Paroles du Général‏

C’était un visionnaire le GRAND ! Mais maintenant, on irait en prison pour bien moins que ça !!!!
 
Paroles du Général De Gaulle le 5 mars 1959 (rapportées par Alain Peyrefitte)
"C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont une cervelle de colibri, même s’ils sont très savants. Essayez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s’appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées."
CHARLES DE GAULLE
Publicités

Nous et Lui

Bonjour,
 
Pour vous qui auriez tant de questions à poser à notre cher Président, j’ai créé un album spécial intitulé "Nous et Lui", sur le principe question/réponse à propos de thèmes actuels.

La Peste verte

Après la peste brune,
De sinistre mémoire
 
La peste verte !
Présage de grands malheurs
 
Les lumières de l’occident vont s’éteindre sous l’obscurantisme de ces peuples qui n’ont que le coran pour livre de chevet, l’islam pour philosophie, la charia pour code civil et code pénal, avec la complicité de nos élites dont la passivité et le silence, monstrueusement égoïstes devant le destin de leur descendance, restent pour nous un profond mystère.
Ou sont nos illusions et notre confiance dans l’avenir de la formidable civilisation qui était la nôtre ?
Nous qui étions tellement loin de penser qu’au crépuscule de notre vie nous assisterions à sa destruction – car c’est bien de cela qu’il s’agit – et que nous allions peut-être regretter d’être nés dans le 20e siècle, et même tout simplement d’être né…
Et nous allons pleurer pour nos enfants, pensant à notre responsabilité devant cet avenir – ou plutôt à cette absence d’avenir – que nous leur préparons…
 
Le monde libre risque de ne plus l’être.
Par lâcheté, par intérêt égoïste, par inconscience, par bêtise, la plupart des dirigeants occidentaux ignorant le péril "nazislamiste".
Ou faisant semblant de l’ignorer.
 
Quand il s’agit du danger islamique, les média n’informent plus, ils désinforment ou se taisent.
 
Heureusement, il reste Internet, profitons-en, tant qu’il est encore libre !
 
Car, sous alibi de soi-disant antiracisme, les officines "nazislamistes" font tout pour y mettre fin, et des collabos les aident partout :
 
L’Algérie ferme 10 églises et traque des missionnaires !
 
Pendant qu’en France on construit des mosquées, en Algérie on ferme des églises et on traque les Chrétiens…
 
Alors que l’Algérie s’est engagée à financer la grande mosquée de Marseille, à hauteur d’1 million d’euros, elle vient de fermer 10 lieux de culte protestants depuis janvier 2008.
 
Le Ministre Algérien des affaires religieuses (islamiques) Bouabdellah Ghlamallaha a affirmé à la presse l’expression : "J’assimile l’évangélisation au terrorisme." 
 
Par contre il a trouvé tout à fait normal en février dernier d’envoyer 29 imams et deux femmes prédicatrices ("mourchidate") pour encadrer des mosquées en France…
 
Le caricaturiste Algérien Dilem nota pertinemment il y a quelques années : "On s’indigne de l’évangélisation de la Kabylie mais on trouve parfaitement normal que des imams islamisent toute la banlieue en France !"
 
 
Il n’est pas possible pour les prêtres français d’obtenir des visas pour l’Algérie à l’image de l’évêque de Pontoise Mgr Riocreux qui s’est vu refusé une visite à la communauté catholique d’Algérie en mars 2008.
Aucun média français n’a soulevé le scandale alors que les imams Algériens inondent la France…

Assez de cette différence de traitement scandaleuse… !
Au minimum le gouvernement français doit exiger la réciprocité.
Il est inadmissible que les chrétiens soient pourchassés dans les pays musulmans alors que ces derniers cherchent à s’imposer chez nous et bénéficient de nos largesses ! Ou alors fermons les mosquées !
 
Exigeons la réciprocité aux pays musulmans où les autres cultes sont interdits !
 
Cette décision doit être prise par l’Union Européenne et par chaque pays membre.
 
La République Tchèque l’a proposé, le gouvernement français l’a menacé pour cette raison.
 
Le comble de la dhimmitude :
La Pologne a attribué le prix de la "tolérance" au roi d’Arabie Saoudite !…
On ne calme pas un crocodile en le caressant…
 
L’islam radical est en guerre contre le monde libre !
 
