La pensée du jour : je suis un parent méchant…

Bonjour,
 
J’aime beaucoup ce petit texte !
 
 
A TOUS LES "PARENTS MÉCHANTS" !
Par Stéphanie C., Neuropsychologue

 

Un jour, quand mes enfants seront assez vieux, pour comprendre la logique qui motive un parent, je vais leur dire, comme mes parents méchants m’ont dit :
 
 
Je t’ai aimé assez pour te demander où tu allais, avec qui, et quand tu serais de retour à la maison…

Je t’ai aimé assez pour être patiente jusqu’à ce que tu découvres que ta nouvelle meilleure amie ou ton grand copain, n’était pas fréquentable…

Je t’ai aimé assez pour me tenir plantée là dans le cadre de porte pendant deux heures tandis que tu nettoyais ta chambre, une affaire de 15 minutes en principe !

 
Je t’ai aimé assez pour te laisser voir la colère, la déception et les larmes dans mes yeux. Les enfants doivent apprendre que leurs parents ne sont pas parfaits.

Je t’ai aimé assez pour te laisser assumer la responsabilité de tes actions même lorsque les pénalités étaient si dures qu’elles ont presque brisé mon cœur.

Mais surtout, je t’ai aimé assez pour dire NON même quand je savais que tu me détesterais pour ça. Telles étaient les batailles les plus difficiles de toutes.

Je suis heureuse de les avoir gagnées, parce qu’à la fin, tu y as gagné aussi.

Et un jour, quand tes enfants seront assez vieux pour comprendre la logique qui motive des parents "méchants", tu leur diras :

Vos parents étaient-ils méchants ?

Les miens l’étaient.

J’ai eu les parents les plus méchants du monde entier !
Pendant que d’autres enfants mangeaient des sucreries pour les repas, j’ai dû manger des céréales, des oeufs, et des légumes.

Quand d’autres ont eu du Coca et des hamburgers pour le dîner, j’ai dû manger de la viande, du fromage, des crudités et des fruits…
Sans oublier toutes ces crêpes et gâteaux que ma maman nous a faits…

Et vous pouvez deviner que ma mère m’a fait des dîners qui étaient différents de celui des autres enfants.

Mes parents ont insisté pour savoir où j’étais en tout temps.

On aurait pu croire que j’étais enfermée dans une prison.

Ils devaient savoir qui mes amis étaient et ce que je faisais avec eux…

Ils insistaient si je disais que je serais partie pour une heure, pour que ce soit seulement une heure ou moins…

J’avais honte de l’admettre, mais mes parents ont enfreint la loi sur la protection des enfants concernant le travail en me faisant travailler. J’ai dû faire la vaisselle, mon lit (quelle horreur !), apprendre à faire la cuisine, passer l’aspirateur, faire mon lavage, vider les poubelles et toutes sortes d’autres travaux cruels.
Je pense qu’ils se réveillaient la nuit pour imaginer de nouvelles tâches à me faire faire…

Ils ont toujours insisté pour que je dise la vérité, juste la vérité et rien que la vérité.
Au moment où je suis devenue adolescente, ils pouvaient lire dans mon esprit et avaient des yeux tout autour de la tête.

Puis, la vie est devenue vraiment dure !

Mes parents ne laissaient pas mes amis klaxonner quand ils venaient me chercher.
Ils devaient venir à la porte pour qu’ils puissent les rencontrer.

Pendant que chacun pouvait fréquenter un ou une petit(e) ami(e) quand ils avaient 12 ou 13 ans, j’ai dû attendre d’en avoir 16.

À cause de mes parents, j’ai manqué beaucoup de choses que d’autres enfants ont expérimentées.

Je n’ai jamais été prise pour vol à l’étalage, vandalisme, alcoolisme, ni même arrêtée pour tout autre crime.
C’était "tout de leur faute".

Maintenant que j’ai quitté la maison, je suis instruite et une adulte honnête.

Je fais de mon mieux pour être un parent méchant comme mes parents l’étaient.

Je pense que c’est ce qui ne va pas avec le monde aujourd’hui.
Il n’y a pas assez de parents méchants !

Merci donc à tous les parents qui ont été assez méchants dans notre jeunesse pour nous apprendre à être de méchantes bonnes personnes.

Publicités

C’est quoi un Policier ?

