’Elysée.
Mais pourquoi tant de haine envers le corps enseignant en général et les chercheurs en particulier ?
Tout simplement parce que Notre Majesté souffre du complexe du cancre parvenu.
Président médiocre, il fut par le passé élève médiocre, bachelier médiocre et étudiant médiocre.
Mais aucune trace de cette médiocrité dans son curriculum vitae.
Et pour cause, il l’a customisé, l’animal.
Officiellement Notre Souverain Eclairé serait titulaire d’une maîtrise de droit privé, d’un certificat d’aptitude à la profession d’avocat, d’un DEA de sciences politiques obtenu avec mention et aurait fait des études à l’Institut d’Etudes politiques de Paris.
Waouh !

Mais alors pourquoi est-il aussi nul ?
Tout simplement parce que la plupart de ces titres universitaires sont faux.
Une enquête menée par Alain Garrigou, professeur de sciences politiques à Nanterre le prouve.

http://www.fondation-copernic.org/spip.php?article219

En parcourant l’annuaire des anciens élèves de Sciences Po, il a pu constater que Sarkozy de Nagy Bosca n’y figure pas, ce qui signifie qu’il n’a pas mené ses études à leur terme et ne peut donc se parer du titre d’ancien élève réservé aux seuls diplômés.

Et son DEA ? Pourquoi n’en trouve-t-on aucune trace dans les archives de Paris X Nanterre ? Tout simplement parce que si le candidat Sarkozy apparaît bien dans le procès verbal de la première session, il est ajourné pour ne pas s’être présenté à l’épreuve écrite terminale et n’avoir pas rendu son mémoire.

Et son certificat d’aptitude à la profession d’avocat ?
Obtenu sur le fil avec la note médiocre de 20/40 (7/20 à la première épreuve et 13/20 à la seconde)

Mais rappelons aussi, pour compléter le tableau, les notes obtenues au bac par le candidat 8917 en 1973 (Jury 80, lycée Molière) : 7/20 à l’épreuve écrite de français et 12 à l’oral (voilà pourquoi il s’exprime toujours dans un idiome approximatif), 9/20 en philo, 8/20 en maths (il a néanmoins su s’augmenter de 200 % !), 10/20 en anglais « magnifical » s’exclama-t-il un jour en présence de la reine d’Angleterre) et 11/20 en économie (on n’est pas sorti
de la crise ! ).
Avec 142 points sur 300, le médiocre petit candidat fut recalé et fut obligé de se présenter au repêchage.

Ne nous étonnons donc plus des propos méprisants qui sortent donc de la bouche de ce vilain petit personnage médiocre et rancunier qui a tant souffert de ne jamais avoir été reconnu, à sa juste valeur par ses professeurs.

Publié par DES PROFESSEURS DU COLLÈGE DE VONNAS (AIN).
*A vous de transmettre avant que ça ferme !!

Hollande : de la gauche caviar…

… à la salade aux truffes à 140 euros, il n’y a qu’un mensonge de plus fait aux français.

A FAIRE SUIVRE SANS MODERATION…

 

« Je n’aime pas les riches » osait dire encore « notre tartuffe patenté » il y a quelques semaines ! (alors qu’il était assujetti lui-même au moment de ses déclarations, à l’impôt sur les grandes fortunes…)

Une info passée largement sous silence par les médias. François Hollande et Bernard Henri-Lévy se sont retrouvés deux/trois jours plus tard au très bling-bling restaurant Laurent (à deux pas des Champs-Elysées) pour célébrer les retrouvailles du « peuple de gauche ». L’occasion pour le « philosophe » et l’ennemi de « l’empire de la finance » de bavarder autour d’une salade de mâche et de truffes… à 140 euros !

La gauche truffe au pouvoir !
De la démagogie en politique. Une semaine après son discours enflammé du Bourget au cours duquel il a exhorté la gauche à combattre « l’empire de la finance » et les puissances du grand-capital, François Hollande n’a rien trouvé de mieux que de donner rendez-vous à BHL dans l’un des restaurants favoris de la jet-set financière parisienne… pour y déguster une salade mâche et truffes à 140 euros, un homard à 90 euros et une petite glace à la vanille sans prétention à… 28 euros.

