Restons groupés !

Voici une bien sordide histoire…
 
 
Mardi 10 juin 2009
L’histoire qui suit est la narration de faits réels
!
Je témoigne ici d’informations privées, émanant de Marc V.*, bon camarade de route et dont la mère a connu une aventure très caractéristique de l’ambiance policière actuelle qui nous menace tous !…
* l’anonymat est un postulat que je m’impose puisque à ce jour la maman de Marc ne s’est exprimée qu’en sphère familiale.

L’INTRIGUE :

 
Dans la nuit du 7 au 8 juin 2009 av . Pasteur à Pessac (banlieue bordelaise -33-) ; une habitante de 62 ans a connu la nuit la plus traumatisante de son existence !…
Non ! Elle ne s’est pas faite agresser ou voler son sac par un Rachid de citée, ni même n’a fait l’objet sexuel d’une tournante dans une cave de banlieue de journal télévisé !!!!… Non !… Rien de tout les scénarios nauséeux habituels et dont les médias nous assènent pour animer le climat immonde imposé par nos politiques de sécurité !… Non ! Cette nuit-là, cette pessacaise de 62 ans connaîtra un sort bien moins médiatisé et pourtant de plus en plus fréquent dans notre réalité… Elle va faire l’objet d’une interpellation policière de la République Sarkosienne !!!!
Bienvenue au Pays des droits de L’Homme et des Lumières !

LES FAITS :

Dimanche 7 Juin 2009 aux alentours de 22h00
Madame V. retraitée, professeur de danse bénévole auprès de divers associations et centres culturels de la région, rentre chez elle après une journée passée à une garden party à Lacanau pour l’anniversaire d’une amie sexagénaire !! ( un gang-party de "Desperate housewives" à la retraite !!… )
A 200 mètres de son lieu de résidence, au niveau de la place du Monteil, quartier tranquille s’il en faut de Pessac, sans motif d’infraction apparente (mais ils en trouveront bien dans leur rapport pour justifier de leur interpellation arbitraire !) un véhicule de police déclanche ses gyrophares et fait signe à la conductrice d’arrêter son véhicule…
Elle s’exécute, l’ignoble peut commencer !
Contrôle des papiers… questions d’’sages… on lui demande de descendre de son véhicule pour y faire monter un toutou renifleur (des fois que la vieille y ferait contrebande d’armes de destruction massives, je ne vois pas d’autres explications !!!!)
Enfin, Madame V. se verra proposer le test d’alcoolémie "d’usage" !… Celui-ci s’avère positif !… 0,62 gr/ au lieu des 0,50 gr tolérés par loi : Conduite en état d’ébriété ! Pas de doute ! Les agents de polices en sont convaincus ! Madame V. est une dangereuse meurtrière potentielle, un fléau de la route ! Un danger pour tout citoyen lambda à la merci de ces hordes de chauffardes sexagénaires qui hantent encore nos routes de Gaule du dimanche soir !!!…
Comme il s’entend face à un tel "crime", les policiers immobilisent immédiatement le véhicule (par chance on est encore en 2009 et celui-ci ne sera pas saisi pour revente aux enchères aux profits des bonnes oeuvres de l’Etat et des barrons du capital de la "World Compagny" !)
Enfin, n’écoutant que leur courage, les valeureux policiers, dignes représentants de l’ordre républicain, notifient à la "mal venante" sa mise immédiate en garde à vue et la prient instamment de bien vouloir les accompagner dans leur camionnette qui les ramèneront bras dessus menottes dessous (oui ! les menottes s’imposent ! ) dans leur tanière du centre ville bordelais pour une garde à vue en bonne et due forme…
Interdite, résignée par l’absurde dimension que les événements prennent, Madame V. obtempère (Cette jeune grand-mère ne s’attend pas encore à traverser le long chemin de croix qu’elle devra subir pour répondre de son ignominie !…) Coite et sans broncher, elle attend dans le couloir froid de cet "Hôtel" de la République, qu’on lui permette d’aller aux toilettes (sordides !) après que les garants de la loi auront terminé de remplir les formalités administratives "d’usage", Mme V. se sent bien seule… Elle suit alors fébrilement un des ses bourreaux au second sous sol de l’immonde immeuble où l’humiliation pourra atteindre son paroxysme :