Le monde entier est en deuil de toutes ces innocentes victimes du terrorisme islamique.
 
Ce message doit parcourir la Terre et convaincre même ceux qui ne veulent pas comprendre.

Nous voulons pour notre planète que la Paix, la Tolérance et la Liberté soient au-desus de toutes les croyances aveugles et des passions imbéciles.

Vive la France… !

En Cour d’Assises pour avoir défendu sa femme et ses enfants !!

Cher ami,

Si vous vous faites agresser chez vous cette nuit, n’essayez surtout pas de vous défendre, ni de défendre votre femme et vos enfants :  

Vous risqueriez fortement de vous retrouver en Cour d’Assises !

C’est ce qui est arrivé à René Dahan, qui a été renvoyé jeudi 29 octobre 2009, devant la Cour d’Assises de Créteil, pour homicide volontaire :

Il est 9 heures du matin, le 27 octobre 2006 à Nogent-sur-Marne, lorsque René Dahan sort de chez lui. A peine a-t-il ouvert sa porte qu’il se retrouve nez à nez avec trois hommes cagoulés et armés. Poussé à l’intérieur, le père de famille est aussitôt plaqué au sol par un des malfaiteurs, qui lui applique un revolver sur la tempe et essaie de l’étrangler.

Pendant ce temps, ses comparses ceinturent sa femme et la molestent.

Dans un geste désespéré, René parvient à s’emparer du 357 Magnum de son agresseur, qui s’enfuit à travers la maison. Il essaye une première fois de l’arrêter en tirant et le touche au bras.
L’agresseur cagoulé se réfugie alors dans la chambre des enfants de René Dahan !!
René Dahan le poursuit, et l’abat de deux balles dans le dos, alors que l’agresseur se précipite vers la fenêtre.
Lorsque la Police arrive, son premier geste est de… passer les menottes à René Dahan, qui est immédiatement mis en garde à vue et mis en examen pour "homicide volontaire" (autrement dit pour MEURTRE) par le Procureur de Créteil, sous prétexte qu’il a tiré sur son agresseur dans le dos !!
Aujourd’hui, le Juge d’Instruction considère lui aussi qu’il n’y avait pas légitime défense parce que l’agresseur était en train de partir !
Mais qu’est-ce qui prouve qu’il n’allait pas revenir aussitôt, avec des copains et d’autres armes, pour l’attaquer à nouveau ??

Au nom de quoi René Dahan, avec trois hommes cagoulés et lourdement armés chez lui, était-il supposé lui donner une chance à ce malfrat de repartir tranquillement et de revenir ???
On nage en plein délire.
René Dahan a aussitôt été placé en détention provisoire à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Ceci sans même avoir pu échanger un mot avec son épouse traumatisée.

Aujourd’hui, la légitime défense n’a donc PAS ETE RETENUE par le juge d’instruction, qui l’a renvoyé devant la COUR D’ASSISES, comme le plus vulgaire des violeurs et des assassins !!!

Cela fait DES ANNEES que la Justice martyrise des citoyens honnêtes, sans que PERSONNE NE REAGISSE :

–> Le 27 juillet 1996, à 3h40 du matin à Caen, la sonnerie d’une alarme réveille Claude L. et sa famille. C’est celle de sa station-service qui vient de s’enclencher.

En dix ans, le garagiste a été cambriolé trente fois. Sa compagnie d’assurance vient juste de l’informer qu’elle risque de résilier son contrat et, qu’en attendant, il va devoir payer une surprime importante.

Claude L. se lève, prend son fusil, se rend à la station et remarque que le rideau de fer de l’atelier a été soulevé. Dans le noir complet, il fait le tour du bâtiment et entend tout à coup un bruit de tôle. Il se retourne et tire un coup de semonce. Il aperçoit une silhouette d’un homme qui lui fait face, à moins d’un mètre. Le garagiste tire un second coup de feu.

Blessé, l’individu – qui tenait un couteau – s’écroule. Claude L. rentre immédiatement chez lui pour prévenir les autorités.

On lui demande de se rendre à la gendarmerie. Claude L. s’exécute. Il est aussitôt enfermé dans une cellule, mais il ne s’inquiète pas encore.