Un délicieux écrin pour causer de la crise et de cette « France d’en bas » si chère au parti socialiste…

Une chose est sûre : au parti socialiste, on aime le peuple… mais pas le voir de trop près !

Une péripétie qui en dit long en tout cas sur le niveau de la campagne présidentielle. A force de ne jouer que sur la corde anti-sakozy à défaut de programme, notre tartuffe socialiste ferait presque passer le Fouquet’s pour une cafétéria de routier… d’ailleurs. En cristalisant les attaques sur la personnalité et les exubérances de Nicolas Sarkozy, François Hollande a oublié de parler du fond… et il s’est rendu fragile à ce type d’attaques.

La droite ferait-elle aujourd’hui ses gorges chaudes de ce déjeuner dans un restaurant chic parisien, pointant au passage l’hypocrisie d’un Hollande dénonçant « l’empire de la finance » avant de déjeuner en son temple, si ce même Hollande ne s’était pas présenté en homme « normal » et en revenant lourdement pour ne pas dire incessamment sur l’épisode du Fouquet’s.
Tiens, mais qu’attendent donc les associations gauchisantes, ainsi que la presse dans son ensemble, pour dénoncer François Hollande ? Sans doute jugent-elles normal qu’au moment où la France se mobilise pour sauver la vie de ces malheureux qui meurent de froid dans nos rues, un candidat socialiste qui dit ne pas aimer les riches puisse faire bombance autours d’une salade aux truffes à 140 euros (entre autre, puisque nous ne parlons que des entrées).

Cette attitude, cette imposture, ce mensonge permanent faits aux français, ce décalage obscène et permanent qu’il y a chez François Hollande entre le discours politique et son attitude dans la vraie vie, sont à mes yeux, ce qu’il y a de plus insupportable et de plus avilissant chez le personnage. Et lorsque celui-ci, dans de telles conditions, ose de surcroît esquisser un sourire, faire un bon mot, ou encore se donner des allures présidentielles en levant perpétuellement les bras au ciel, alors là je le dis, nous dépassons et de loin, le simple stade de l’écoeurement !!

Non, vous ne REVEZ PAS

CE SONT BIEN DES GENDARMES…

Après les stages de culture arabe pour la gendarmerie nationale
Les infirmiers suivent une formation à la mosquée pour apprendre à “soigner les croyants” !

Il fut un temps où le personnel médical devait apprendre à soigner les patients.
Nous entrons dans une ère où il doit apprendre à soigner les croyants.
Bienvenue dans le petit monde ubuesque du multiculturalisme.
Les élèves infirmiers de Limeil ont des cours pour réussir à concilier la pratique religieuse des patients et les soins.
Ils ont découvert les rites musulmans à la mosquée de Créteil.

Comment concilier le respect de la liberté du culte, inscrit noir sur blanc dans l’article 8 de la charte du patient hospitalisé, avec une bonne gestion des soins ? Une trentaine d’étudiants de l’Institut de formation en soins infirmiers (Ifsi) de l’hôpital Emile-Roux (AP-HP), à Limeil-Brévannes, cherchaient des réponses à cette question hier à la mosquée de Créteil.

Pour les uns, pas question d’être examiné par un médecin de sexe masculin.
Dans un hôpital, il n’est pas rare en effet que le personnel soignant soit confronté à des refus pour des raisons religieuses.…

« Ce module est un enseignement imposé. Certains de ces étudiants de deuxième année ont fait entendre leurs réticences au motif qu’ils étaient profondément athées. Certes, le personnel soignant doit rester dans une position neutre, les établissements de santé sont des établissements laïcs mais ces futurs infirmiers auront à prendre en charge des patients qui viennent avec leur histoire », explique Anna Giacomini, formatrice à l’Ifs.