Les lieux d’aisance de l’Hôtel de police de Bordeaux c’est pas plaisance pour une mamie ordinaire ! Mais pour de tels criminels on ne regarde pas au confort ni à la propreté !
(Après tout, un tel délit mérite un châtiment exemplaire je vous le rappelle !… la vieille a quand même conduit bourrée !!!)
Mme V. n’en est qu’aux prémices de son désenchantement !… à peine sortie des latrines elle est amenée dans une petite pièce aux néons aveuglants…
FOUILLE CORPORELLE A NU ! (La totale !… on va se gêner ! on sait jamais, s’il faut la vieille en plus d’être une folle du volant alcoolique a peut-être encore une dose d’héroïne planquée dans le cul !?…)
Elle est priée de se déshabiller, d’ôter ses bijoux, son soutien gorge, sa culotte… on lui demande de tout retirer… Elle craque, chancelle, les larmes attestent de son désemparement… on fouille son sac, ses vêtements, on lui retire les lassées de ses chaussures… et ce qui lui restait de dignité !…
Elle se rhabille des lambeaux qu’on lui rend, et c’est salie, meurtrie, qu’elle est emmenée en cellule de dégrisement. (Quelle farce à son âge !!! Allez Mamie ! Une petite cure de jouvence de la Mère Patrie !!… Grâce à la police française tu te retrouves jeune délinquante !!!)
Madame V. passera la nuit sur une banquette de bois calée à même le mur d’une cage sordide empreinte des miasmes des autres vermines de son espèce qui l’y auront précédées !
Bien évidemment Madame V. ne réussira pas à se détendre, et encore moins à trouver le sommeil… Elle passera prés de 8 heures dans ce calvaire, à subir son infamie ! Tout juste un des spécimens féminins des nos assermentés fera preuve de quelque pitié à son égard et lui amènera une couverture aux effluve urinaires !
Le lundi 8 juin vers 7h00 du matin Madame V. a été transférée menottes aux poignets (on ne sait jamais, elle pourrait avoir des envies de se révolter !) au commissariat de Pessac où ses proches ont pu finalement venir la chercher à 09h00… non sans qu’on lui signifie le retrait immédiat de son permis pour une période de 2 mois, et d’un retrait de 5 points, elle reste sous le coup d’une injonction pénale…

EPILOGUE :

Madame V. est depuis hier matin donc libre de reprendre son "ordinaire" !…
Quand il s’est agi en septembre 2008, de vivre une expérience équivalente à celle de la mère de mon ami, j’ai du prendre énormément sur moi pour surpasser le traumatisme que représente ces heures où l’absurde semble prendre forme. Aujourd’hui, j’imagine l’état psychique de cette jeune grand-mère de bonne famille, combien la violence et la disproportion entre causes et effets des événements qu’elle a traversés (et qui tendent à devenir ordinaires depuis l’ère de règne de Sarko 1er) lui pèseront à l’heure de retourner vaquer à ses oeuvres sociales.
Qui décidera de lever le voile sur ces dérives policières, sur ce climat malsain qui cherche à ramener tout le monde dans le rang ? Qui des médias ou de la toile saura fustiger ces abus d’autorité et ces méthodes fascistes ?
Qui sera là pour consoler cette femme de l’humiliation qu’elle a subie ? Que fait-on de la dignité humaine ? Le débat reste ouvert…
De telles pratiques de "déshumanisation" doivent être colportées… Elles sont les fragments du réel d’une société française inique et sans discernement ! Indigne d’un pays qui se targue d’être celui de la liberté, de l’égalité et de la fraternité !
Camarades !… faites tourner !!!!!

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s