Un Policier doit être un mélange de tous les hommes. Un saint et un pécheur, un vaurien et un Dieu.

Il est à la fois le plus recherché et le moins désiré parmi les hommes. Il est un être étrange qu’on appelle MONSIEUR en face, et un ENC… dans le dos.

 

Un Policier doit être tellement diplomate qu’il peut régler une altercation entre deux individus, tout en laissant croire à chacun qu’il a gagné.

 

Un Policier doit être capable de flanquer une raclée à deux hommes qui sont deux fois plus costauds que lui sans être brutal.

 

Si on le frappe en premier, c’est qu’il n’a pas fait assez preuve de précaution, si c’est lui qui frappe en premier, c’est une brute qui n’a rien à faire dans la Police…

 

Un Policier doit pouvoir recevoir des insultes à profusion d’un quidam et appeler ce même interlocuteur "Monsieur".

 

Un Policier, selon beaucoup de monde, ne se trouve jamais là quand une grosse infraction est commise. Peu importe qu’il ait arrêté une dizaine de délinquants de la route la semaine passée, si Monsieur DUPONT ne l’a pas vu faire, pour lui, le Policier n’est bon qu’à "tourner en voiture".

 

Un Policier doit, sur une intervention, prendre une décision dans l’instant, alors qu’il faudra plusieurs mois à un magistrat pour en prendre une sur cette même affaire.

 

Un Policier doit pouvoir travailler, cumuler les heures de nuit, les interventions stressantes, les journées à rallonge, et, au 10ème jour, être toujours aussi efficace et "frais" comme lorsqu’il avait entamé sa première journée.

 

Un Policier doit pouvoir effectuer si besoin les 35 H en deux jours et continuer le reste de sa semaine comme si de rien n’était, en prenant soin de ne pas prendre de retards dans ses dossiers.

 

Un Policier doit être un expert dans le maniement des armes à feu. Il doit pouvoir sortir son arme au pas de course et atteindre un criminel en légitime défense là où ça ne fait pas mal, et ensuite expliquer à tous pourquoi il a tiré.

 

Un Policier doit tout connaître et tout savoir… mais ne rien dire. Il doit savoir où sont commis les péchés du monde, mais n’en faire aucun. Il doit à partir d’un seul cheveu, décrire le crime, donner le nom du coupable et où on peut le trouver. S’il le trouve, il est chanceux, sinon, c’est un bon à rien.

 

Un Policier doit poursuivre un indice jusqu’au bout, travailler des journées complètes pour trouver un témoin qui a tout vu… Mais qui refuse de s’en rappeler.

 

Un Policier doit, parfois… assez souvent…, pouvoir effectuer une partie du boulot qui devrait normalement incomber à la secrétaire de mairie, à la sous-préfecture, à l’assistante sociale, à la D.D.E, au garde-chasse etc… sans en attendre un quelconque remerciement, puisqu’avec le temps, tout le monde semble trouver cela normal.

 

Un Policier doit être : un PASTEUR, un TRAVAILLEUR SOCIAL, un DIPLOMATE, un DUR, et un GENTILHOMME. Et surtout il doit être un génie, car il doit élever une famille qui sera sans reproche… si toutefois il vit assez vieux pour voir ses enfants grandir.

 

Voilà aussi l’individu qu’on appelle si peu souvent un AMI… Pour en avoir, encore faudrait-il qu’il lui reste du temps de libre une fois qu’il quitte "le poulailler" ! Pour tous ceux qui critiquent le métier mais n’auraient pas le courage de l’exercer !

 

MEDITEZ…

Info ou intox ?? Copie d’un Tract mis dans des boîtes aux lettres à Nîmes ces jours-ci

Si ce texte s’avère authentique c’est gravissime !!!

 

Il serait souhaitable de faire suivre ce tract, vous rendrez un immense service à l’ensemble de nos compatriotes Français.

 

Le diffuser par tous les moyens dont vous disposez à vos connaissances, vos amis, etc…

 

Il est toutefois regrettable que ce tract ne soit pas signé par l’auteur qui marque sa haine envers la France et les Français. Il a été rédigé de couleur verte représentant l’Islam.

 

 

Nous, Algériens et Arabes, informons la population Judéo-Française que nous haïssons par-dessus tout la France et son peuple enjuivé jusqu’à la moelle.