Avant d’engager les discussions, Ibrahim, de l’UAMC, remercie les étudiants.
L’infirmier non-musulman doit ramasser le Coran du patient en se servant d’une couverture.
Les étudiants ont multiplié les questions. « Il paraît qu’un non-musulman ne peut pas toucher un Coran écrit en arabe.
Comment fait-on si un patient hospitalisé le laisse tomber du lit ?» demande une étudiante.
Réponse : «Vous pouvez le ramasser avec une couverture, il faut que quelque chose fasse barrière. »
« Si un patient ne peut pas entrer en contact avec l’eau, pour des raisons médicales, comment peut-il faire ses ablutions avant la prière ?» interroge un autre étudiant.
« Ne soyez pas étonné si vous voyez une pierre dans sa chambre, il peut en effet passer cette pierre pour se purifier s’il ne peut pas utiliser l’eau », indique l’intervenant.

Don du sang et don d’organes, jeûne du ramadan et grossesse, crémation… tout est passé en revue par les futures blouses blanches.
Dans ce cadre, la mosquée accueille également les élèves de l’Ifsi de l’hôpital Henri-Mondor (AP-HP) de Créteil.
Des discussions sont également en cours avec l’hôpital Paul-Brousse (AP-HP) de Villejuif.


LE VER EST DANS LE FRUIT, DANS L’ARMEE COMME DANS LE PAYS !

Et s’il y avait un conflit entre la France et l’Algérie ? Aïcha, attirée par l’armée, ne s’imagine pas faire la guerre contre les siens : Dans ma tête, je suis algérienne, je ne me sens pas française. Pour moi, l’armée c’est pas le fait de se lever pour une nation, c’est découvrir un métier. »

Un rapport du Ministère de la Défense de janvier 2007 invoque « l’attitude intransigeante et revendicative tournant à la provocation » des JFOM (jeunes Français d’origine maghrébine) et de « la surdélinquance au sein même de leur régiment. »

Un jeune officier parachutiste raconte que, dans son unité, les JFOM (jeunes Français d’origine maghrébine, dans le langage militaire) passent leurs journées au foyer à boire de la bière en regardant des films pornos et qu’à la moindre réflexion, ils adressent au chef de corps un rapport dénonçant le racisme de l’officier qui, convoqué par le colonel, est obligé de revenir sur la sanction.

À Saint-Cyr, on envisage la mise en place d’un système inspiré de celui de Sciences-Po et de ses conventions avec des lycées de zones d’éducation prioritaires. «L’objectif c’est de pouvoir appeler un jour le général Ben Babrouf ou le colonel Mohamed »
L’état- major.html (source Dans la Marine, les officiers n’oublieront pas de si tôt la mutinerie de 1999 à bord du porte-avions Foch. Une soixantaine d’engagés volontaires, tous de parents maghrébins, avaient pris en otage leur officier. Après s’être retranchés 2 jours dans la cafétéria du porte-avions, ils avaient dû être délogés par un commando de fusiliers-marins. Ces «beurs » réagissaient contre une punition collective infligée à la suite d’une rébellion survenue lors d’une mission au large de la Yougoslavie au cours de laquelle les Super-Etendards avaient effectué des frappes sur le Kossovo considéré par les recrues musulmanes comme un sanctuaire islamique.

Les jeunes « Français » d’origine maghrébine commettent 3,5 fois plus de désertions, 6 fois plus de refus d’obéissance, 6 fois plus d’outrages à supérieurs et 8 fois plus d’insoumission.
L’aumônier musulman en chef des armées françaises prépare l’organisation du prochain pèlerinage à La Mecque pour une quarantaine de soldats et une équipe d’aumôniers. Le projet lui tient particulièrement à cœur.

Locataires un peu indélicats

Fallait oser mais la vengeance est toujours un plat qui se mange froid !!!

Un propriétaire a loué sa maison neuve à une famille pendant 3 ans et constate les dégâts après leur départ. Avec la ferme intention de se « venger »…

Franchement, fallait oser aller au bout de leur délire.

BRAVO !!!

La preuve par l’image, cliquez ci-dessous pour visionner la vidéo…

Maison neuve en ruine après le passage d’un locataire

Personne n’en parle

Tout cela passe doucement dans le dos des Gaulois…

  

LA PREMIÈRE VICE-PRÉSIDENTE DU SÉNAT FRANÇAIS EST ALGÉRIENNE !!!

C’est une première, mais ce ne sera certainement pas la dernière !

Le sénat ayant basculé à gauche, pour la première fois depuis plusieurs décennies, le Parti socialiste, vainqueur, a élu son Président. Il est, comme de bien entendu, socialiste.

