Les guignols de la politique

Publicités

Photo officielle du Bayern Munich pour son sponsor brasseur

thumbnail_image0031

Triste Ribéry…

C’est un musulman qui refuse de BOIRE la bière de ces mécréants en application de la charia.

Pourtant, il n’est pas très regardant sur le reste car il en accepte tout de même l’argent qui, lui, provient de la vente d’alcool… interdit par etc….

Passons sur celui qui ne trinque pas à la bonne santé financière de son sponsor mais qui a tout de même dû mettre un Lederhosen (pantalon de cuir) traditionnel comme tous les autres.

On remarque au passage, qu’au milieu de toutes ces mines réjouies à l’idée de boire une bonne pinte, c’est le seul à faire la gueule… L’islam serait-elle une religion mortifère???

La photo ne dit pas s’il ne s’est pas fait doucher à la bière par tous ses partenaires après la pose!

Ce nouveau loisir en prison devrait vous plaire…

institutpourlajustice

Chère Madame, cher Monsieur,

Savez-vous quel a été le dernier achat de la prison de Draguignan, dans le Var, pour « occuper » les détenus ?

Vous pourriez vous dire que l’administration pénitentiaire a acheté des livres, des manuels d’études, des outils de jardinage ou de bricolage… que nenni !

La prison a confirmé avoir acheté une console de jeu PS4, « afin de créer une nouvelle activité au sein de la prison, l’activité “jeux vidéo“ ». N’y a-t-il pas, d’après vous, des achats plus urgents et plus utiles à faire ?

On entend beaucoup parler dans les médias du manque de moyens de la Justice et de la situation critique des prisons. Délabrement, surpopulation, problèmes de rats, installations insalubres… Mais tout va très bien, l’administration a paré au plus urgent, les détenus pourront jouer à la PS4 !

Une console coûte entre 300 et 400 euros, une manette 50 euros et les jeux coûtent en moyenne 70 euros chacun. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais savoir que l’argent public, c’est-à-dire nos impôts, est dilapidé de cette façon me met en colère.

Bien sûr qu’il faut occuper les détenus. L’oisiveté est mère de tous les vices, il faut donc absolument leur remettre le pied à l’étrier en généralisant le travail en prison, en leur proposant des formations qui débouchent sur du travail, des activités saines…

Car j’insiste, comment imaginer que jouer à la console (à des jeux violents par exemple) va avoir un effet positif ? Il me semble qu’il s’agit juste de bon sens…

D’ailleurs, les surveillants et leurs syndicats, sont très en colère. Ils dénoncent le coût exorbitant de cette console, alors même qu’ils ont « eu du mal à obtenir des fontaines à eau pendant la canicule de l’été dernier ».

Le site de France 3 – PACA explique également qu’ils « craignent aussi que cette PS4 connectée à internet permette des communications vers l’extérieur de l’établissement ».

Et puis franchement, combien de gardiens de prison peuvent offrir à leurs adolescents une console de jeu PS4 ? Combien de Français peuvent s’offrir ce luxe ?

La PS4 n’est pas une exception, le pire est à venir en prison…

« Allo, je t’appelle de ma cellule… »

Vous pourriez croire à un mauvais canular, mais pourtant je vous assure qu’il s’agit de la vérité : la ministre de la Justice s’obstine à vouloir introduire des téléphones fixes dans TOUTES LES CELLULES de prison.

L’information date de la semaine dernière : « Nicole Belloubet a assuré que dans « deux ans » toutes les cellules de prisonniers seraient équipées d’un téléphone fixe. » (Le Dauphiné)

Souvenez-vous, je vous en avais déjà parlé il y a quelques mois lorsqu’elle commençait à évoquer ce projet. Mais depuis, son idée a fait du chemin et elle est soutenue par les habituels lobbies laxistes qui ont leurs entrées au Ministère.

Bien sûr, rassurez-vous, la ministre précise que « ce dispositif prévoit « des numéros pré-enregistrés » au nombre de quatre pour les détenus. Lesquelles, n’auront « évidemment pas accès à internet ». » …

Il va de soi que les détenus les plus inquiétants, les plus dangereux, les professionnels des braquages, les dealers de drogues, les membres des mafias, n’auront au bout du fil que leur Maman ou leur femme pour donner des nouvelles et parler de la météo ! Circulez, il n’y a rien à voir !