Nous avons battu militairement et politiquement la France en 1954 et 1962 alors que nous n’étions que 10.000 moudjahidine sous-armés contre les 500.000 soldats dégénérés de l’armée française si sophistiquée.

Notre vaillant Djounoud AMIROUCHE a tenu, à lui tout seul, en échec votre fameuse Légion Étrangère en Kabylie pendant plusieurs mois.

Nous sommes arabes et fidèles au Coran, ainsi qu’au terrorisme islamique et nous asservirons définitivement la France et ce qui reste de son peuple de tarés par l’influence de la juiverie et de la maçonnerie, ruiné par ses habitudes d’alcoolisme et de drogue que nous lui fournissons.

Nous sommes déjà neuf millions de musulmans en France, et nous remplissons vos femmes quand nous voulons et nous sodomisons vos enfants qui finissent par aimer ça.

Nous avons dans votre territoire pourri 400.000 jeunes soldats qui ont déjà fait leur armée au vrai pays, le Magrehb : ces jeunes ont les couilles en acier, et valent leurs aînés de la wilaya 7, qui ont fait ployer la France dans les années 1960, avec seulement quelques dizaines d’unités combattantes.

Alors, Français, fais les calculs : tu es perdant à tous les coups. De Gaulle avait compris !!

Une seule solution pour vous, parmi trois : la valise ou le cercueil ou alors et ce serait plus raisonnable, vous convertir en masse à l’Islam comme font des Français toujours plus nombreux, tels que GARAUDY, BEJART, BOURGES et encore et encore…

Nous disons aussi aux 2 millions de Pieds-Noirs : ralliez notre noble religion de l’Islam, ainsi vous retrouverez votre place dans la Francarabia, de Tamanrasset à Dunkerque.

N’oubliez pas, Pieds-Noirs que les Français vous ont honteusement trahis en 1962, d’une majorité de 90% de vote pour l’Algérie indépendante ; vengez-vous, car ces Français sont des pédérastes et des traitres soumis au Dieu des juifs et de l’argent.

La France est déjà à nous : nous l’occupons depuis notre victoire de 1962 et c’est normal.

Les Allemands ne l’ont-ils pas occupée en 1940 après leur victoire ? La différence, c’est que nous, arabo-musulmans, allons l’occuper définitivement, par nos femmes, par nos enfants que nos femmes font naître ici en France en grand nombre, pendant que vous payez pour ça… Chacune de nos femmes fait 7 enfants, alors que les truies Françaises sont presque toutes stériles ou alors séropositives ou alors elles font 1 enfant le plus souvent débile.

CHIRAC a dit : "1 enfant est une puissance musulmane".

Nous irons sodomiser le porc LE PEN dans Notre-Dame de Paris, la Cathédrale qui rejoindra bientôt nos 779 mosquées dans Paris entre Perpignan et Dunkerque.

Mort à la France !

 

Vive la Francarabia Musulmane !

L’épouvantable affiche du FN ?

Bonjour,


Voici l’edito et le sommaire du dernier numéro de Riposte Laïque.

 

 

Numero 134 : Edito

 

L’EDITO DE CYRANO

 

Refuser l’islamisation de "Ma France"

 

lundi 15 mars 2010

Nous ne pouvons pas commencer cet édito sans évoquer la mémoire de Jean Ferrat, interprète de l’inoubliable "Ma France", auquel notre collaborateur Roger Heurtebise, dès samedi soir, a rendu un hommage émouvant, sur le site Medias Libres.

http://www.mediaslibres.com/tribune/post/2010/03/13/Merci%2C-Jean-Ferrat

 

 

Dans cette France que chantait merveilleusement Jean, la situation est grave. Depuis plusieurs numéros, notre journal alerte ses lecteurs sur les enjeux du procès attenté par des associations comme la Licra, le Mrap et SOS Racisme, contre une affiche du Front national qu’ils jugent raciste. Dans deux articles, Christine Tasin, que nul ne peut accuser de complaisance avec le FN, démontre le piège : en s’attaquant au parti de Jean-Marie Le Pen, ceux qui veulent réintroduire le délit de blasphème dans notre pays, au seul profit de l’islam, misent sur le phénomène de rejet que suscite ce parti pour maquiller leur objectif liberticide en combat anti-raciste.