Bariza Khiari qui a la double nationalité, elle est Algérienne et française, ou Française et Algérienne ?

« Le sénat ayant basculé à gauche, pour la première fois depuis plusieurs décennies, le Parti socialiste, vainqueur, a élu son Président. Il est, comme de bien entendu, socialiste.

Mais les autres responsabilités n’avaient pas encore été attribuées ou, tout au moins, nous les avait-on tues.

C’est le quotidien algérien Liberté Algérie, dans sa rubrique « radar » qui nous donne la primeur de cette information.

« L’Algérienne, Bariza Khiari, proche de Laurent Fabius, a été nommée vice-présidente de la Chambre haute du Parlement. »

Qui est Bariza Khiari ?

Elle est née le 3 septembre 1946, dans les Aurès (Algérie). Après ses études, elle obtient un diplôme d’études supérieures (DESS) qui lui permet d’être admise à une formation continue à l’ENA.

Jusque-là, tout va bien mais…

Elle est une militante du MRAP.

Et, aussi, fondatrice du Club XXIème siècle, en 2004, avec Rachida Dati et Rama Yade. [Valoriser l’atout de la diversité pour l’égalité des chances. Vous savez, les chances pour la France.]

Pour finir et afin de mieux cerner la personnalité de cette toute nouvelle vice-présidente du Sénat Français, nous sommes allés interroger Wikipédia qui nous livre sa déclaration première :

« Je suis musulmane sunnite, de rite malikite et de tradition soufie… »

«… Et notre islam est un islam apaisé, ouvert, tolérant, en cohérence avec la tradition laïque française. »

Là, on commence à réfléchir.

Le sunnisme est le courant religieux majoritaire chez les musulmans qui représente la ligne de conduite de Mahomet (Coran).

Le malikisme est un courant du sunnisme et l’imam Malik appliquait sans restriction le Coran. Courant religieux majoritaire en Afrique du Nord, en Egypte, au Soudan…

Le soufisme est une quête philosophique et religieuse dans l’Islam spirituel, mystique et ascétique de l’islam.

Et, tout ça est en cohérence avec la tradition laïque, Madame Bariza Khiari ?

On en doute.

Mais on s’affole vraiment, lorsqu’on entend cette laïque, sunnite, malikite et soufie, déclarer que « sa première tâche » à ce poste prestigieux du Sénat français, sera, on cite le quotidien algérien :

« De s’attaquer à la circulaire de Claude Guéant, durcissant les conditions de séjour des étudiants étrangers après l’obtention de leur diplôme. Elle devrait présenter une proposition de résolution favorisant l’emploi des étudiants étrangers sur le territoire français tout en facilitant les « aller-retour » avec leur pays d’origine. »

Madame Khiari, en parlant de ces futurs diplômés, qu’elle nomme pudiquement « étrangers », ne trompe personne.

Ne reprend-elle pas, là, en effet, les exigences de l’Etat algérien qui insiste lourdement auprès de notre pays, pour cette mesure qui consiste à une libre circulation des algériens vers la France ? Libre circulation à sens unique.

Nous avions, pourtant, prévenu nos compatriotes que, si la gauche arrivait au pouvoir, la Francealgérienne arriverait, très vite, avec eux.

Eh bien ! C’est fait.

Sans avoir attendu l’élection présidentielle, le Sénat, la deuxième Autorité de la République Française après l’Elysée, vient de nommer une algérienne qui compte bien – et très vite – imposer la loi algérienne en France.

Une question nous tarabuste, néanmoins.

Nous savons que selon la Constitution si, pour une raison X ou Y, le président français venait à ne plus pouvoir exercer sa fonction, le Président du Sénat est celui qui le remplacera par intérim.

Imaginons une seconde que les deux viennent à manquer en même temps. Plus de président de la République, plus de président du Sénat…

Est-ce le vice-président du Sénat qui prendrait (par intérim) les rênes de la France ?

Oh ! Comme on craint que quelqu’un nous la donne, cette réponse !!