Il ignore à ce moment-là qu’il va passer sept mois derrière les barreaux et qu’il commence un calvaire de dix ans, où alterneront perquisitions à son domicile, séjours en prison et comparutions au tribunal.

Ce n’est que le 26 janvier 2006, après dix années interminables de procès en appel, de procédures, d’humiliations, qu’il sera acquitté. Pendant ses séjours en prison, où il ne pouvait plus protéger sa famille, sa femme a été menacée de mort, les malfaiteurs ont essayé de mettre le feu à son garage, de voler les batteries d’un camion, et ils ont cassé le hublot de la porte de l’atelier.

Epuisé par des années d’angoisse, Claude L. est aujourd’hui frappé d’un cancer et s’apprête à quitter les siens.

–> Il est 3 heures du matin, le 4 octobre 2004 à Auge, dans la Creuse. Noël B., 52 ans, restaurateur, est réveillé par son épouse qui a entendu des bruits au rez-de-chaussée.

Victimes récemment de plusieurs cambriolages, Noël et sa femme dorment désormais avec une arme sur l’armoire. Cette fois, Noël prend son courage à deux mains. Il décide de mettre les cambrioleurs en fuite et tire à plusieurs reprises dans leur direction. Le premier s’échappe en voiture mais le deuxième est touché. Noël avertit immédiatement les gendarmes qui… l’incarcèrent aussitôt. Noël restera un mois et vingt-six jours en prison, sera condamné à payer 76 000 euros à la famille du cambrioleur, qualifié "d’homme honorable" au cours du procès. Il écopera en plus de cinq années de prison avec sursis.

Et les racistes, c’est nous ?

Bonjour,
 
Dans la rubrique "Photos", j’ai ajouté un album intitulé "Racisme". Les photos qu’il contient ont été prises au cours de la manifestation de "la religion de la paix" récemment celebrée par la communauté musulmane à Londres. Pour ne vexer personne, elles n’ont pas été publiées dans la presse, ni diffusées à la TV.
 
Ouvrons les yeux et commençons à réagir.
Sous pretexte de tolérance et de démocratie nous sommes en train de nous faire "coloniser" par ces fous, fanatiques et dangereux. Chez eux, ils nous insultent, brûlent nos églises, exigent que nous suivions leurs règles ; quand ils viennent chez nous, ils continuent de nous insulter, ils ne suivent pas nos règles, prétendent à avoir des mosquées, à porter le voile (interdit par nos lois), à vivre et se comporter comme ils l’entendent… Jusqu’à quand allons-nous supporter tout ça ? Jusqu’à quand ferons-nous semblant de ne rien voir, de ne rien savoir sur ce qu’il se passe ?
Quel sera l’avenir de nos enfants?

Lettre réponse au Président du MRAP

Très bien tournée et elle fait bien plaisir à lire !
 
Monsieur,
 
Vous avez organisé récemment, en tant que président du MRAP [Mouvement contre le racisme et pour l’amitié], un colloque à l’Assemblée nationale intitulé "Du racisme anti-arabe à l’islamophobie".
 
Vous y avez dénoncé, en France, "les mosquées souillées, les discriminations à l’emploi et au logement, les appels au meurtre, les violences et agressions à l’endroit des populations et des lieux de culte musulmans".
 
Vous avez montré du doigt l’impunité dont bénéficient les auteurs de ces délits, appelant à "un réveil de l’opinion publique, un sursaut des institutions (Police, Justice, Education nationale, etc.), une mobilisation des grandes consciences intellectuelles".
 
Vous avez raison ! De plus en plus de Français sont racistes. De plus en plus en ont par-dessus la tête de ce qu’ils appellent (à tort) "l’invasion islamo-maghrébine". De cet afflux de populations inassimilables qu’ils croient (à tort) être le ressort principal de la délinquance et de la criminalité. De plus en plus sont épouvantés (à tort) par l’afflux de populations qui, ayant chassé l’occupant raciste des territoires qu’il exploitait, ont rendu ces terres à l’heureux état de nature mais sont contraintes de chercher, auprès de l’ancien colonisateur raciste, les remèdes à la misère provoquée par la décolonisation.
 