 

En effet, le verdict rendu vendredi dernier par le Tribunal de Grande Instance de Marseille est épouvantable, quant aux conséquences qu’il pourrait avoir :

"Cette affiche est non seulement de nature à provoquer un sentiment de rejet et d’animosité à l’encontre d’un groupe de personnes dont sont visées les pratiques religieuses, les femmes et la nationalité mais, en outre, s’adresse essentiellement à la jeunesse de nature plus influençable".

"Cette affiche provocatrice est constitutive d’un trouble manifestement illicite", poursuit l’ordonnance, qui condamne le FN et M. Le Pen "à faire procéder à son retrait de tous les supports sur lesquels elle a été placée, de quelque nature qu’ils soient, dans un délai de 24 heures (…) puis sous astreinte de 500 euros par jour de retard."

 

 

Pourtant, j’ai beau ne pas aimer le FN et son président, quand je regarde cette affiche, je ne vois rien de raciste.

Non à l’islamisme ? Je suis d’accord, et je trouve même le FN très politiquement correct en différenciant islam et islamisme.

Non la burka ? Je suis d’accord, et je souhaite une loi au plus vite.

 

Non à la transformation de la France en annexe de l’Algérie comme le sous-entend le port des tee-shirts des jeunes à Marseille ? Je suis encore d’accord, je n’ai toujours pas digéré les sifflets contre La Marseillaise, le drapeau algérien qui remplace le drapeau français, place du Capitole, à Toulouse, et je n’ai pas encore entendu les excuses du gouvernement algérien sur un tel scandale, qui n’arrive qu’en France.

 

Les Suisses, qui ont voté à 57 % pour l’interdiction des minarets sur leur territoire, avec cette affiche de campagne, doivent se dire qu’ils ont bien de la chance de ne pas avoir, dans leurs pays, l’équivalent du Mrap, de la Licra, de Sos Racisme pour confisquer la liberté d’expression.

 

 

En effet, ce verdict est un véritable coup de poignard pour les vraies féministes, qui, à l’instar de nos amies Annie Sugier, présidente de la Ligue du Droit International des Femmes, Anne Zelensky et Ni Putes Ni Soumises, refusent, en France, la symbolique du voile, et mènent des actions exemplaires, comme celles du 8 mars, pour exprimer cela.

 

Quelle trahison pour le combat de Katia Bengama et celui de toutes les femmes, assassinées pour ne pas porter ce symbole d’oppression. Il est donc des juges, en France, qui confondent le droit de s’inquiéter de la montée d’un projet politico-religieux visant à islamiser notre pays avec du racisme. Ainsi, les arguments des islamistes, défendus depuis l’Onu, visant à interdire toute critique de leur religion, se retrouvent confortés par ce terrible verdict.

 

Que faire ? D’abord mener la bataille des idées, et ne pas se laisser intimider.

 

Une lectrice du blog de Christine Tasin, Chantal Morcrette, donnait cet excellent exemple. "Imaginons, (je crois, d’ailleurs, que quelque chose de similaire a été fait), avant la chute de l’URSS, une affichette avec la France recouverte du drapeau rouge, faucille et marteau, ogives nucléaires et inscription : "Non au communisme". Personne n’aurait crié au scandale, porté plainte pour incitation à la haine raciale ou trouble à l’ordre public. Personne n’aurait trouvé que l’on perturbe les amitiés franco-russes, que l’on offusque les Russes de France ou ceux de Russie. Sans aucunement porter le FN en mon estime, – c’est le moins que l’on puisse dire -, il est cependant possible de ne pas s’offusquer d’une telle affiche et prévoir la défense de Le Pen. Dans son affiche, Le Pen rejette une IDEOLOGIE (islamisme) et non une communauté de personnes. Il est nécessaire de faire la différence…, les ténors de la bienpensance le martèlent assez, pour commencer par donner l’exemple. Le Pen s’en moque éperdument de son affiche, ce qu’il veut c’est amener la contradiction sur la place publique. S’il est condamné ou si son affiche est retirée, il aura encore beau jeu de démontrer le manichéisme des CENSEURS, et leur procès d’INTENTION digne des plus grands totalitarismes. Là, il n’aurait pas tout à fait tort. Merci Le Mrap, SOS racisme, Sifaoui et cie de donner des points à Le Pen !"

