Taux de fécondité

Le mercredi 14 janvier 2009, la télévision, les radios et la presse écrite ont relaté le fait que les Françaises seraient championnes de la fécondité, avec un taux de 2,02 enfants par femme.
 
"Un niveau jamais atteint." précise l’INSEE, qui a rendu le chiffre public, avec tous les autres concernant les résultats des analyses du recensement".
 
Il y a donc eu 834 000 naissances recensées en France en 2008. (Population de 64,3 millions)
 
Mais la presse et tous les reportages ne révèlent pas les précisions suivantes qui ressortent aussi des chiffres de l’INSEE.
 
Ce ne sont pas les Françaises qui ont un taux de fécondité de 2,02, mais les femmes qui accouchent en France.
Les femmes qui accouchent en France et qui n’ont pas encore la nationalité française sont très fécondes :
– Les femmes asiatiques ont une fécondité de : 2,7
– Les femmes maghrébines ont une fécondité de : 3,4
– Les femmes turques ont une fécondité de : 3,7
– Les femmes africaines ont une fécondité de : 4,3
– Si on ne prend que les femmes de nationalité française on tombe à : 1,8.
 
Et si on prend les femmes nées Françaises, de parents Français (quelle que soit leur origine) on passe à 1,7.
 
Ces données viennent de la même source officielle mais les journalistes qui se sont penchés sur les berceaux, n’ont voulu y voir que des petits Français, blonds comme sur les photos de leurs reportages.
 
Il n’y a qu’à regarder régulièrement les annonces d’état civil de vos communes pour avoir un aperçu du seul niveau des naissances légales.
 
C’est vrai que, comme le précisent les journalistes, le système français est plutôt incitatif :
123,92 € d’allocations mensuelles à partir du 2ème enfant.
– Et 282,70 € par mois dès le 3ème enfant, avec toutes les batteries d’allocations qui en découlent pour les familles qui sont installées en France, parce que leurs enfants y sont nés.
 
Bien sûr "on" n’a pas voulu publier ces chiffres au moment où toute l’Europe est en train de découvrir les symptômes d’une catastrophe annoncée en matière d’émigration.
 
Certaines personnes dites "autorisées" triturent les chiffres comme elles veulent et sans scrupules pour nous bluffer et nous endormir.
 
Le réveil risque d’être brutal.
 
Boumédienne disait en 1974, à l’ONU :
"Nous vaincrons l’Europe par le ventre de nos femmes."
"Avec 4, 5, 8 enfants et plus par femme dans nos familles nous vous submergerons."
 
Mohamed Sahaoui, à Roubaix :
"Vous n’avez pas voulu l’Algérie française !!, eh bien vous aurez la France algérienne."
"La France va constater cruellement un jour que ce que nous disions n’était pas des paroles en l’air."
 
Et c’est, hélas, une triste vérité.

Esclavage, terrorisme et islam : racines historiques et menace contemporaine

L’islamisation commence lorsque, dans un pays, les Musulmans sont assez nombreux pour revendiquer des privilèges religieux. Quand des sociétés politiquement correctes, tolérantes et multiculturelles plient devant les exigences des musulmans en leur accordant des privilèges religieux, certains autres phénomènes tendent à s’insinuer dans la brèche. Voici comment cela fonctionne :
Tant que la population musulmane ne dépasse pas 2% dans un pays donné, ils sont, pour la plupart, considérés comme une minorité pacifique et non comme une menace pour les autres citoyens.
 
C’est le cas dans les Etats suivants :
Etats Unis : 0.6% de musulmans
Australie : 1.5%
Canada : 1.9%
Chine : 1.8%
Italie : 1.5%
Norvège : 1.8%
De 2 à 5%, ils commencent à exercer un prosélytisme envers les autres minorités ethniques et les mécontents, recrutant souvent essentiellement parmi les détenus et les bandes urbaines.
 