Déjà en janvier dernier, les syndicats de la pénitentiaire étaient nombreux à tirer la sonnette d’alarme :

« Certains pourront notamment passer des appels à la place de leur codétenu et ainsi utiliser des numéros non autorisés » expliquent-ils. « Ça a déjà été dénoncé. On sait pertinemment qu’au bout du fil, il peut y avoir un autre interlocuteur. Et là, ce n’est pas contrôlé du tout. […] Rien n’empêchera un détenu d’appeler une personne autre que sa famille via un numéro autorisé. »

« Si tout ceci est vrai, comment s’assurer sérieusement que cette mesure généreuse destinée à la préservation des liens familiaux ne sera pas, le plus souvent, détournée à des fins de poursuite d’activités criminelles, de pressions exercées sur les victimes ou leurs familles, de préparations d’évasions ou même d’attentats ? »

Vraiment, cette annonce de Madame Belloubet semble directement sortie de la bouche de Christiane Taubira, et fait surtout penser à un mauvais canular…

Le gouvernement veut équiper de téléphones fixes 50 144 cellules de prison dans 178 établissements pénitentiaires. Pour quel coût ? Et combien coûtera à l’administration les communications des détenus à partir de ces 50 000 téléphones ? Cela ne nous est pas dit, mais je vous laisse l’imaginer…

Sérieusement, est-ce vraiment la priorité pour les prisons aujourd’hui ?
Quel message le Gouvernement envoie-t-il aux détenus et aux délinquants ?
Quel message le Gouvernement envoie-t-il aux Français honnêtes ?

« Je crois que la prison est criminogène »

Voici mot pour mot, ce que le nouveau Ministre de l’Intérieur a déclaré sur RTL : « Je suis intimement convaincu que mettre en prison un jeune homme pour une première faute n’est pas la bonne solution parce que je crois que la prison est criminogène ».

Manifestement personne n’a expliqué au nouveau « Premier policier de France » que l’absence de réaction suffisante encourage à persévérer – et à se perdre – dans la délinquance.

Un mineur commence par commettre des incivilités, puis des infractions de plus en plus graves. En pratique il n’aboutit en prison qu’à la suite d’un long parcours délinquant ou bien s’il a commis un crime particulièrement grave.

Cette affirmation de Christophe Castaner a été depuis longtemps battue en brèche par de nombreux criminologues, comme par exemple Xavier Bébin qui explique que l’hypothèse de la « prison école du crime » n’a rien d’évident.

« Certes, la prison peut constituer un accélérateur de carrière chez un délinquant qui aura su tisser des réseaux au sein de la prison. Mais la “ carrière “ en question doit déjà être particulièrement prometteuse. Cette hypothèse peut même s’avérer contre-productive : les alternatives à la prison peuvent, elles aussi, être une école de la récidive si les condamnés ont un sentiment d’impunité. Une peine trop faible au regard de la gravité du délit commis peut constituer un encouragement à persévérer dans une vie délinquante. »

Je me charge d’envoyer le livre de Xavier Bébin à notre nouveau ministre pour lui conseiller d’y puiser quelques idées sages… Mais je dois vous demander votre aide pour un nouveau projet.

Nous débutons une grande consultation auprès des Français sur LA SÉCURITÉ AU QUOTIDIEN. Vous avez probablement beaucoup de choses à dire sur le sujet. Aujourd’hui chacun de nous, dans notre entourage proche, connaît quelqu’un qui a été victime récemment d’un cambriolage, d’une agression ou d’un acte d’incivilité (comme disent les médias).

C’est pourquoi, nous souhaitons vous poser des questions précises sur votre quotidien. Cela vous prendra deux minutes mais nous sera très utile pour la suite.

Votre avis compte. Et si vous êtes des milliers à y répondre, vos voix seront plus fortes. Nous les porterons sur la place publique.

C’est pourquoi, je vous demande de remplir le questionnaire en cliquant ici.
Par avance, un immense merci pour votre implication. Ensemble nous regagnerons le droit à vivre en sécurité.

Pour nos enfants et nos petits-enfants, si nous n’agissons pas, qui le fera ?

Cliquez-ici pour répondre au questionnaire « La sécurité au quotidien ».

Avec tout mon dévouement,

Laurence Havel