 

Cette lectrice a tout dit, qu’ajouter ?

Vous lirez dans ce numéro un chapitre spécial "Libre critique de l’islam" sur ce dossier, avec des articles de Roger Heurtebise, Leila Adjaoud (quel humour), Christine Tasin, Pascal Hilout, Hubert Sage, Maxime Lépante et un de nos lecteurs, Antoine Douchet, qui démontent les arguments de nos adversaires, sans afficher par ailleurs la moindre complaisance pour le FN.

 

En déposant plainte contre une telle affiche, les associations se réclamant de l’antiracisme se comportent comme des néo-collaborateurs d’un projet politico-religieux fascisant. Ils se situent sur le même terrain que l’Agrif, association d’intégristes catholiques, qui traînent devant les tribunaux des dessins qu’ils jugent offensants pour l’identité française, assimilée par eux au catholicisme.

 

Plus scandaleux encore, un véritable front unique, qui se croit anti-raciste et anti-fasciste, lance une campagne de mobilisation contre cette affiche, la qualifiant de raciste, et reprenant la honteuse comparaison entre le sort des musulmans du XXIe siècle et celui des juifs au XXe siècle. C’est incroyable et consternant ! On y retrouve les dignitaires du Conseil Français du Culte Musulman, dont l’inévitable Boubakeur, côtoyant Bernard-Henri Levy, Glucksmann et Elisabeth Badinter, en passant par Blondel, sans oublier, bien pensance oblige, des représentants de l’UMPS, pas du tout gênés par les 53 % d’abstentions, ce dimanche !

 

Un véritable front unique, allant de l’extrême droite islamiste à l’extrême gauche laïque, en passant par des intellectuels qui se laissent manipuler, de peur d’être amalgamés à Le Pen ! Qu’est-ce qu’ils doivent rire, les islamistes ! Et qu’est-ce qu’il doit se réjouir, Le Pen, lui l’ami des ayatollahs d’Iran, de se refaire, grâce à ces pétitionnaires et aux organisations anti-racistes, une virginité anti-islamiste, alors que son antisémitisme l’a toujours amené à être complaisant avec l’islam.

Nous proposons deux dessins, pour illustrer cet édito. Sont-ils, pour reprendre l’expression du tribunal de Marseille, "de nature à provoquer un sentiment de rejet et d’animosité à l’encontre d’un groupe de personnes dont sont visées les pratiques religieuses, les femmes et la nationalité mais, en outre, s’adresse essentiellement à la jeunesse de nature plus influençable" ? Allons-nous avoir une plainte des maîtres-censeurs ?

 

 

Nous sommes à un carrefour. Les islamistes n’ont pas été capables de s’opposer aux caricatures danoises, et à leur reproduction dans les journaux français. Ils n’ont pas pu empêcher Geert Wilders de sortir son excellent film "Fitna". Mais ils n’ont pas abdiqué. Ils entendent s’opposer de toutes leurs forces à une tradition qui fait partie de notre culture, ils veulent, méthodiquement, par la stratégie des petits pas, imposer la charia. Ne vous laissez pas intimider par les maîtres-censeurs, que dénonçait à juste titre Jeanne Bourdillon dans notre dernier numéro.

 

L’heure est grave. Laisser faire, c’est accepter, par passivité, le lent suicide de notre civilisation, qui a su se construire par la liberté de conscience, la libre expression, y compris à l’encontre des religions, l’égalité entre les hommes et les femmes, la désacralisation de la société, la séparation du religieux et du politique, et des conquêtes sociales permises historiquement par la lutte du salariat…

 

Tout ce que les islamistes veulent remettre en cause.

 

Cette liberté chérie qu’il va falloir se battre pour préserver.

Ma Patrie

Quel enfant écrirait ce texte aujourd’hui ? Ce serait utopique de croire qu’il y en aurait encore un !
 
La seule chose qui puisse être ajoutée est d’indiquer que le Collège Stanislas est un établissement privé, situé à Cannes.
 
Le bulletin du Collège Stanislas publiait en 1976 la copie d’un de ses élèves de 3ème, classé lauréat national dans un concours écrit sur le thème de la "Patrie" : le sujet exact était : "Que signifie pour vous le mot Patrie ?"
 