C’est ce qui se passe dans les pays suivants :
Danemark : 2%
Allemagne : 3.7%
Royaume Uni : 2.7%
Espagne : 4%
Thaïlande : 4.6%
Au-delà de 5%, ils exercent une influence démesurée, qui est fonction du pourcentage de population qu’ils représentent. Par exemple, ils exigeront l’introduction de nourriture halal (pure suivant les critères islamiques), procurant ainsi des emplois aux musulmans dans les métiers de l’alimentation.
Ils aggraveront la pression sur la grande distribution pour qu’elle fasse figurer des produits halals dans ses rayons – assortie de menaces en cas de refus d’obtempérer.
 
Liste des pays ou cela se produit :
France : 8% (Chiffre bien en-dessous de la réalité !)
Philippines :5%
Suède : 5%
Suisse : 4.3%
Pays Bas : 5.5%
Trinidad & Tobago : 5.8%
A ce stade, ils feront pression sur le gouvernement en place pour être autorisés à s’autogérer (dans les limites de leurs ghettos), en appliquant la Charia ou loi islamique.
 
L’objectif final des Islamistes est d’instaurer la Charia dans le monde entier.
Lorsque la proportion de Musulmans approche 10% de la population, ils tendent à protester contre leurs conditions de vie par une recrudescence des actes de délinquance. A Paris, on voit déjà des incendies de voitures. Tout comportement non musulman offense l’Islam et provoque soulèvements et menaces, comme à Amsterdam, en représailles contre les caricatures de Mahomet et les films sur l’Islam.
 
De telles tensions sont constatées quotidiennement, particulièrement dans les quartiers musulmans en :
Guyana : 10%
Inde : 13.4%
Israël : 16%
Kenya : 10%
Russie : 15%
Passé le seuil de 20%, les nations peuvent s’attendre à des émeutes sous le moindre prétexte, la formation de milices djihadistes, des assassinats sporadiques et des incendies d’églises chrétiennes et de synagogues, comme en Ethiopie, où les musulmans représentent 32.8% de la population.
A 40%, les nations subissent des massacres à grande échelle, des attaques terroristes chroniques, et une guérilla permanente, comme :
en Bosnie : 40%
au Tchad : 53.1%
au Liban : 59.7%
A partir de 60%, ils subissent une persécution effrénée des infidèles de toutes les autres religions (y compris des musulmans non pratiquants), une purification ethnique sporadique (génocide), la Charia comme arme de guerre et la Jizya ou impôt sur les infidèles.
 
C’est le cas dans les pays suivants:
Albanie : 70%
Malaisie : 60.4%
Qatar : 77.5%
Soudan : 70%
Au-delà de 80%, attendez-vous quotidiennement à des menaces et une jihad violente, des opérations de nettoyage ethnique organisées par l’Etat, même des génocides, puisque ces nations expulsent les infidèles et tendent vers 100% de musulmans.
 
C’est ce qu’on a connu, et qui se poursuit dans une certaine mesure dans ces pays :
Bangladesh : 83%
Egypte : 90%
Gaza : 98.7%
Indonésie : 86.1%
Iran : 98%
Irak : 97%
Jordanie : 92%
Maroc : 98.7%
Pakistan : 97%
Palestine : 99%
Syrie : 90%
Tadjikistan : 90%
Turquie : 99.8%
Emirats Arabes Unis : 96%
 
Avec 100% commence une ère de paix : "Dar-es-Salaam", la Maison Islamique de la Paix. Alors, on est censé être en paix parce que tout le monde est musulman, les madrasas sont les seules écoles et le Coran la seule parole divine :
Afghanistan : 100%
Arabie Saoudite : 100%
Somalie : 100%
Yémen : 100%
 
Malheureusement, la paix n’est jamais effective car, dans ces Etats à 100%, les musulmans les plus radicaux intimident, vomissent la haine et assouvissent leur soif de sang en tuant les moins radicaux pour toutes sortes de raisons.
(…) De nos jours, 1.5 milliard de musulmans forment 22% de la population mondiale.
Mais leur taux de natalité écrase ceux des chrétiens, des Indous, des Bouddhistes, des juifs et autres confessions.
 
Les musulmans constitueront 50% de la population mondiale d’ici la fin du siècle.
 
D’après le livre du docteur Peter Hammond, Esclavage, terrorisme et islam: racines historiques et menace contemporaine. Traduction de cet extrait: Jean-Luc Léopoldi
Terrorism and Islam : The Historical Roots and Contemporary Threat