De plus en plus de racistes ont (à tort) des idées de violence en entendant sur les radios les poésies du groupe afro-maghrébin "Sniper" qui chante, par exemple : "La France nous ronge (…) le seul moyen de s’faire entendre est de brûler des voitures (…) La France est une garce (…) On nique la France."
 
Oui, Monsieur Aounit, la triste vérité est là : les racistes n’entendent rien à la rude poésie des cités et ils en ont par-dessus la tête d’entendre des hexagonoïdes chanter qu’ils "niquent la France", et qu’ils "baisent leurs mères".
 
C’est sûr qu’il y a quelque racisme à ne pas accepter ces coutumes de "baiser notre mère" et de "niquer notre pays", mais c’est ainsi, Monsieur Aounit : les racistes ne sont pas tolérants.
 
Et ils ont tort. Vous avez raison !
 
Mais comment ces petits blancs arriérés seraient-ils assez évolués, ouverts, libéraux et modernes pour accepter que des populations qu’ils ont accueillies, nourries, soignées et enseignées leur crachent leur haine et leur mépris à la figure ?
 
Vous faites bien de dénoncer ce racisme-là en France dans la Chambre des députés de cette République qui vous a fait tant de mal. La dignité de l’endroit ajoute à la force de votre réquisitoire.
 
Mais vous feriez mieux encore en allant le prononcer là-bas, au bled. C’est sur place, chez eux, alors qu’ils sont encore libres, qu’il faut alerter les milliers d’Afro-musulmans et d’islamo-maghrébins qui s’apprêtent à céder au mirage du RMI, de la Sécu, des allocs, et à basculer dans le piège affreux que leur tendent les racistes français.
 
Monsieur Aounit, dites-le à vos frères, à vos cousins, à vos femmes, à vos enfants, à vos voisins, à tous ceux du bled et de la brousse : la France raciste ne veut pas d’eux parce que dans son aveuglement raciste, elle les regarde (à tort) comme des envahisseurs et des prédateurs.
 
Dites simplement cette sinistre vérité aux vôtres Monsieur Aounit. Ne les laissez pas se jeter dans la gueule du loup. Il est de votre devoir de protéger ces malheureux contre cette effrayante menace. Les laisser venir, serait se rendre coupable de non-assistance à personnes en danger.
 
D’ailleurs vous-même, Monsieur Aounit, vous et tous ceux qui comme vous, êtes condamnés à vivre dans cet abominable pays raciste, n’hésitez pas : brisez vos chaînes, secouez la poussière de vos sandales et quittez cet enfer.
 
Ne faites pas plus longtemps aux racistes le cadeau de votre enrichissante présence.
 
Ne soyez plus le gibier de ces chasseurs impitoyables qui attaquent vos mères dans le métro, violent vos filles dans les caves, pillent vos supermarchés, brûlent vos voitures dans vos cités, vendent de la drogue à vos enfants.
 
Ne leur laissez aucun homme à discriminer, aucune femme à insulter, aucun enfant à battre, aucune mosquée à souiller.
 
N’hésitez pas : vengez toutes ces années de terreur, de souffrance, d’humiliation, d’exploitation qu’ils vous ont infligées : privez-les de la chance que vous représentez.
 
Et puis, pourquoi vous gêner ? En partant, emmenez vos amis. Les grandes consciences intellectuelles, les militants immigrationnistes, les journalistes amis, les dirigeants socialistes, communistes, trotskistes et autres.
 
D’abord cela leur épargnera l’insupportable peine de vivre sans vous, ensuite cela privera la France raciste de la formidable force intellectuelle qui fait son rayonnement dans le monde entier.
 
Ils seront bien punis, les racistes !
 
Songez-y, Monsieur Aounit : ils auront l’air de quoi les Le Pen, les Gollnisch, les militants du FN et les électeurs de tout ce monde quand, le dernier bateau ayant franchi la ligne d’horizon, l’ultime avion s’étant évanoui dans l’azur, la dernière camionnette étant passée de l’autre côté de la frontière, ils découvriront qu’ils sont désormais entre eux ?
 
Entre racistes.
 
Tous seuls.
 
Ah, on voudrait voir ça ! Rien que pour le plaisir.