Voici sa copie:
 
 
Etranger, mon ami, tu me demandes ce que signifie le mot "Patrie". Si tu as une mère et si tu l’honores, c’est avec ton coeur de fils que tu comprendras mes propres sentiments. Ma patrie, c’est la terre de France où mes ancêtres ont vécu. Ma patrie, c’est cet héritage intellectuel qu’ils m’ont laissé pour le transmettre à mon tour.
 
Viens voir, étranger, la beauté des paysages de France, la splendeur des monuments édifiés par mes aïeux. Va te reposer dans le vert marais poitevin, admire les roches rouges d’Agay qui se baignent dans le bleu de la mer de Provence. Chemine simplement de Paris vers Lyon. Sur la route, près d’Avallon, l’élégance raffinée de la basilique de Vézelay fera surgir pour toi l’épopée de nos croisades. Tu arriveras plus loin au château de la Rochepot qui donne à la région un air médiéval. N’oublie pas de visiter en Bourgogne le ravissant hospice de Beaune. Ne néglige pas le barrage de Génissiat. Continue, regarde, réjouis-toi de tant de beauté.
 
Mais si la France, ma patrie, n’était que belle et aimable, mon amour pour elle ne serait pas si grand. Elle est mieux encore : intelligente et cultivée. La clarté de sa pensée, la finesse de son esprit, l’excellence de son goût te sont déjà connus. Des idées venues de France ont influencé l’humanité toute entière. Sais-tu par exemple, que la bibliothèque personnelle de Frédéric II de Prusse, conservée à Berlin, ne contient que des livres écrits en français ? Ainsi, bien au-delà de nos frontières, des hommes de France sont célèbres : philosophes, écrivains, poètes, artistes, savants. Pascal, Molière, Vigny, Delacroix, Berlioz, Pasteur : tous ont contribué à la gloire de la France.
 
Et vous, héros humbles et méritants, qui avez fait la France brave et fidèle, vous guerriers morts pour la patrie, comme je vous suis reconnaissant de m’avoir conservé ce précieux bien de mes ancêtres ! De Bayard à Guynemer, des premiers chevaliers aux soldats des dernières guerres, que de dévouements, que de sacrifices !
 
Et toi mon ami, qui es aussi comme moi une créature de Dieu, ne vois-tu pas qu’ici en France, tu es en terre chrétienne ? Les oratoires pittoresques, les calvaires aux croisées des chemins, les flèches de nos cathédrales sont les témoins de pierre d’une foi vivante. Ma patrie, bonne et pieuse, a vu naître de grands saints. Le sens missionnaire de Saint Bernard, la vertu de Saint-Louis, la charité de Saint Vincent de Paul, le zèle du Curé d’Ars sont le vrai trésor laissé par nos ancêtres. De la grande Sainte Jeanne d’Arc à la petite Thérèse, de l’épopée de l’une à la vie si simple de l’autre, je retrouve le courage et la bonté des femmes de France. Aux plus humbles d’entre elles, s’est montrée la Vierge Marie. A travers Catherine Labouré, Bernadette de Lourdes, quel honneur pour la France !
 
Tu comprends maintenant pourquoi, ami étranger, j’aime et je vénère ma patrie comme ma mère ; pourquoi, si riche de tout ce qu’elle me donne, je désire transmettre cet héritage. Ne crois pas que cet amour que j’ai au coeur soit aveugle. Mais devant toi, je ne dirai pas les défauts de ma mère Patrie. Car tu sais bien qu’un fils ne gagne rien à critiquer sa mère. C’est en grandissant lui-même qu’il la fait grandir. Si je veux ma patrie meilleure et plus saine, que je devienne moi-même meilleur et plus sain.
 
La France, ma patrie a tant de qualités que je ne saurais, ami étranger, te priver de sa douceur ; si tu sais découvrir ses charmes et ses vertus, tu l’aimeras, toi aussi. Je partagerai avec toi ses bontés et, loin de m’appauvrir de ce don, je m’enrichirai de cette tendresse nouvelle que tu lui porteras. Mais ne l’abîme pas, ami étranger, la France, ma douce patrie, ma chère mère ; ne la blâme pas, ne la pervertis pas, ne la démolis pas car je suis là, moi son fils, prêt à la défendre.