L’école malade de l’égalitarisme

Le saviez-vous ? 1 fonctionnaire sur 2 travaille pour l’éducation nationale. La France dépense deux fois plus d’argent dans ce secteur qu’il y a 30 ans, alors que le nombre d’élève est resté le même.

Dans le même temps, le niveau des élèves, notamment en français, s’est considérablement dégradé. Entre 2000 et 2004, le nombre de ceux qui ne maîtrisent pas l’orthographe a presque doublé. Chaque année, 40 000 jeunes illettrés sortent du système scolaire et les jeunes de 15 ans issus de l’immigration ont, en moyenne, un retard scolaire d’un an et demi.

Durant des années, cette réalité a, soigneusement, été dissimulée par les syndicats et les spécialistes des sciences de l’éducation. Pour eux, il n’y avait, qu’une seule chose qui comptait : « toujours plus de création de postes, toujours plus de moyens ».

C’est, pour rétablir la vérité et rompre avec le discours politiquement et pédagogiquement correct que nous avons décidé de publier un livre : « L’école malade de l’égalitarisme », que vous pouvez consulter gratuitement et intégralement sur notre site www.ordonnance2012.fr.

Nous avons souhaité rappeler qu’au fil des années, l’école s’est éloignée de sa mission essentielle, la transmission des savoirs pour se laisser enrégimenter au service de l’égalité. L’égalité est, ainsi, devenue le mètre étalon à partir duquel on construit et on évalue toutes nos politiques.

Pour atteindre cet objectif, le savoir a été sciemment discrédité, car, depuis Bourdieu, il est soupçonné d’être l’outil de domination de la bourgeoisie. Des générations d’enseignants ont, ainsi, été conditionnées à ne pas ennuyer les élèves avec des connaissances ou des règles rétrogrades, comme celles de la grammaire. Quant aux notes, jugées cruelles, il est conseillé, bien entendu, de rapidement les supprimer. L’égalité et« l’épanouissement des élèves » sont à ce prix.

Comment s’étonner que, dans ces conditions, le niveau des élèves français baisse régulièrement, que l’autorité des enseignants soit, de plus en plus souvent, contestée et que ces derniers doutent de leur vocation ?

Comme le chien qui lâche sa proie pour l’ombre, l’école a sacrifié la transmission du savoir au nom de l’égalité, on peut même dire de l’égalitarisme, érigée en véritable dogme. Elle n’aura, finalement, obtenu ni l’un, ni l’autre !

Pendant trop longtemps, la droite s’était contentée de gérer les affaires à la petite semaine, sans remettre en cause cet égalitarisme imposé par la gauche. Depuis quelques années, elle s’efforce de mettre en œuvre des réformes mieux orientées. Certaines commencent à produire leurs premiers résultats positifs. Mais il convient, désormais, de s’attaquer à la racine du problème, à cette maladie qui ronge l’éducation en France : l’égalitarisme.

Aidez nous à influencer les candidats à la présidentielle

Vous pouvez consulter ce livre gratuitement sur notre sitewww.ordonnance2012.fr

ou le commander en remplissant ce bon de commande.
Vous pouvez également l’acheter en version papier, notamment surPriceminister, ou Decitre.
ou en format E-book sur :

Amazon, ou Smashwords 

Profitant de la campagne présidentielle, nous avons souhaité analyser et dénoncer ces dérives, dans ce livre.

Nous avons également mis en place un site internet www.ordonnance2012.fr qui vous permettra, de découvrir les propositions que nous formulons pour soigner l’école de l’égalitarisme.

Je vous invite à réagir à ces propositions sur notre site et à nous indiquer lesquels vous semblent les plus nécessaires. Nous adresserons, le 19 mars prochain, l’ensemble de nos propositions, classées en fonction de vos votes et enrichies de vos meilleurs commentaires, à l’ensemble des candidats à la présidentielle.

Aidez-nous à faire connaître ce livre, nos propositions et notre site en adressant ce mail à vos amis. Nous vous remercions chaleureusement pour votre aide.

Olivier Vial, président de l’UNI et directeur du CERU et

Inès Charles-Lavauzelle, délégué général de l’UNI et directeur des études du CERU

Commentez et votez pour nos propositionsCERU, 34 rue Emile Landrin, 92100 Boulogne Billancourt – http://www.ceru.fr